Al-Ahram Hebdo, Finance |
  Président Labib Al-Sebai
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Opinion

  Société

  Arts

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 

Marchés en bref

Flashs

Gaz naturel . Les pays arabes détiennent 28 % des réserves mondiales de gaz naturel, selon une étude de l’OAPEP (Organisation Arabe des Pays Exportateurs de Pétrole), estimées à quelque 1,897 trillion de mètres cubes. Le Qatar détient 47 % de ces réserves, suivi de l’Arabie saoudite avec 15 %, des Emirats avec 11 % puis l’Algérie avec 8,3 %. Actuellement, les pays arabes produisent 15 % du gaz naturel mondial. L’Egypte est le quatrième producteur arabe.

Taux d’intérêt . La Banque Centrale d’Egypte a décidé le 28 avril de maintenir ses taux d’intérêt inchangés pour la treizième fois consécutive. Le taux de dépôt au jour le jour restera donc à 8,25 %, alors que le taux de prêt est de 9,75 %. La décision est en accord avec les prévisions des experts.

Mobinil . Le profit net de l’opérateur égyptien de portable a diminué de 93,6 % au cours du premier trimestre 2011 sur fond d’instabilité politique. « Le premier trimestre n’a pas été commun pour Mobinil », a dit Hassan Qabbani, président-directeur général, dans un communiqué. « Mobinil a fait face à une coupure forcée de plusieurs services, au manque de sécurité, au gel de l’activité économique et à un ralentissement économique en général ». Cependant, le nombre d’abonnés de la société a augmenté de 16,2 % sur une base annuelle au cours de la même période.

Tabac . Les profits de la Eastern company, société publique qui monopolise la production des cigarettes en Egypte, ont régressé au cours des 9 mois qui se terminent en mars 2011, pour atteindre 402 millions de L.E. (67,6 millions de dollars), contre 625,8 millions de L.E au cours de la même période de l’année passée.

Corruption . Quatre hommes d’affaires, dont deux anciens directeurs exécutifs de la Dubai Islamic Bank, ont été condamnés à 10 ans de prison chacun par une cour à Dubaï, en plus d’une amende de 1,8 milliard de dirhams (496,5 millions de dollars), somme qu’ils sont accusés d’avoir détournée. Deux des 4 hommes d’affaires sont britanniques, en plus d’un Turc et d’un Américain. Les deux derniers ont été condamnés par contumace.

Devises (L.E.)
0r (L.E.)
Pétrole

au 2/5

au 2/5
au 2/5

1 US$ = 5,95 L.E.
1 Euro = 8,8 L.E.
1 £ sterling = 9,9 L.E.

Or 24 = 290,3 L.E.
Or 21 =  254,1 L.E.
Or 18 = 217,22 L.E.

New York = 113,69 US$
Londres =  125,93 US$
Opep = 120,35 US$

 

 

Le chiffre

2,5 à 3,5 %

Tel est le taux de croissance industrielle, prévu au cours du premier trimestre 2011. Une performance que le ministre de l’Industrie et du Commerce extérieur estime honorable, vu les turbulences par lesquelles l’économie égyptienne a passé. Le ministre explique cette performance par deux raisons : la hausse des exportations de marchandises et la reprise des capacités de production dans les usines. Les exportations de marchandises ont ainsi augmenté de 15 % par rapport à la même période de 2010 pour atteindre 30,3 milliards de L.E. Alors qu’en moyenne, la capacité de production a augmenté pour atteindre 60 à 70 % après avoir baissé à 20 et 50 % début février et mars.

HSBC dans la ligne de mire

La banque britannique est accusée d’avoir aidé des membres de l’élite politique et économique égyptienne à s’enrichir. Le rôle de la banque d’investissement a été détaillé dans le British Sunday, The Observer et The Guardian en se basant sur des recherches du Bureau of Investigative Journalism, une organisation non gouvernementale britannique consacrée à la production d’articles d’investigation.

Le bureau a déduit de ses investigations que HSBC était la banque européenne la plus active en Egypte et a collecté des fonds de plus de 4,47 milliards de L.E. (450 millions de sterling) pour deux des sociétés de développement immobilier accusées actuellement de corruption : Palm Hills et Talaat Mostafa Group.

Deux anciens directeurs du conseil de la banque sont devenus ministres en 2004, Mahmoud Mohieddine et Rachid Mohamad Rachid.

Pour sa part, HSBC a dit dans un communiqué que chacune des transactions mentionnées a satisfait les normes internationales. « Aucune des sociétés ou leurs mandants n’étaient sous sanctions. La République arabe d’Egypte n’était pas visée par des sanctions à l’époque de ces transactions », a affirmé la banque.

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.