Al-Ahram Hebdo, Echangez, écrivez |

  Président
Abdel-Moneim Saïd
 
Rédacteur en chef exécutif
Hicham Mourad
  Conseiller de la rédaction
  Mohamed Salmawy

Nos Archives

 Semaine du 14 au 22 juillet 2010, numéro 827

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Kiosque

  Société

  Arts

  Idées

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Echangez, écrivez

Coptes. Une de nos lectrices se plaint de sa vie conjugale et espère que l’Eglise trouvera une solution pour tous les gens qui sont dans la même situation.

L’Eglise doit changer d’avis

Permettez-moi de vous raconter mon histoire qui est similaire à celle d’un grand nombre de coptes orthodoxes. Il y a cinq ans j’ai épousé un jeune homme que j’ai trouvé sympa. Mais après le premier enfant, il a commencé à m’insulter, utilisant des mots humiliants.

 Il me battait car j’ai donné naissance à une fille et il aurait préféré un garçon. Même les voisins intervenaient pour démêler la dispute. Mais en vain. Je veux divorcer.

 Je veux me séparer de cet homme qui m’humilie et m’insulte.

Mais, l’Eglise refuse le divorce car c’est interdit sauf pour adultère. Est-ce logique que je dois commettre un adultère pour obtenir le divorce ? Est-ce que je dois avoir un amant ? Pourquoi l’Eglise ne change-t-elle pas sa position ? Pourquoi nous les coptes devons souffrir toute la vie avec un époux ou une épouse que l’on n’aime pas ? Pourquoi je dois vivre avec une personne qui ne me respecte pas et qui n’éprouve plus de sentiments envers moi ? Je ne veux pas divorcer pour me remarier, mais pour m’éloigner de ce mari insupportable et pour bien éduquer ma fille loin des problèmes.

J’espère que l’Eglise copte annoncera, un jour, une nouvelle loi sur le statut personnel des coptes. Et j’espère aussi qu’il sera comme le kholea, qui est un type de divorce permis aux femmes musulmanes à condition de céder tous leurs droits financiers. Ayez pitié de nous.

Amira Youssef,
Alexandrie.

 

 

Soutien de Lyon aux Palestiniens

Une première, mais espérons qu’elle ne sera pas la dernière. La révolution à la Gandhi est en marche et ne s’arrêtera pas. Le drapeau de la Palestine flottera désormais sur le fronton de la mairie de Vaulx-en-Velin (banlieue de Lyon) aux côtés des trois autres drapeaux (celui de la Ville, de la France et de l’UE).

Le maire, Monsieur Bernard Génin — qui a inauguré cet événement en présence du maire palestinien de la ville de Beit Sahour (ville palestinienne jumelée avec Vaulx-en-Velin) — et sa majorité municipale (dissidents du PCF) ont voulu manifester leur solidarité avec le peuple palestinien, protestant par le fait même contre les crimes d’Israël vis-à-vis des Palestiniens.

 Désormais, les habitants de cette ville (les Vaudais) verront tous les jours flotter le drapeau palestinien sur le fronton de leur mairie.

 Les plus libres d’entre eux se sentiront fiers de leurs élus qui refusent de se taire devant l’injustice exercée par Israël contre les Palestiniens, avec la complicité éhontée des grandes puissances qui refusent de sanctionner cet Etat de l’apartheid qui ne respecte ni résolutions, ni lois, ni morale. Ce geste symbolique est aussi un message de soutien des élus de cette commune aux habitants de Gaza qui souffrent du blocus inhumain qui leur a été imposé par Israël, avec la complicité du régime égyptien et de « la communauté internationale » qui marchent au pas devant Israël et ses représentants qui agissent de l’intérieur de leurs institutions et les tiennent par la gorge.

Oui, nous disons que la Révolution à la gandhienne est en marche en France et ne s’arrêtera pas jusqu’à ce que la justice triomphe. Cette révolution consiste à donner une prise de conscience au peuple français dont les médias sont au service d’Israël, lesquels maintiennent les non initiés dans l’ignorance par la déformation de la réalité sur le terrain. Le geste des élus de la ville de Vaulx-en-Velin signifie que des élus du peuple français ne veulent plus être complices d’Israël en gardant le silence sur ses crimes. Un exemple que nous félicitons. Nous encourageons vivement les élus libres des 36 000 communes de France à suivre l’exemple de la ville de Vaulx-en-Velin pour dire aux sionistes qui essaient de les museler que la France ne leur appartient pas seuls ; mais elle appartient aux citoyens qui souhaitent voir les valeurs de la République appliquées par leurs élus, à savoir le respect des droits de l’homme et de la justice, aussi bien en France qu’à travers le monde.

