Al-Ahram Hebdo, Arts | Le révolutionnaire des couleurs
  Président
Labib Al-Sebai
 
Rédacteur en chef
Hicham Mourad
  Conseiller de la rédaction
  Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 25 au 31 mai 2011, numéro 872

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Nulle part ailleurs

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Arts

Exposition . Salah Taher (1911-2007) a dû flirter avec tous les courants artistiques de son époque jusqu’à parvenir à ses propres outils d’expression abstraite. 450 œuvres mettent en lumière son parcours, pour fêter son centenaire.

Le révolutionnaire des couleurs

100 œuvres célèbrent les 100 ans de l’anniversaire de Salah Taher (1911-2007), pionnier de la 2e génération des artistes égyptiens. C’est ce que propose la galerie Zamalek, qui a choisi minutieusement 450 œuvres de la collection privée de la famille de l’artiste, dont 100 œuvres figuratives datant des années 1960, variant entre esquisses à l’encre de chine, aquarelles et acryliques.

La plupart de ces œuvres sont exposées pour la première fois. Salah Taher, artiste prolifique et libéral, disait que « l’art est éternel alors que la vie est éphémère ».

« Jusqu’à l’âge de 96 ans, mon père rêvait toujours de sa prochaine œuvre. D’ailleurs, ses tableaux ont une luminosité et une énergie, comme s’il les avait peints à la fleur de sa jeunesse. Une production si diversifiée qui s’engage dans un académisme total, jusqu’à arriver à l’apogée d’une abstraction absolue, passant par les divers mouvements artistiques de l’époque, dont l’impressionnisme, le fauvisme, le semi-abstrait, et surtout l’abstraction expressionniste », signale le fils du peintre, Aymane Salah Taher.

Son père, l’un des maîtres incontestés de l’abstraction expressionniste, a connu volontairement une phase de bouleversement artistique vers 1956, à l’occasion de multiples séjours passés aux Etats-Unis. A l’époque, il se révolte contre les restrictions de l’art académique, plonge dans son monde imagé et fonde sa propre école : une peinture mariant le classicisme, « l’apogée de son art », et la nature, « sa principale source d’inspiration ». Une manière aussi de se libérer des contraintes de la reproduction réaliste qu’il considérait comme « l’ennemi de toute création ».

Suite à cette libération, Salah Taher crée un monde d’expressionniste abstrait capable de surpasser les maîtres de l’abstraction. Il se fait remarquer notamment à travers ses œuvres des années 1960, exposées actuellement à la galerie Zamalek. Le figuratif esquissé avec souplesse et vigueur, lesquelles caractérisent la touche d’un académiste, incarne une allure abstraite que Salah Taher parvient à manier différemment.

Des silhouettes d’hommes et de femmes de Nubie se dressent de manière svelte. Taher a, en effet, dirigé l’atelier de Louqsor dans les années 1940 et 1950. Voici, entre autres œuvres au cachet très égyptien, le portrait classique d’une paysanne, un nu ou une femme du petit peuple, des paysages ruraux, des scènes de vie des villageois de Gorna, etc. Le tout s’imprègne de formes abstraites riches en compositions géométriques, en couleurs criardes avec la présence d’une troisième dimension. « L’esquisse exprime mieux les divers sentiments, selon mon père. A travers une abstraction lyrique, mon père laissait à son pinceau la liberté de créer des formes, des courbes et des lignes qui s’entrecroisent. Il parvenait à traduire des relations variées à l’aide de couleurs vivantes qui font bouger la toile », déclare Aymane Taher, qui qualifie son père de « révolutionnaire », lequel s’insurgeait par ses couleurs, ses formes et ses lignes abstraites. Une symphonie visuelle où les touches abstraites tourbillonnent à l’infini, à la recherche de leur émancipation.

C’est dans cet infini que se perçoivent à présent les œuvres de Salah Taher. Un avant-gardiste qui, en quelque sorte, prévoyait l’avenir du pays. « Si mon père était encore vivant, il aurait soutenu avec enthousiasme la révolution du 25 janvier. Il a toujours dit que l’art abstrait, par opposition à l’art figuratif, constitue l’une des plus grandes révolutions de l’art et de la vie », confie Aymane Taher.

Salah Taher a grandi dans un milieu d’effervescence culturelle. Il a vécu la fondation de l’Université du Caire, le déclenchement de la Révolution de 1919, la proclamation de la Constitution en 1923, la construction du Haut-Barrage, ou encore la sauvegarde des monuments de la Nubie … Il a côtoyé des pionniers de l’art, tels Mahmoud Mokhtar, Ragheb Ayyad et Youssef Kamel, et était particulièrement proche de la diva Oum Kalthoum et des auteurs Naguib Mahfouz, Tewfiq Al-Hakim, Mohamad Hassanein Heykal et Mahmoud Abbass Al-Aqqad. Autant de personnalités qui n’ont pas échappé au pinceau de Salah Taher, nommé dans son temps le « prince du portrait », car il allait toujours « au-dessous et au-delà du visage ».

Une série de 30 portraits — de la phase académique — que son fils essaie de rassembler à travers les collections privées et officielles, seront exposés au mois d’octobre prochain à la galerie Ofoq.

Névine Lameï

Retour au sommaire

 

Jusqu’au 15 juin, à la galerie Zamalek, de 10h30 à 14h30, et de 19h30 à 23h (sauf le vendredi). 11, rue Brésil, Zamalek. Tél. : 2735 1240

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.