Al-Ahram Hebdo, Voyages | Des mesures pour relancer le secteur

  Président
Labib Al-Sebai
 
Rédacteur en chef
Hicham Mourad

Nos Archives

 Semaine du 27 avril au 3 mai 2011, numéro 868

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Opinion

  Société

  Arts

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Voyages

Tourisme . L’Organisation Arabe pour le Tourisme (OAT) a tenu cette semaine à Charm Al-Cheikh une conférence avec l’objectif de promouvoir le tourisme interarabe. Celui-ci souffre à cause du contexte politique dans la région.

Des mesures pour relancer le secteur

Malgré les circonstances particulières qui caractérisent Charm Al-Cheikh à l’heure actuelle en raison de la présence de l’ex-président Hosni Moubarak enfermé dans son hôpital, la ville de la paix a accueilli cette semaine la première conférence tenue en Egypte après la révolution du 25 janvier. Elle a été organisée par l’Organisation Arabe pour le Tourisme (OAT), en coopération avec le ministère égyptien du Tourisme, sous l’égide de la Ligue arabe. « Nous n’avons pas changé d’avis en ce qui concerne la tenue de cette conférence à Charm Al-Cheikh après les controverses qui ont eu lieu autour du départ de l’ex-président ou son séjour dans cette ville. En fait, l’hôpital international de Charm Al-Cheikh est loin des zones touristiques », assure Bandar Ibn Fahd Al-Fahid, président de l’OAT. « Le choix de Charm Al-Cheikh est stratégique. Cette ville où se tenaient des dizaines de conférences par an continue à accueillir ce genre de tourisme dont elle possède l’infrastructure : les hôtels, les moyens de transport, les salles de conférences internationales, etc. », explique Amr Al-Ezabi, président de l’Organisme de la promotion touristique (ETA).

Quant à la conférence, elle vise à élaborer des plans pour la promotion du tourisme interarabe.

« L’exonération fiscale pendant cette période de crise à cause des pertes élevées que les opérateurs et les investisseurs ont subies (évaluées à plus de 4,3 milliards de dollars) est un premier pas pour le soutien de ce secteur vital pour l’économie des pays arabes », indique Al-Fahid. En fait, l’impact des révolutions arabes ne s’est pas limité à l’Egypte et la Tunisie, mais les revenus touristiques dans des pays comme l’Arabie saoudite et Bahreïn ont été énormément affectés aussi. La première à cause du retard de la omra (petit pèlerinage des musulmans) et le second à cause de l’annulation de la course de Formule 1 cette année. Ces pertes ont été suivies par la hausse du taux de chômage puisque des milliers de travailleurs ont été licenciés.

L’élaboration d’un mécanisme visant à faciliter le système d’octroi des visas entre les pays arabes a été l’une des recommandations de la conférence. L’instauration de la carte du touriste arabe, qui permet au citoyen arabe d’entrer dans tous les autres pays sans visa, était également une alternative puisque ces visas constituent, en fait, le premier obstacle au développement du tourisme interarabe. Ceci dit, l’OAT a soumis cette demande au Conseil des ministres arabes de l’Intérieur afin de prendre une mesure à son sujet lors de leur prochaine réunion le mois prochain.

Durant la conférence, le président de l’OAT a annoncé la fondation de Bénaa, une société anonyme pour l’investissement touristique dont le siège sera à Bahreïn. Avec un capital de 50 millions de dollars, cette société sera spécialisée dans la réalisation des projets touristiques dans les pays arabes. Une autre société de time share a été créée pour assurer la promotion du tourisme interarabe tout au long de l’année et non pas durant la saison estivale seulement comme c’est le cas actuellement.

Mounir Fakhri Abdel-Nour, ministre égyptien du Tourisme, a saisi l’occasion de cette conférence pour inviter les touristes arabes à venir en Egypte, surtout que l’été et les vacances approchent. « Une grande campagne de publicité en faveur du tourisme en Egypte sera lancée cette semaine dans les différents médias arabes. Des spécialistes poursuivront leurs visites dans les pays arabes pour faire de la promotion sur place. Nous allons inviter plusieurs délégations comprenant des célébrités et des responsables des médias arabes pour visiter l’Egypte afin de constater sur place la paix et la sécurité dans notre pays », explique Abdel-Nour. Il ajoute que la relance du tourisme interarabe vise non seulement à renforcer l’économie de nos pays mais aussi à consolider les relations entre les pays frères. « Une invitation commune a été présentée par l’Egypte, la Tunisie, la Jordanie et le Liban aux frères arabes pour visiter ces pays dans le but de soulager le secteur du tourisme qui souffre à cause des tensions politiques et des pertes économiques », conclut Abdel-Nour.

Dalia Farouq

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.