Al-Ahram Hebdo, Monde Arabe | Sous l’ombre de Saleh

  Président
Labib Al-Sebai
 
Rédacteur en chef
Hicham Mourad

Nos Archives

 Semaine du 29 juin au 5 juillet 2011, numéro 877

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Monde Arabe

Yémen . Soutenue par les protestataires, l’opposition revendique un conseil de transition, tandis que l’entourage du président Saleh, contesté et hospitalisé en Arabie saoudite, entrave son élaboration.

Sous l’ombre de Saleh

Comme prévu, le vide politique a plongé le pays dans le chaos et paralysé la vie quotidienne des Yéménites. Essayant de trouver une issue à la crise, le chef de l’opposition parlementaire a estimé que le président Ali Abdallah Saleh était fini mais pas son régime. Tout en affirmant que le chef de l’Etat est « sorti du jeu politique du Yémen en tant que personne mais pas en tant que régime, je crois qu’il est toujours là », a déclaré Yassine Saïd Noomane. La pierre d’achoppement entre les camps yéménites demeure toujours l’incertitude sur l’état de santé de M. Saleh, hospitalisé à Riyad ; alors que contesté par la rue depuis cinq mois, il refusait de parapher un accord de transition, proposé par les monarchies du Golfe. Selon Noomane, un transfert du pouvoir au vice-président Abd-Rabbo Mansour Hadi, qui assure l’intérim de M. Saleh selon la Constitution, est le meilleur moyen pour une transition sur la base d’une entente nationale. Autrement, « il sera difficile d’ignorer l’option du conseil intérimaire, proposé par le peuple », a-t-il averti en référence aux jeunes protestataires qui, observant des sit-in de protestations depuis février, exigent la mise en place d’un conseil intérimaire pour barrer la route à un retour de M. Saleh. « Le Forum commun s’en tient à un transfert du pouvoir au vice-président, puis à la formation d’un gouvernement d’union nationale qui appellera à un dialogue national global sur les problèmes du pays », a affirmé le chef de l’opposition.

En revanche, les autorités yéménites insistent sur le retour prochain du président Ali Saleh. Le vice-ministre yéménite de l’Information, Abdo Al-Janadi, a exclu une transition du pouvoir, réclamée par l’opposition, tant que le président Saleh est hospitalisé à Riyad. « Nos valeurs morales ne nous permettent pas de discuter d’une transition du pouvoir alors que le président est alité », a déclaré M. Janadi. Depuis son admission le 4 juin à l’hôpital militaire de Riyad, M. Saleh n’a fait aucune apparition publique et aucun bulletin de santé n’a été publié. « Le président est en bonne santé. Il se remet. Mais sa sortie de l’hôpital sera décidée par ses médecins », a ajouté le vice-ministre.

L’absence prolongée du président donne lieu à diverses spéculations sur son état de santé aussi bien dans les milieux officiels que dans ceux de l’opposition qui veut une transition rapide du pouvoir afin de barrer la route à son retour. Selon M. Janadi, le vice-président Abd-Rabbo Mansour Hadi, qui assure l’intérim du chef de l’Etat selon la Constitution,  déploie d’énormes efforts pour normaliser la situation puis pour réunir toutes les parties autour de la table du dialogue, sur les problèmes du pays profondément affecté par cinq mois de protestations populaires.

Pour soutenir les protestataires, un chef militaire de la puissante tribu des Hached, cheikh Hachem Aballah Al-Ahmar, a annoncé son soutien aux jeunes protestataires qui réclament un conseil intérimaire pour empêcher le retour du président Ali Abdallah Saleh. « Nous nous tenons aux côtés de la révolution et des révolutionnaires quels que soient les sacrifices à consentir », a déclaré cheikh Hachem, qui a participé à une manifestation des jeunes protestataires à Sanaa. L’absence de M. Saleh a déjà permis à la révolution de « réaliser l’un de ses objectifs », a précisé cheikh Hachem, un ancien membre de la garde rapprochée du président yéménite qui a fait défection au début du soulèvement populaire au Yémen en janvier. « Nous travaillons désormais à un transfert pacifique et ordonné du pouvoir, une mission qui incombera au vice-président Abd-Rabbo Mansour Hadi, une personnalité nationale appréciée de tous », a affirmé cheikh Hachem. Frère du puissant chef tribal des Hached, cheikh Sadek Al-Ahmar, rallié à la contestation populaire, cheikh Hachem avait dirigé les combattants de sa tribu contre les forces gouvernementales dans Sanaa ce mois.

Le chef de l’Etat, au pouvoir depuis près de 33 ans, a été blessé le 3 juin lors d’une explosion dans la mosquée du palais présidentiel où il participait à la prière du vendredi. Il a été évacué le lendemain à bord d’un avion médical saoudien à Riyad. Onze de ses gardes du corps ont été tués et 124 personnes blessées, dont un grand nombre de dignitaires, parmi lesquels le premier ministre, Ali Mohammed Moujawar, et le président du Conseil consultatif, Abdelaziz Abdelghani, également soignés en Arabie saoudite.

Pour renforcer la pression sur l’entourage de Saleh, le sous-secrétaire d’Etat américain pour le Proche-Orient, Jeffrey Feltman, a appelé à une « transition immédiate » du pouvoir au Yémen. « Nous estimons qu’une transition immédiate, pacifique et ordonnée est dans l’intérêt du peuple yéménite et nous appelons toutes les parties à engager le dialogue », a déclaré Feltman qui visite ce pays pour mettre fin au vide politique. Il a assisté à des pourparlers avec le vice-président Abd-Rabbo Mansour Hadi, qui assure de facto l’intérim, ainsi qu’avec les représentants de l’opposition parlementaire, des étudiants contestataires qui tiennent la rue, des hommes d’affaires et des délégués de la société civile. « Les Américains soutiennent que le pouvoir soit cédé immédiatement au vice-président conformément à l’initiative des monarchies du Golfe, pour entamer ensuite la formation d’un gouvernement. Nous sommes totalement d’accord avec cette approche. Mais le vice-président est en butte à des difficultés et des entraves », a déclaré le porte-parole de l’opposition, Mohamed Qahtane.

Maha Salem

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.