Al-Ahram Hebdo, Sports | Ahmad Salah,  « L’avenir ne sera pas pire qu’avant »

  Président
Mamdouh El-Wali
 
Rédacteur en chef
Hicham Mourad

Nos Archives

 Semaine du 12 au 18 septembre 2012, numéro 939

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Sports

Volley-Ball. Ahmad Salah, star de la sélection nationale et du club Ahli, entame cette semaine son parcours turc avec Halkbank Ankara, club avec lequel il participera au Championnat de Turquie et d’Europe. Entretien. 

« L’avenir ne sera pas pire qu’avant » 

Al-Ahram Hebdo : Quels sont les détails de votre contrat avec le club turc Halkbank ?

Ahmad Salah : J’ai signé avec le club turc un contrat d’un an renouvelable. Je ne veux pas dévoiler le montant de mon contrat. Ce club était en négociation avec moi depuis l’année dernière. Il faut préciser que mon contrat avec Ahli n’a pas expiré, mais à cause de la mauvaise situation que traverse l’Egypte et l’annulation du Championnat national, Ahli a accepté mon transfert.

— Comment jugez-vous votre transfert au club turc ?

— Ce transfert vient au bon moment. C’est la planche de salut pour moi, car la situation en Egypte est très mauvaise. Le pays se trouve dans un état d’instabilité à tous les niveaux. A la suite de l’annulation du Championnat national, l’activité sportive en Egypte est presque gelée, ce qui affecte notre niveau, et par la suite, le niveau du volley égyptien et de la sélection nationale. Bref, rien ne m’encourage à rester en Egypte.

— Quel est le niveau de Halkbank ?

— C’est un club d’un très bon niveau, il occupe la 3e place au Championnat turc. Il s’est qualifié pour le Championnat d’Europe. Il a remporté 5 fois le Championnat de Turquie et 3 fois la Coupe. Cela représente une très bonne occasion pour moi de disputer l’une des compétitions les plus importantes en volley-ball, le Championnat d’Europe, qui regroupe les meilleurs volleyeurs au monde. J’espère que je serai parmi les titulaires de ce club qui comporte 3 joueurs étrangers. Selon le système du Championnat turc, le nombre de volleyeurs étrangers dans chaque club se limite à 3 joueurs au plus. Le directeur technique du club turc, Betco Begovich, me connaît bien, puisqu’il était responsable de la sélection égyptienne en 2004-2005.

— Il y a quelques années, vous avez fait une tentative courte de professionnalisme en Russie. Pensez-vous que votre parcours en Turquie soit court aussi ?

— Non, pas du tout. En Russie, j’ai vécu une très mauvaise période de professionnalisme. J’ai senti le mal du pays pour plusieurs raisons. Premièrement, la langue était très difficile. Deuxièmement, une culture totalement différente, et surtout le climat sévère dans ce pays. Il m’était très difficile de jouer dans ce froid et la neige. En Turquie, la situation sera totalement différente. J’ai visité ce pays plusieurs fois et je n’ai jamais senti la nostalgie. C’est un pays dont la culture est similaire à la nôtre, et le climat est presque le même. Le seul problème sera la langue, mais comme le directeur technique est un Serbe, il parle l’anglais lors des entraînements. Je maîtrise bien cette langue. Et en dehors de l’entraînement, les Turcs sont très hospitaliers. Ils sont au service des étrangers. Ceci m’encourage à y vivre avec ma famille. Je n’aurai pas peur d’élever mes enfants dans ce pays où j’entends l’appel à la prière plus qu’en Egypte.

— Etes-vous optimiste ?

— Je suis totalement optimiste. Ces deux dernières années, j’ai vécu en Egypte la plus mauvaise période de ma vie. L’avenir ne sera pas pire qu’avant. Au contraire, je crois que mon séjour en Turquie sera une étape très importante dans ma carrière sportive. La Turquie est un pays qui applique le système européen qui jouit d’une stabilité parfaite et d’une organisation. De plus, en jouant avec et contre des volleyeurs d’un très haut niveau, mon niveau s’améliorera, ce qui aura de bons effets sur la sélection nationale.

Propos recueillis par Doaa Badr

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.