Al-Ahram Hebdo, Afrique | L’insécurité reste au premier plan

  Président
Abdel-Moneim Saïd
 
Rédacteur en chef exécutif
Hicham Mourad
  Conseiller de la rédaction
  Mohamed Salmawy

Nos Archives

 Semaine du 29 septembre au 5 octobre 2010, numéro 838

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Afrique

Somalie . Tandis que les shebab poursuivent leurs attaques, une réunion a eu lieu à l’Onu afin d’appeler le gouvernement de transition à surmonter les divisions et hâter la mise en place d’une administration stable.

L’insécurité reste au premier plan

Lançant un appel à la communauté internationale, le président somalien, Sharif Cheikh Ahmed, a accusé samedi dernier les insurgés islamistes de chercher à transformer son pays en une base d’où Al-Qaëda agirait dans l’ensemble de la Corne de l’Afrique. Sharif Cheikh Ahmed, à la tête du Gouvernement de transition (TFG) et dont l’administration est soutenue par les pays occidentaux, ne contrôle que partiellement la capitale Mogadiscio avec l’aide d’une Force de paix de l’Union africaine (Amisom).

Profitant de la réunion de l’Assemblée générale de l’Onu consacrée à son pays, Sharif Cheikh Ahmed a appelé à un soutien international accru, notamment à travers l’envoi de troupes supplémentaires pour combattre les islamistes. « La Somalie est un maillon faible dans la lutte contre le terrorisme international », a affirmé le président qui dirige les Institutions de transition de Somalie. Il a expliqué qu’Al-Qaëda était allié aux milices islamistes shebab, qui contrôlent désormais une grande partie du centre et du sud de la Somalie, pays en proie à la guerre civile depuis plus de 20 ans. « Les shebab ne croient pas à la Somalie en tant qu’Etat, ni à la création d’un gouvernement en Somalie, mais veulent transformer toute la Corne de l’Afrique en une plateforme terroriste pour leurs chefs d’Al-Qaëda pour semer le chaos dans la région et au-delà », a-t-il averti devant l’Assemblée générale.

En effet, les insurgés islamistes shebab ont lancé cette semaine une nouvelle attaque à Mogadiscio contre les forces gouvernementales et l’Amisom, au cours de laquelle au moins 19 civils ont été tués. Les insurgés ont attaqué les positions des forces du gouvernement de transition et de l’Amisom sur les lignes de front au nord et au sud de la ville, avec de violents échanges d’artillerie. Cette nouvelle attaque shebab intervient après une violente offensive lancée le 23 août par les insurgés dans la capitale et qui a duré près d’une dizaine de jours. Les forces du TFG avaient alors abandonné plus d’une dizaine de leurs positions avancées sur les lignes de front, forçant l’Amisom à intervenir pour les remplacer. A l’issue de cette offensive, les shebab se sont notamment rapprochés à un des axes stratégiques, qui relie le port et l’aéroport, un corridor vital pour la force de paix. Selon des responsables de l’Onu, de plus en plus de combattants étrangers se rendent en Somalie pour rejoindre les shebab et mènent des attaques contre les troupes de maintien de la paix de l’Union Africaine (UA).

Mais la communauté internationale est de plus en plus critique envers les efforts de Sharif Cheikh Ahmed pour former un gouvernement stable. Les participants de la réunion de l’Onu ont entendu un rapport du président Sharif Cheikh Ahmed sur les progrès effectués dans le cadre du processus de paix. Ensuite, ils ont demandé aux dirigeants de ce gouvernement d’achever les tâches restantes de la transition d’ici août 2011, en particulier le processus constitutionnel, et de consolider la cohésion et l’unité interne du gouvernement.

Le mandat du gouvernement de transition court jusqu’en août 2011, et le président est accusé de ne pas faire assez d’efforts pour intégrer l’opposition et pour mettre en place des services de base à la population. Pour soutenir les autorités somaliennes, les partenaires de la Somalie se sont réunis aux Nations-Unies pour mobiliser des soutiens internationaux et chercher une plus grande cohérence dans les efforts dispersés pour sauver son gouvernement assiégé par les islamistes shebab. En plus, Augustine Mahiga, représentant spécial du secrétaire général de l’Onu pour la Somalie, a estimé que « la présence à New York de nombreux dirigeants avait offert la possibilité de galvaniser le soutien international au gouvernement de transition. L’heure est grave pour la Somalie, après que les shebab ont lancé une nouvelle attaque à Mogadiscio contre les forces gouvernementales et l’Amisom. La mobilisation des ressources pour soutenir le gouvernement de transition et l’Amisom a été au centre des discussions », a expliqué M. Mahiga. Ce dernier a relevé notamment que cette force de l’UA manque cruellement d’équipements de surveillance militaire permettant de prévenir les attaques des shehab.

Dans un point de presse commun, le président de la Commission de l’UA, Jean Ping, a fait valoir que le problème n’était pas de trouver des recrues pour l’Amisom, qui compte plus de 7 000 soldats. Selon lui, l’Ouganda serait même prêt à déployer jusqu’à 20 000 hommes. « Le problème est que nous devons payer ces soldats, les équiper, leur donner un armement approprié », a-t-il fait remarquer.

Défendant son pays, M. Sharif a souligné que son gouvernement avait besoin de plus de ressources internationales, plus de soutien à la force de l’UA et plus de forces de sécurité.

Essayant de satisfaire la communauté internationale, le président somalien a nommé un premier ministre par intérim à la suite de la démission de Omar Abdirashid Sharmarke. « Le président m’a nommé pour occuper l’intérim et les ministres travailleront comme d’habitude jusqu’à ce qu’un nouveau gouvernement soit formé », a déclaré dans un communiqué le premier ministre par intérim, anciennement vice-premier ministre, Abdiwahid Elmi Gonjeh.  Sharmarke était en conflit ouvert avec le président qui menaçait la satibilté et la sécurité du paix.

Maha Salem

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph- Héba Nasreddine
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.