Al-Ahram Hebdo,Dossier |

  Président
Abdel-Moneim Saïd
 
Rédacteur en chef exécutif
Hicham Mourad
  Conseiller de la rédaction
  Mohamed Salmawy

Nos Archives

 Semaine du 9 au 15 juin 2010, numéro 822

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Francophonie

  Opinion

  Société

  Arts

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Dossier

Turquie-Israël. Le commissaire Kurt Wallanderest, héros de plusieurs polars de l’écrivain suédois Henning Mankell qui se trouvait à bord de la flottille attaquée par Israël, va-t-il mener une nouvelle enquête sur un nouveau crime ?

Israël, criminel sans alibi

Oui, Israël est un Etat pirate. Il agit comme tous les corsaires et flibustiers qui attaquent dans les eaux internationales les navires. Les réactions sont diverses avec évidemment des condamnations, mais malheureusement, des tentatives d’atténuer la chose au profit de l’Etat hébreu. Un des principaux témoins de l’attaque sanglante contre la flottille est l’auteur suédois de romans policiers à succès Henning Mankell. Intéressant dans la mesure un auteur du genre qu’on appelle série noire ait pu assister en direct à un crime réel. Réaction : il dit étudier la possibilité d’interdire la traduction en hébreu de ses ouvrages, pour protester contre cette intervention sanglante de l’armée israélienne contre la flottille pour Gaza à laquelle il participait. « Mes livres sont des best-sellers en Israël et je dois réfléchir sérieusement à la possibilité de faire interdire leur traduction en hébreu ». Mankell était l’un des 11 Suédois ayant pris part à la flottille pour Gaza, un convoi humanitaire de six bateaux avec 682 personnes représentant 42 pays, que les commandos israéliens ont attaqué, faisant au moins neuf morts. D’ailleurs, les compagnons suédois de l’écrivain dans la flottille ont qualifié les attaques de « meurtres prémédités ». L’écrivain de 62 ans, dont les ouvrages ont été vendus à plus de 25 millions d’exemplaires dans le monde et dont certains ont été adaptés au cinéma ou à la télévision, a dit avoir du mal à comprendre « la stupidité » de cette attaque. « S’ils (les Israéliens) avaient voulu nous arrêter sans perdre la face, ils auraient pu briser les hélices ou le gouvernail et remorquer les bateaux. Mais se lancer en toute conscience dans une confrontation violente et tuer des gens, je ne le comprends simplement pas », dit l’écrivain. Auteur policier, il ne doit pas s’étonner cependant puisqu’Israël est bien un Etat qui défie les lois internationales comme tous les criminels de ses romans.

En plus, il a dénoncé la disproportion de l’assaut israélien contre la flottille pour Gaza. Et de dire : « Que se passera-t-il l’an prochain lorsque nous viendrons avec des centaines de bateaux ? Tireront-ils une bombe atomique ? ». « Aujourd’hui, nous savons qu’Israël est sur les genoux. Personne n’aurait pu s’attendre à ce que le reste du monde réagisse de cette façon. Ils sont complètement isolés. Les gens en ont tellement assez de cette brutalité et de cette violence que ce pouvoir (israélien) a sur la conscience », a-t-il ajouté. Autre témoin : l’historien des religions Mattias Gardell, à son arrivée à Istanbul dans le groupe de quelque 500 militants expulsés par Israël, a déclaré : « C’était une attaque militaire contre une opération d’aide humanitaire ». Il se trouvait avec son épouse, l’historienne des idées Edda Manga, au bord du Mavi Marmara, l’intervention israélienne a été la plus violente, les passagers ayant affronté les commandos. « J’ai vu le personnel de sécurité du bateau tenter d’empêcher des plongeurs de monter à bord. (...) Puis un de nos camarades a dit que (les soldats) tiraient et avaient tué trois personnes (...) et que nous devions nous jeter à plat ventre. Nous étions sur le pont, nous aurions pu mourir », a raconté de son côté Mme Manga.

Réactions et choses vues qui diffèrent tout à fait de celles d’autres intellectuels qui se veulent des défenseurs inconditionnels d’Israël. A titre d’exemple Bernard Henri Lévy, alias BHL. Dans le blog du Monde diplomatique, on lit : « A la veille de cette action militaire, faisant preuve d’une prescience qui fait partie de ses innombrables qualités, Bernard Henri Lévy déclarait, à Tel-Aviv : Je n’ai jamais vu une armée aussi démocratique, qui se pose tellement de questions morales (haaretz.com, 31 mai) ». Il est vrai que lors de la guerre de Gaza, notre philosophe s’était pavané sur un char israélien pour entrer dans le territoire. Réagissant à l’attaque aujourd’hui, Lévy l’a qualifiée, selon l’AFP, de « stupide » car risquant de ternir l’image d’Israël. Pas un mot de condamnation, pas un mot de regret pour les tués.

Ahmed Loutfi

Retour au sommaire

 

ILS ONT DIT

« Notre problème ne concerne pas les Israéliens ou le peuple juif. Notre problème concerne le gouvernement israélien oppresseur, qui pratique le terrorisme d’Etat … Le gouvernement israélien est hypocrite, paranoïaque et il ment ».
Le premier ministre, Recep Tayyip Erdogan.

« Un mépris flagrant et absurde envers tout ce qui ressemble au droit international, aux droits de l’Homme ou aux normes diplomatiques … La politique israélienne menace de renforcer l’extrémisme au Proche-Orient. Je crains que si la tendance n’est pas inversée dans notre région, la modération sera une des victimes les plus douloureuses de la poursuite de l’agression et des politiques intransigeantes ».
La reine Rania de Jordanie, épouse du roi Abdallah II.

« D’après nos renseignements, l’attaque s’est produite dans les eaux internationales. Ainsi, Israël n’avait pas le droit de faire ce qu’il a fait. Ce ne sont pas les armes qui vont garantir la paix ».
Le président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva.

« l’Europe a les moyens de se faire entendre. Si une enquête internationale n’est pas rapidement mise en place, si Israël refuse de lever le blocus ou continue de s’opposer dans les faits à la mise en place de deux Etats souverains et indépendants, il faut que Lady Ashton, que l’Union européenne et les Etats membres prennent toutes les mesures politiques adéquates pour y remédier ».
Un député européen.

« Notre déception vient de ce que si les Etats-Unis avaient adopté une position différente, en essayant de faire pression sur Israël et de demander plus d’explications de la part d’Israël, je pense que les choses se seraient calmées plus vite Israël est sur le point de perdre un ami (...), cela sera une erreur historique ».
Namik Tan, ambassadeur de Turquie à Washington.

 

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.