Al-Ahram Hebdo, Opinion

  Président
Abdel-Moneim Saïd
 
Rédacteur en chef exécutif
Hicham Mourad
  Conseiller de la rédaction
  Mohamed Salmawy

Nos Archives

 Semaine du 1er au 7 septembre 2010, numéro 834

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
 
Opinion

Abdel-Moneim Saïd

Hicham Mourad

Mohamed Salmawy
 

Makram M. Ahmad
 

Emad Awwad
 


Edito

Provocations israéliennes 

A la veille d’une reprise des négociations directes entre Palestiniens et Israéliens sous l’égide des Etats-Unis, l’établissement israélien se lance dans toutes sortes de provocations démontrant que la société dans l’Etat hébreu est peu disposée à la paix. C’est-à-dire une paix basée sur la restitution aux Palestiniens de leurs droits.

Ainsi, les colons ont mis en demeure le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, de relancer la colonisation le 26 septembre, au risque de faire capoter les négociations directes de paix avec les Palestiniens.

Naftali Bennet, chef de Yesha, principale organisation de colons, a déclaré à la presse : « Nous ne permettrons pas que M. Netanyahu manque à ses engagements et maintienne, même partiellement, le moratoire de dix mois dans la construction (à l’intérieur des colonies) qui vient à terme le 26 septembre » et il a averti que son organisation « va lancer dans les prochains jours une campagne très agressive, au niveau politique et dans la rue, pour contraindre le gouvernement à être fidèle au mandat qu’il a reçu de la majorité de l’opinion ».

Si Netanyahu ne se prononce pas de manière claire sur la question, son parti lui semble résolu à une reprise de la colonisation. Le député Zeev Elkin, chef du groupe parlementaire de son parti, le Likoud (droite), a promis que « la construction reprendra fin septembre, car nous devons être crédibles pour l’étranger et à nos propres yeux ».

Des défis donc, d’où la question de savoir à quoi bon ces négociations.

D’ailleurs, le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a porté les provocations au plus haut.

Concernant la reprise des négociations, il a dit : « Nous avons connu beaucoup d’événements festifs de ce genre. De Madrid à Annapolis, nous en avons vu d’innombrables et en voici un autre ». Oui, pour Israël la paix n’est guère un objectif et les négociations, auxquelles il est obligé, sont une fuite en avant pour avoir les Palestiniens par l’usure.

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph- Héba Nasreddine
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.