Al-Ahram Hebdo, Opinion

  Président
Labib Al-Sebai
 
Rédacteur en chef
Hicham Mourad

Nos Archives

 Semaine du 20 au 26 avril 2011, numéro 867

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
 
Opinion

Dr. Hicham Mourad

Abdel-Azim Hammad

Salwa Habib
 

Karima Kamal
 

Farouq Goweïda
 


Edito
 

L’ancien parti « unique » 

Dans le sillage des changements qui ont eu lieu depuis la révolution du 25 janvier, la justice a ordonné la dissolution du Parti National Démocrate (PND), ancien parti au pouvoir, et le transfert de ses avoirs au gouvernement. C’est la formation du président déchu Moubarak et de toute la caste au pouvoir. En fait, même si officiellement le régime politique était basé sur le pluripartisme, la réalité était toute autre. Le PND était le parti unique au vrai sens du terme. Il faut rappeler que cette formation est l’héritière de l’ancienne union socialiste de l’époque nassérienne, par la suite elle a eu plusieurs appellations pour aboutir enfin au nom de PND. Parfois il y avait des personnalités qui ont été membres de toutes ces formations. A titre d’exemple Kamal Al-Chazli, qui est mort juste un peu de temps avant la révolution, et Moufid Chéhab. Une des raisons sans doute qui ont contribué à la révolte a été justement les dernières élections législatives. La falsification y était très nette. Son chef d’orchestre était Ahmed Ezz et on disait que c’était pour assurer l’hérédité au pouvoir en la personne de Gamal Moubarak. En plus, les dernières années ont témoigné d’un état de corruption incomparable qui a entaché un grand nombre de ses membres, à tel point que l’on disait : le député du sang contaminé, celui du jeu, etc. Il y a aussi des députés qui sont allés jusqu’à commettre des meurtres, notamment Hicham Talaat Mostafa. L’espoir maintenant est que de nouvelles formations voient le jour exprimant une démocratie et une pluralité réelles pour remplacer de longues années de répression et de tyrannie. Beaucoup de partis ou de projets de partis font leur entrée sur la scène, il y a aussi les anciens partis qui semblent ne pas avoir beaucoup de popularité. La plupart des gens sont plutôt pour de nouvelles formations. Mais il y a aussi des craintes de voir émerger des partis islamistes. De toute façon, avec la chute du PND on parle d’une vraie fin de la voix unique.

 

 

 

 

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.