Al-Ahram Hebdo, Evénement |

  Président
Labib Al-Sebai
 
Rédacteur en chef
Hicham Mourad

Nos Archives

 Semaine du 4 au 10 mai 2011, numéro 869

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Opinion

  Société

  Arts

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Evénement
 

Ils ont dit

« Nous regardons ce qui se passe de très près et avec une inquiétude croissante (…). Je condamne absolument la violence contre les manifestants pacifiques, en particulier l’utilisation de chars et de balles réelles qui ont blessé ou tué des centaines de personnes (...). Il va sans dire que les autorités syriennes ont pour obligation de protéger les civils et de respecter les règles internationales des droits de l’homme ».
Ban Ki-moon,
secrétaire général de l’Onu.

« Nous soutenons et attendons un signal fort afin que la répression et les tueries cessent en Syrie ».

Thomas de Maizière,
ministre allemand de la Défense.

« Il s’agit (...) d’envoyer un message fort aux autorités syriennes leur signifiant que les yeux de la communauté internationale sont tournés vers la Syrie, et avec nos partenaires de l’UE et de la région sur la possibilité de mesures supplémentaires ».

William Hague,
ministre britannique des Affaires étrangères.

« Il serait très risqué d’intervenir militairement. Je ne suis pas sûr que cela arrêterait le comportement horrible, comme notre président, Barack Obama, l’a qualifié. Nous devons donc renforcer les sanctions : le Conseil de sécurité de l’Onu et les autres organisations doivent mettre Bachar Al-Assad sous pression. Surtout, oublions l’idée selon laquelle ce type serait un réformateur. C’est un tueur brutal ».

John McCain,
sénateur républicain et ex-candidat à la présidentielle américaine.

« Il y a eu un rappel à l’ordre par les grandes puissances et les Nations-Unies. Le précédent de la Côte d’Ivoire et le précédent de la Libye montrent qu’un gouvernement qui s’écarte durablement d’un certain nombre de principes généraux peut être durement sanctionné et j’espère que Bachar Al-Assad en tirera les conséquences ».

Gérard Longuet,
ministre français de la Défense.

« Il ne peut y avoir deux poids, deux mesures ».

Nicolas Sarkozy,
président français.

« Ces hésitations sur la Syrie envoient le mauvais message au régime ».

Nadim Shehadi,
chercheur au groupe de réflexion britannique Chatham House.

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.