Oui, nous pouvons dire que les élus de la ville de Vaulx-en-Velin qui ont pris cette décision symbolique font honneur à la France et à leur peuple.

Déjà, elle serait la seule municipalité sur le bâtiment de laquelle on peut lire « Liberté, égalité, fraternité, solidarité » ; car la solidarité a une grande signification chez les élus de cette ville, puisqu’elle est la pierre d’achoppement de la société qui se veut être basée sur l’égalité et la fraternité entre ses citoyens.

Chérif Boudelal,
France
.

 

 

Mohamad Sobhi, un artiste hors pair

Talentueux dès sa jeunesse, passionné par l’art, créatif dans ses chefs-d’œuvre, le grand protagoniste Mohamad Sobhi est un artiste d’un genre différent. Chaque fois qu’il présente un feuilleton ou une pièce de théâtre, on trouve un message important : la société en général et l’être humain en particulier. Il est capable de convaincre les spectateurs de son message. La diversité des sujets qu’il présente sur l’écran ou au théâtre traite des intérêts du citoyen. La plupart des jeunes actuellement n’ont pas de temps pour lire, le rythme de la vie devenant tellement rapide, c’est pourquoi je trouve que Mohamad Sobhi est professionnel dans le fait d’attirer l’attention des autres pour admirer ses chefs-d’œuvre à travers sa comédie et sa vision profonde. On ne peut pas oublier son célèbre feuilleton Aëlet Wanis (la famille de Wanis) où il nous montre l’importance du rôle de la famille dans la société. En outre, le célèbre feuilleton Farès bela gawad (un cavalier sans cheval) prouve que l’artiste égyptien peut apprendre aux autres la réflexion et l’analyse. Il a incarné notamment plusieurs personnages dans le même récit, ce qui a rendu les scènes très intéressantes.

Je lui adresse à travers l’Hebdo mes chaleureuses félicitations pour ses nombreuses productions.

Fatma Elzahraa Eldamaty,
Alexandrie.

 

S’intéresser aux animaux

J’ai remarqué dernièrement qu’il existe un intérêt particulier de la part des gens et surtout les enfants à élever un animal comme les poissons, les chats, les chiens, les tortues et même les hamsters. Je crois que le fait d’élever des animaux domestiques est une bonne habitude, car à mon avis ces animaux peuvent apprendre aux enfants beaucoup de bonnes conduites et aussi de bons sentiments comme la pitié et la propreté. En fait, la plupart des filles préfèrent élever les chats, en essayant de leur faire apprendre comment manger, comment être propres. De cette façon, l’enfant apprendra que sa mère est importante pour lui. D’autre part, les couleurs magnifiques des poissons, l’attitude amusante et aussi sentimentale entre les oiseaux créent une personnalité sensible, correcte, pleine d’émotions et ayant aussi un aspect artistique.

Donc, essayez d’encourager vos enfants à élever ces beaux animaux sans rien craindre !

Mona Ayman,
Le Caire.

 

 

Manque de crédibilité

Pour la deuxième fois, la médecine légale a publié un deuxième rapport sur les causes de la mort du jeune Alexandrin Khaled Saïd. Selon ce rapport, la mort est due à la suffocation pour avoir avalé un sachet de marijuana, qui l’a empêché de respirer.

 Mais malgré ces affirmations officielles, il existe un refus populaire du contenu du rapport et tout le monde croit que la mort est due aux coups que les deux policiers lui ont assénés. Je me demande : pourquoi ce manque de confiance vis-à-vis du gouvernement ? Tout ce que le gouvernement dit est un mensonge pour la grande majorité.

 Notons qu’il existait des exemples de torture commis par des policiers avant cela. Je crois que l’Etat doit s’intéresser à reconstruire la confiance des citoyens en disant toujours la vérité, n’essayant pas de défendre les fautifs même s’ils sont des hommes proches du pouvoir.

Adel Ahmed,
Alexandrie.

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.