Al-Ahram Hebdo, Visages | Haggag Oddoul

  Président
Labib Al-Sebai
 
Rédacteur en chef
Hicham Mourad

Nos Archives

 Semaine du 29 juin au 5 juillet 2011, numéro 877

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Visages

Le grand écrivain et activiste nubien Haggag Oddoul fait le portrait de sa belle Nubie disparue. Grâce à sa détermination, ainsi que la vivacité de cette culture, cette terre se prépare à renaître sur les bords du Nil qui a forgé sa civilisation à part entière.

Je suis le Nil !

Comme le peintre qui prépare les couleurs de sa palette pour créer un portrait, nous nous étions documentés, avions relu des extraits de ses œuvres et préparé les questions que nous allions adresser à l’écrivain nubien-égyptien-alexandrin Haggag Oddoul. A peine dit bonjour, qu’il se précipitait pour nous faire un compte-rendu-plaidoyer de la « question nubienne », titre du colloque tenu la veille au centre culturel Al-Sawi, au Caire.

Depuis plus de 25 ans, Haggag Oddoul réclame et revendique — au nom des Nubiens — le retour sur leur terre dont une grande partie a été engloutie sous les eaux du Nil lors de la construction du Haut-Barrage d’Assouan. Jugé « séparatiste » par les instances politiques et de sécurité nationale, il se défend.

En 1964, de grands travaux ont été entrepris par l’Unesco pour sauver les temples d’Abou-Simbel alors que des villages entiers et des milliers de maisons disparaissaient sous les eaux du Nil. Les êtres humains, quant à eux, ont été refoulés dans des maisons cimentés à Kom Ombo. Pourtant, l’organisation internationale avait consacré des allocations afin que le peuple nubien puisse revenir sur ses terres autour du lac Nasser et au bord des deux rives du Nil, pour reconstruire leurs maisons spécifiques : terre cuite, voûtes et dômes, très large patio, telles étaient les canons architecturaux de la demeure nubienne dont s’est inspiré Hassan Fathi, faisant l’éloge des courants d’air naturels, de l’épaisseur des murs et de l’étroitesse des fenêtres, éléments qui rendent la température agréable à l’intérieur, hiver comme été.

A cette époque, dit Oddoul, les « bonnes intentions » du régime nassérien voulaient faire « fondre » la race nubienne de manière à la confondre avec les autres habitants, avec l’idée d’unification du peuple égyptien. Ensuite, chaque fois qu’il a été question du retour des Nubiens sur leurs terres, le gouvernement nous traitait de séparatistes, voyant en nous une sorte de race ayant des alliés au Soudan qui voudrait constituer un « Etat nubien » sur les frontières. Et que pour des questions de sécurité nationale, il valait mieux nous garder éparpillés dans les villes du sud et du nord. Il ne s’agit nullement de race, j’ai des cousins blonds, des cousines châtain-clair ; comme tout le peuple égyptien, nous avons des racines un peu partout dans le pays. Des alliances à Rosette et à Damiette. Ma femme nubienne est descendante d’une tribu circassienne !

Le problème nubien est avant tout une question culturelle. Notre civilisation est née au bord du Nil. L’eau est un élément intrinsèque de nos croyances, de nos us et coutumes. De notre vie. Ce que les autres croient être fables et légendes, nous nous y croyons ferme : pour nous, par exemple, les poissons du Nil sont nos doubles, nous ne mangeons pas le poisson. C’est un aliment interdit. D’ailleurs, dans la langue nubienne, le mot sœur se prononce annessi et le mot poisson anessi ! Nous « devons » vivre à côté de notre famille fluviale. Allez voir nos costumes et danses traditionnelles. Le guérgar que portent les femmes au-dessus de leur robe aux couleurs chatoyantes est une sorte de cape en tulle noir avec une petite traîne, il permet de faire jaillir, grâce à ces deux tons antithétiques, des radiations qui nous rappellent le mouvement aquatique des flots ; les plis religieux au bas du guérgar produisent, quand les femmes avancent, le même effet que les vagues du fleuve.

Quant aux danses, elles aussi font écho aux eaux du Nil : durant les mariages, nous dansons en deux rangs face à face, d’un côté une file de femmes, de l’autre, les hommes. Nous représentons le mouvement ascendant et descendant de l’eau et quand nous formons un cercle, c’est au tourbillon que nous nous référons. J’ai vu ma mère danser la danse du ferry qui n’est autre que la perche du Nil qui se frétille excellemment.

Le retour des « expatriés » nubiens n’est pas un vœu collectif, un rêve communautaire, un désir de migrants « décollés », c’est une nécessité vitale, une revendication qui concerne le droit des hommes à vivre en sécurité sur leurs terres et celles de leurs ancêtres. Leur culture n’étant pas sectaire avec un retour sur soi. Oddoul insiste à dire que la culture nubienne fait partie d’une culture plus vaste, celle de l’humanité tout entière.

