Al-Ahram Hebdo,Monde | Guerre ouverte contre les Kurdes

  Président
Mamdouh El-Wali
 
Rédacteur en chef
Hicham Mourad

Nos Archives

 Semaine du 12 au 18 septembre 2012, numéro 939

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Monde

Turquie. L’armée mène une vaste offensive contre les séparatistes du PKK. Parallèlement, le gouvernement menace les députés du principal parti kurde (BDP) de lever leur immunité et de dissoudre leur parti. 

Guerre ouverte contre les Kurdes 

Dans le cadre d’une vaste offensive terrestre et aérienne menée contre les Kurdes, l’armée turque a bombardé cette semaine des positions activistes kurdes situées dans la province de Sirnak (sud-est) près de la frontière avec la Syrie et l’Iraq. L’opération, qui a débuté la semaine dernière, mobilise 2 000 hommes, soutenus par l’aviation qui opère des deux côtés de la frontière iraqienne. Ce sont jusqu’ici plus d’une trentaine de Kurdes qui ont trouvé la mort sous les bombes turques cette semaine. « Cette opération de grande envergure se poursuit », ont affirmé les services de sécurité turcs.

Cette opération survient après une série d’attaques menées par les séparatistes kurdes du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), qui ont fait des dizaines de morts dans les rangs de l’armée et des forces de sécurité turques ces dernières semaines. Samedi, Ankara a ouvertement accusé la Syrie, en proie à une grave insurrection, de soutenir le PKK, afin de nuire à la Turquie favorable aux rebelles qui luttent contre le président Bachar Al-Assad. Lors de ce qui ressemble à un avertissement, l’armée turque a effectué d’importantes manœuvres militaires près de la frontière avec la Syrie et n’a pas exclu une intervention armée contre les positions séparatistes en Syrie.

Tenant à écraser la rébellion kurde, le gouvernement turc a menacé samedi les députés du principal parti kurde (BDP) de lever leur immunité, tandis que la Cour de cassation lançait par ailleurs une procédure contre ce parti. Ce sont, pour le moment, plus de 560 demandes de levée d’immunité qui ont été déposées contre les députés kurdes. Suite à l’examen de ces demandes, la Cour de cassation pourrait ouvrir une enquête en vue de la fermeture du BDP. Rappelons que le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, n’a cessé de menacer le BDP de dissolution, l’accusant ouvertement et à plusieurs reprises de « terrorisme ».

Défiant la demande de levée d’immunité, le co-président du BDP s’est adressé au premier ministre turc en ces termes : « Nous avons été élus malgré ton barrage électoral (de 10 %) et en faisant face à l’adversité, pas en distribuant des réfrigérateurs comme toi ». Le seuil électoral est une mesure destinée à limiter la représentation du peuple kurde au sein du Parlement turc.

Selon les experts, l’été qui s’achève a été l’un des plus meurtriers depuis que le PKK a pris les armes, en 1984. Depuis juin 2011, les violences séparatistes ont coûté la vie à 500 combattants du PKK, 200 membres des forces turques et 85 civils. Le conflit avec le PKK, considéré par Ankara comme une organisation terroriste, a déjà coûté quelque 45 000 vies depuis 1984. Tant que le gouvernement turc refuse de négocier une solution pacifique avec les rebelles, la résistance kurde ne fait que se renforcer, enlisant le pays dans l’abîme de l’insécurité.

Maha Al-Cherbini

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.