Al-Ahram Hebdo, Littérature | Chérif Abdel-Méguid

  Président
Labib Al-Sebai
 
Rédacteur en chef
Hicham Mourad

Nos Archives

 Semaine du 29 juin au 5 juillet 2011, numéro 877

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Littérature

Les instants fugitifs, les contemplations et les portraits qui forment les toutes petites nouvelles de Chérif Abdel-Méguid sont fortement marqués par sa passion pour l’image cinématographique, mais aussi pour l’écriture concise de la blogosphère. Voici quelques fragments de son recueil de nouvelles Al-Garima al-kamela (crime parfait).

Crime parfait

1

Aux aguets

Le barbier qui me poursuit du regard en allant et en revenant du travail me regarde de la pointe de ses yeux de derrière ses lunettes que cale le gros os de son nez. Il suit la poussée de mes cheveux calmement comme un chasseur adroit. Lorsque je vais chez lui, je le retrouve riant d’un rire sûr de lui comme s’il avait fait le pari que j’irais le voir en ce jour précisément. Il pousse ses lunettes en arrière avec son index et presse sur le derrière de mon crâne. Raison pour laquelle je n’ai jamais regretté de l’avoir tué avec les mêmes ciseaux qu’il utilise et de lui sortir les yeux des pupilles comme preuve de mes remerciements pour sa bonne action.

2

Pointure 36

Pour des raisons strictement sexuelles, j’aime les femmes qui ont de petits pieds, mais pas comme ce fou du film Something About Mary. Avec tous mes respects pour notre mère Nature et ses étranges actions, je ne peux absolument pas m’imaginer aimant une femme dont la pointure du pied est le 46 ou ayant des oignons au pied comme ma collègue au boulot. Je vais te faire part mon ami de l’un de mes petits secrets pour que tu saches l’étendue de mon amour la femme ne découvre jamais ses pieds pour toi que dans ton appartement ou le sien ou dans l’endroit où vous vous rencontrez. Je parle ici évidemment de ses pieds dont les orteils ressemblent aux touches de piano. Tu ne regretteras pas si tu les embrasses et tu seras heureux de terminer ce que tu as commencé.

3

Cinéma Isis

Lorsque le gosse pénétra pour la première fois dans la salle de cinéma muni de toutes les armes nécessaires, le paquet de cigarettes dans les chaussettes et le paquet de pépin dans la poche, il s’attendait à visionner quatre films en un seul programme. Il sentit qu’on s’était moqué de lui lorsque les lumières s’éteignirent et qu’on changea le film pour lequel il avait pris le billet d’entrée. Mais il ne perdit pas beaucoup car l’héroïne turque avait entrepris son acte délicieux avec tous les comédiens et n’avait pas regretté d’avoir agi de la sorte comme dans les films égyptiens.

4

Des traces secondaires

Le voici qui avait été sauvé de la mort par miracle alors qu’ils l’avaient compté parmi les morts et son dernier caillot de sang n’avait laissé que quelques traces secondaires comme le fait de ne plus pouvoir parler, de ne plus bouger et de ne pas se souvenir des événements de sa vie, qu’ils soient importants ou futiles. Il fallait uniquement surveiller les ulcères du lit pour que les mauvaises bactéries ne le rongent pas et ainsi que les champignons résultant de cette position étendue qu’il gardera le restant de sa vie.

5

Indigestion

Il allait prendre conscience que l’indigestion sera sa maladie chronique à laquelle il devra s’habituer. Plus son mal prendra de la puissance plus il se souviendra de ses premiers jours lorsque ses pets bruyants étaient une raison de joie pour sa famille alors qu’il était enfant. Maintenant, il lui faut les contenir avec difficulté pour démontrer que c’est un homme vertueux. Il sera sûr, à cause des médicaments nombreux contre les ballonnements qu’il porte sur lui, qu’ils sont les seuls palliatifs et sa preuve d’être devenu un homme mûr.

6

Contre-révolution

La voix était basse mais continue d’une manière qui le fit réfléchir à ce qu’il pouvait y avoir dans la chasse d’eau. Il n’arrivait pas à se lever maintenant de sa place et il n’arrivait pas non plus à ignorer ce bruit qui s’élevait. Il arrêta ce qu’il faisait, porta ses vêtements et découvrit le couvercle. Les sauterelles sortirent de partout, sautant dans toutes les directions. Il courut rapidement alors que les sauterelles sautillaient comme si elles allaient le tuer. Il se dirigea vers la terrasse. Il était impossible, mais les sauterelles étaient à la terrasse ou dans la rue, dans le réfrigérateur ou sur l’asphalte, dans la machine à laver. Heureusement que je n’étais pas encore fou. Nous sommes mardi et je m’appelle Chérif, mais ce sont les sauterelles comme dans le film de Thomas Anderson Mangolia qui agissent de manière folle. La seule exception c’est que le ciel ne laisse pas encore tomber des sauterelles et c’est ce qui laisse un peu d’espoir. Il trouva les sauterelles qui pourchassaient les hommes dans la rue, les attaquaient dans les maisons et qui conduisaient même les voitures. Mais pourquoi ne l’attaquaient-elles plus personnellement ? Il découvrit enfin la raison. En fait, il sautait et laissait percer des bruits forts comme des sauterelles actives qui recherchaient un étang où vivre.

