Al-Ahram Hebdo, Economie | Ces fonds gardés au chaud

  Président
Mamdouh El-Wali
 
Rédacteur en chef
Hicham Mourad

Nos Archives

 Semaine du 12 au 18 septembre 2012, numéro 939

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Economie

Moubarak. Dix-huit mois après la révolution du 25 janvier, l’argent de la famille de l’ex-président et de son entourage reste protégé. Même si quelques pays coopèrent avec les nouvelles autorités égyptiennes.  

Ces fonds gardés au chaud 

La fortune de la famille Moubarak et celle de ses alliés restent protégées dans les banques européennes, même si quelques pays, comme la Suisse, prouvent leur sérieux à geler quelques-uns de leurs avoirs. Selon une enquête effectuée conjointement par la chaîne britannique BBC et le journal The Guardian, la Grande-Bretagne n’a pas coopéré avec le gouvernement égyptien en ce qui concerne le gel des avoirs de l’ancien régime, alors que la Suisse et le Panama ont entrepris des étapes positives. La Grande-Bretagne fait ainsi la cible d’accusations, selon l’enquête.

18 mois après la révolution du 25 janvier, les fonds des Moubarak continuent à prospérer en Grande-Bretagne. Selon l’enquête, la fortune de la famille Moubarak est de 85 millions de livres sterling (soit 135 millions de dollars) en Grande-Bretagne. Bref, cette dernière n’a pas tenu ses promesses en ce qui concerne le gel des avoirs des caciques de l’ancien régime. « Des biens immobiliers et des sociétés basés à Londres, appartenant toujours à l’ancienne garde rapprochée du président déchu, n’ont jamais fait l’objet de sanctions du gouvernement britannique », assure l’enquête. Il s’agit notamment d’une luxueuse maison estimée à 10 millions d’euros, située à Knight Bridge (quartier célèbre de Londres), appartenant à la famille Moubarak, ainsi qu’une autre société située au Panama, un paradis fiscal.

L’enquête ne tarde pas à accuser le ministère du Trésor britannique — qui possède un département chargé de l’application des sanctions financières — de ne pas avoir bien cherché dans les noms des propriétaires des sociétés publiques ou des logements acquis illégalement par les responsables de l’ancien régime de Moubarak. La BBC a, en fait, envoyé des correspondants dans plusieurs pays européens pour mener l’enquête, comme en Suisse, en Grande-Bretagne et au Panama. Bien que l’enquête ait révélé la présence des sociétés dont les propriétaires font partie de la liste des 19 personnes accusées par le gouvernement égyptien, les fonds n’ont pas été gelés à ce jour.

Pire encore, les investigations conclues au cours des 6 derniers mois ont également dévoilé que la famille Moubarak et les proches de l’ancien régime continuent à diriger leurs fortunes, même après la révolution. Le fonds d’investissement détenu par une société chypriote, MedInvest Associates, dont Gamal Moubarak était l’administrateur jusqu’à sa dissolution volontaire en février 2012, en fait un bon exemple. Autre exemple, la femme de l’ex-ministre du Logement, Ahmad Al-Maghrabi, a enregistré en novembre 2011 une société à Londres alors qu’elle compte parmi la liste des personnes soumises aux sanctions.

La publication de cette enquête a soulevé une large vague de protestations et de mécontentement en Egypte et en Grande-Bretagne. Les nouvelles autorités égyptiennes accusent dès lors la Grande-Bretagne de receler des biens volés du pays, violant des accords internationaux de lutte contre la corruption. « Le Royaume-Uni fait très mauvais exemple en ce qui concerne le sujet du gel des avoirs égyptiens », accuse le ministre égyptien de la Justice, Mohamad Mahsoub, interrogé par la BBC. L’enquête appuie cette opinion. « Elle a vraiment retardé à prendre la décision de geler les avoirs de l’ancien régime par rapport aux pays européens. Elle a mis 37 jours pour prendre une telle décision alors que la Suisse a gelé les avoirs 30 minutes seulement après la chute du régime de Moubarak », selon l’enquête. Ces 37 jours ont été jugés suffisants, par les nouvelles autorités égyptiennes, pour avoir éventuellement permis aux propriétaires des biens litigieux d’en dissimuler les traces ou de les transférer vers de nouvelles destinations. 

Faire de leur mieux

Les responsables britanniques, de leur côté, affirment faire de leur mieux afin de traquer les biens litigieux. 5 jours après la publication de l’enquête de la BBC, l’ambassadeur britannique au Caire, James Watt, s’est attaqué à l’enquête en l’accusant de manque de précision. « Le gouvernement britannique a pris des mesures immédiates pour geler les actifs des responsables cités par les autorités égyptiennes selon la loi. Cette décision a été prise 24 heures après l’approbation de l’Union européenne », a déclaré le ministre au journal gouvernemental Al-Akhbar, en ajoutant que son pays ne peut pas geler les actifs sans justification raisonnable et sans poursuivre les procédures juridiques. « Il faut une preuve pour prendre cette mesure. C’est vrai que la progression est plus lente comparée à nos ambitions, mais c’est le côté égyptien qui devrait être plus actif. Nous avons invité le Parquet général égyptien à visiter la Grande-Bretagne en avril 2011, et il n’est venu qu’au mois de mai dernier », renchérit-il, en proposant l’existence d’un responsable égyptien à Londres et d’un autre britannique au Caire pour poursuivre le processus. « Il y a vraiment un ralentissement du côté égyptien à propos de cette question. J’ai par exemple demandé au président du comité de publier mensuellement les résultats de ses efforts, mais rien n’a été pris à cet égard », assure à l’Hebdo un membre au comité de récupération des fonds de l’Egypte, qui a préféré garder l’anonymat.

Le 9 août, le premier ministre, Hicham Qandil, a annoncé la réformation du comité de récupération des fonds de l’Egypte. Il regroupe cette fois-ci des experts bancaires et un représentant du ministère des Affaires étrangères.

Contrairement à la Grande-Bretagne, l’Union européenne a décidé de geler les avoirs de Hosni Moubarak et 18 de ses proches, le 23 mars 2011, soit environ un mois et demi après la révolution. Selon l’assistant du ministre de la Justice, Assem Al-Gohari, les autorités suisses ont récemment gelé les fonds de 17 responsables, y compris le ministre du Logement, Mohamad Ibrahim Soliman, et l’homme d’affaires Hussein Salem. « Ce chiffre sera ajouté aux 14 noms gelés après la révolution pour un total de 31 personnes et un montant global de 700 millions de dollars (soit 5 fois le montant gelé par la Grande-Bretagne) », rétorque Al-Gohari, qui mentionne que les autorités égyptiennes ont envoyé à la Suisse de nouvelles informations à propos des comptes bancaires des anciens responsables.

Quant à Chypre, la ministre chypriote des Affaires étrangères, Mme Erato Kazako-Marcoullis, a déclaré, lors de sa visite au Caire le 5 septembre, que son pays avait gelé les avoirs d’un bon nombre de responsables de l’ancien régime de Moubarak, dont les noms ont figuré sur la liste des 19 noms annoncés par l’Union européenne, sans toutefois citer les noms de ces personnes, ni les montants gelés. Il semble que le chemin est encore long pour que l’Egypte puisse remettre la main sur ces fortunes détournées.

Gilane Magdi 

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.