Al-Ahram Hebdo, Opinion

  Président
Mamdouh El-Wali
 
Rédacteur en chef
Hicham Mourad

Nos Archives

 Semaine du 12 au 18 septembre 2012, numéro 939

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
 
Opinion

Hicham Mourad

Farouq Goweida
Ecrivain

Massoud Al-Hennawi
Editorialiste

 

Wahid Aldel-MéguidPolitologue
 

Ahmad Youssef
Ecrivain


Edito

Une démarche symbolique

Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a annoncé samedi qu’il lancerait les démarches pour l’accession de la Palestine au statut d’Etat non membre de l’Onu le 27 septembre, lors de son discours devant l’Assemblée générale.

Ce n’est pas la première fois que les Palestiniens se tournent vers l’Onu. En septembre 2011, le président Abbas avait présenté une demande historique d’adhésion à part entière d’un Etat de Palestine, mais sa demande n’a jamais été soumise à un vote au Conseil de sécurité, en raison des menaces américaines de veto. Les Palestiniens ne désarment pas et présentent une nouvelle demande. Une démarche symbolique qui poursuit cependant plusieurs objectifs. D’abord, tenter de modifier le rapport de force avec Israël. L’objectif de l’Autorité palestinienne est de réunir le plus large soutien international possible. Il n’est pas question pour les dirigeants palestiniens de renoncer aux négociations avec Israël, car après tout, c’est avec Tel-Aviv qu’il faudra un jour négocier le statut du futur Etat palestinien. Cependant, ce que les Palestiniens veulent c’est de revenir à la table des négociations dans une situation plus favorable. Un pari risqué, lorsqu’on sait qu’Israël menace déjà les Palestiniens de représailles allant jusqu’à une rupture de tout contact avec l’Autorité palestinienne. Accéder au statut d’un Etat non membre de l’Onu donnerait aux Palestiniens la possibilité d’adhérer à de nouvelles institutions, notamment la Cour internationale de justice de La Haye. Ensuite, l’obtention d’un Etat va donner une certaine crédibilité à l’Autorité palestinienne et au Fatah. Celui-ci s’en trouvera renforcé face au Hamas, son rival de toujours et avec qui il est lié par un accord de réconciliation. L’Autorité palestinienne est d’autant plus déterminée à présenter sa demande qu’elle est sûre qu’elle sera adoptée. La demande palestinienne intervient avant l'élection présidentielle américaine en novembre. Et Washington fera tout pour convaincre les Palestiniens de repousser leur demande d’adhésion après les échéances électorales.

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.