7

Un amour en cinq prises

Première prise

Leur relation débuta en un instant où chacun d’entre eux fuyait une relation passée. Ils voulurent être francs l’un avec l’autre, Mais ils se mentirent.

Deuxième prise

Ils continuèrent à se tromper l’un l’autre.

Troisième prise

Chacun d’entre eux découvrit son être.

Quatrième prise

Ils continuèrent à essayer de nouveau et à ouvrir de nouvelles pages.

Cinquième prise

Ils découvrirent que l’amour qui meurt par un arrêt cardiaque ne peut revenir à la vie.

8

Rupture

La cabine téléphonique va pleurer à chaque fois que quelqu’un d’autre essaierait de l’utiliser. La route racontera aux passants ce qu’elle a vu, l’asphalte de la rue dira sa colère et ses peines. Le signal de la route sera étonné en découvrant l’un des deux amoureux alors qu’il circule seul.

 

9

Prédiction

Après des échecs et des cassures infinis, tu vas trouver ta route personnelle. Mais ton cœur sera atteint des petites blessures qui ne se cicatrisent pas. Tu sauras alors que le temps qui te reste pour le bonheur est très restreint, mais assez suffisant pour que tu meures de joie.

 

10

Amour

Au dixième jour du coma, ils pleurèrent pour lui.

Au cinquantième jour, ils ressentirent de l’ennui.

Au centième jour, ils débranchèrent les fils.

 

11

Légende

L’arbre qu’ils avaient sanctifié pendant des milliers d’années et dont ils racontent l’histoire en des versions différentes, ne les avait pas touchés de malédiction lorsqu’ils l’avaient arraché.

 

12

Divorce

Ils prirent les cuillères et les couteaux, le butagaz, la machine à laver automatique, le satellite, et le chauffe-eau. Tous les rideaux, les lustres, les matelas, le mixer et les abat-jour, les deux pièces du salon et de la salle à manger. Mais ils me laissèrent les moments intimes et les moments malheureux, les photos du mariage, le fœtus mort au quatrième mois, les radios et les prises de sang. Tout ce qui me permit de sentir que je n’avais pas beaucoup perdu.

 

13

La page de nécrologie

Petit, il ne trouvait aucun sens à la page nécrologique. A quarante ans, il y vit les photos de beaucoup de ses amis. Maintenant, il avait 77 ans et il trouvait que c’était la page la plus importante du journal.

14

Delivery

Personne parmi les passants de la route ni les conducteurs des voitures n’octroya d’attention au corps étendu de celui qui ramène les commandes aux maisons. Une ambulance qui passait par hasard s’arrêta devant lui, mais elle portait un malade. Le conducteur appela le numéro gratuit du restaurant où il travaillait. Les roues de la moto continuaient à tourner en l’air et sur les côtés de la boîte où on garde la nourriture était écrit :

Nous nous qualifions de rapidité pour faire parvenir la nourriture.

15

Crime parfait

Le deuxième coup mena à une blessure profonde dans le cœur, ce qui fait éjecter le sang comme dans un jet d’eau de jeux au milieu d’une lumière jaunâtre diffuse provenant du plafond. Tandis que les vingt-quatre coups suivants ne laissèrent que des blessures profondes ou superficielles et quelques cicatrices légères. On pourrait imaginer que le vol était le motif principal. Pourtant, ce qui les étonna le plus c’est ce qu’avait prouvé le médecin légiste à savoir que l’homme tué était mort d’une attaque cardiaque lorsqu’il avait vu le couteau élevé devant lui.

16

Une relation

Premier feuillet

Si tu viens l’après-midi de la télé, tu vas trouver la nourriture chaude, je vais être chez maman comme je te l’ai dit. Si tu restes avec tes amis au centre-ville et que tu ne viens que le soir, enlève la nourriture dans le frigidaire et ferme le moteur après ton bain. Ne laisse pas allumé comme d’habitude et éteins le réchaud. Fais gaffe, je ne vais pas pouvoir te téléphoner ou t’envoyer des messages parce que mon téléphone portable a un problème d’écran. Je l’arrangerai en rentrant. (Je t’aime beaucoup).

Deuxième feuillet

Joyeux anniversaire. Je ne pourrai pas fêter avec toi ton anniversaire, j’ai du travail à Alexandrie et peut-être que je vais y passer la nuit … Dis-moi ce que tu penses des fleurs.

Traduction de Soheir Fahmi

Retour au sommaire

Chérif
Abdel-Méguid

Est né au Caire en 1971. Il est diplômé de la faculté de commerce extérieur de l’Université de Hélouan en 1993. Il a ensuite assisté à de nombreux ateliers d’écriture de scénario et s’est lancé dans l’écriture de scénario de documentaires, de courts métrages, mais surtout de programme télévisés de renom comme celui de Assir al-kotob (l’essence des livres). Il a commencé par l’écriture d’une pièce de théâtre Concerto al-zawguein (le concert du couple) aux éditions de l’Organisme général des palais de la culture en 2003. Puis a publié 3 recueils de nouvelles dont Khedmet ma baad al-bie (service d’après-vente) aux éditions Merit qui a été décoré par le 1er prix Sawirès pour la nouvelle égyptienne en 2008. Et Al-Garima al-kaméla (le crime parfait) aux éditions Dar Nahdet Misr en 2011. Et chez le même éditeur, un roman Farq al-tawqit (décalage horaire) également en 2011. Abdel-Méguid est doué pour la photographie et on lui a déjà consacré quatre expositions.

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.