Le retour sur la terre natale est envisagé aujourd’hui à travers un énorme projet d’intégration lancé par des hommes d’affaires nubiens vivant à Genève et à Paris : Hassan Kachef et Gamal Sorour. C’est Haggag Oddoul qui est responsable d’expliquer le dossier qui va soutenir l’objectif de ce retour en masse, légal et humain et qui va, en outre, poser les assises d’un développement durable. Le peuple ou la communauté nubienne compte aujourd’hui 4 millions de citoyens ; si chacun payait entre une ou dix livres, plus les donations et les investissements, le retour de 25 000 Nubiens est possible. Le retour sur les deux rives du lac Nasser et du Nil, entre Assouan et Abou-Simbel, est donc possible. Là où les terres sont fertiles et où est née leur civilisation.

Un petit détour vers le passé pourrait mieux éclairer la nécessité et l’urgence de ce projet. Les Nubiens ont été déplacés quatre fois depuis la construction du réservoir d’Assouan sans jamais avoir le droit de retourner sur leurs terres. L’Unesco avait consacré, lors des travaux du Haut-Barrage, un don de 1,3 milliard de dollars pour édifier des villages nubiens autour des monuments sauvés. Le gouvernement a utilisé cette somme pour bâtir des maisons à des non-Nubiens, plus loin que l’espace prévu, tandis que l’on a proposé aux Nubiens de s’installer dans un « territoire » démuni de toute infrastructure agricole. L’idée étant toujours de garder les terres riveraines pour les exploiteurs touristiques.

Le projet du retour est donc d’occuper ces terres « interdites ». Une équipe composée de spécialistes en économie, agronomie, urbanisme, architecture, archéologie et géologie a déjà fourni les plans de ces villages tant rêvés. Des villages écologiques où toutes les sources d’énergie seraient naturelles, à commencer par l’énergie solaire. La nappe souterraine permettra de puiser l’eau sans avoir recours au creusement de canaux d’irrigation dont le coût est élevé. Pour les maisons, il suffira d’utiliser des matériaux naturels pris directement de la terre. Cinq ans après s’être installés et que la terre ait été productive, les jeunes nouveaux habitants devront rembourser à crédit la somme acquise lors de leur arrivée. Ainsi, le projet pourra se suffire à lui-même, se développer et s’installer dans un concept d’économie durable. Mais les Nubiens ne veulent pas construire de villages sectaires. Au contraire. Dans leur projet, ils estiment que la collaboration d’Egyptiens venus du Delta, dans un deuxième temps, ne peut qu’enrichir leur civilisation et leur culture. Ils annoncent, comme dans un pacte humaniste, que toute culture étouffe et est vouée au déclin si elle n’établit pas un dialogue avec son entourage. Pour ceci, ils sont très « mondialistes » ! Tout en se basant sur un legs traditionnellement pharaonique venu se greffer dans le patrimoine culturel dit non matériel, celui de la légende d’Isis et Osiris : l’Egypte tient sa force par l’union de ses ramifications.

Haggag Oddoul va plus loin encore. Il vient de présenter au premier ministre un projet exceptionnel qui s’inscrit dans la logique politique actuelle : la Maison d’Afrique. Il s’agit d’un village implanté au sud, non loin d’Abou-Simbel, dont le but serait de recevoir des artistes, peintres, sculpteurs, écrivains et intellectuels de tous les pays d’Afrique. Un lieu d’échanges, un espace de création. La Maison d’Afrique permettra de renouer les relations ancestrales entre les pays du Bassin du Nil. Ce  lieu envisage une multitude de centres de recherches, d’études hydrauliques, de maladies endémiques, de langues et de religions africaines …, avec sûrement le soutien  matériel et moral des instances publiques, privées et civiles.

Tout indique que les rêves de Haggag Oddoul sont possibles à réaliser. Oddoul n’est pas un visionnaire illuminé, c’est un homme sage. Sans être un idéologue ou partisan d’une politique raciale, il part d’un principe humain qui revendique le droit des Nubiens de retrouver leur « terre promise ». En tant qu’écrivain, on lui demande de proposer un titre à notre entretien : « Je suis le Nil », dit-il avec une fierté modeste, digne des grands romantiques soufis.

Menha el Batraoui

Retour au sommaire

Jalons

1969 : Participation à la guerre d’Usure.

1973 : Participation à la guerre d’Octobre.

1990 : Prix d’encouragement de l’Etat.

2005 : Prix Sawirès de littérature.

25 janvier 2011 : Participation à la révolution.

 

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.