Al-Ahram Hebdo, Livres |

  Président
Abdel-Moneim Saïd
 
Rédacteur en chef exécutif
Hicham Mourad
  Conseiller de la rédaction
  Mohamed Salmawy

Nos Archives

 Semaine du 14 au 22 juillet 2010, numéro 827

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Livres

Lire . Il est rare qu’un catalogue puisse traduire et représenter une exposition aussi richement que le pavé intitulé « Du Nil à Alexandrie - Histoires d’eaux ».

Histoires d’eau

Paris,
De notre correspondant

Cette exposition qui a eu lieu au Laténium du 23 octobre 2009 au 30 mai 2010 a eu le succès nécessaire pour attirer l’attention du public et des politiques. De cet élément aquatique l’on parle rarement dans la civilisation égyptienne et celle d’Alexandrie en particulier. Mais il ressort d’autant plus que le conflit actuel opposant l’Egypte et le Soudan d’un côté et les pays d’amont du Nil de l’autre est devenu tellement brûlant que le savoir et l’esthétique qu’a offerts cette exposition viennent donner une nouvelle dimension au problème.

C’est Jean-Yves Empereur, infatigable gardien de la mémoire alexandrine, et Denis Ramseyer, du Laténium, qui furent commissaires généraux de l’exposition avec la chercheuse au CNRS Isabelle Hairy comme commissaire scientifique.

Ce catalogue est une encyclopédie, en papier et images du thème de l’eau en Egypte et à Alexandrie.

Quelque 31 chercheurs et historiens français et égyptiens se sont zélés généreusement  pour ouvrir les yeux des passionnés d’Egypte à cette page presque inconnue de la civilisation égyptienne dont on répétait à tour de bras la fameuse phrase de Hérodote : « L’Egypte est le don du Nil » sans prendre la peine de savoir que le Nil, en fin de compte, n’est qu’une voie d’eau et que si le conflit actuel nous a bien démontré que le fleuve appartient également à d’autres pays, l’exposition et son merveilleux catalogue nous poussent à nous interroger sur le fait que uniquement en Egypte, les eaux du Nil ont créé une grande civilisation. N’y a-t-il pas dedans matière à inverser le fameux dicton de Hérodote pour qu’il devienne « L’Egypte est le don des Egyptiens ? ».

Ce catalogue est d’autant plus intéressant que ses 700 pages sont compactées dans un format de livre facilement portable et consultable.

Toutes les rubriques sont indispensables pour comprendre la philosophie de l’eau chez les Egyptiens, leurs diverses techniques de la conserver, leurs nombreuses expressions artistiques et iconographiques qui tournaient autour du thème du Nil …

Il y a quelques années, Jean-Yves Empereur avait filmé ses recherches dans les citernes d’Alexandrie. Depuis, un long chemin de recherches scientifiques et de fouilles archéologiques a été réalisé. Le catalogue nous détaille tout cela avec une générosité et une compétence manifestes.

Enfin, il serait très utile aux chercheurs arabes et anglophones que ce précieux objet d’art soit traduit en arabe et en anglais. Il n’est pas impossible que Mohamad Awad, du Centre des études méditerranéennes d’Alexandrie, ou Gaber Asfour, président du Centre national de la traduction, soient intéressés par cette proposition, qui rendra l’eau d’Alexandrie non seulement potable, mais aussi accessible à tous.

 

Ahmad Youssef

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.