Al-Ahram Hebdo, Opinion
  Président Abdel-Moneim Saïd
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 14 au 20 avril 2010, numéro 814

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
 
Opinion

Abdel-Moneim Saïd

Abdallah Al-Achaal

Nabil Abdel-Fattah
 

Makram M. Ahmad
 

Gamal Zaïda
 


Edito

Les Sadristes courtisés

Les deux prétendants au poste de premier ministre en Iraq, Nouri Al-Maliki et Iyad Allawi, courtisent le courant religieux chiite et l’Iran, deux acteurs incontournables pour diriger l’Iraq plongé depuis un mois dans un vide institutionnel après les législatives du 7 mars dernier.

Alors que Bagdad est le théâtre d’une recrudescence de violences, l’ancien chef du gouvernement, Iyad Allawi, a estimé qu’un gouvernement ne verrait pas le jour avant juin prochain. Mais cela n’empêche pas les formations politiques de se chercher des alliés, car le système électoral à la proportionnelle ne permet à aucune liste de gouverner seule.

Fort du soutien massif de la communauté sunnite, l’ex-chef de gouvernement laïc M. Allawi est arrivé en tête des élections en obtenant 91 sièges et vient de recevoir une invitation à se rendre à Téhéran, un sésame indispensable pour espérer gouverner en raison de l’influence qu’exerce ce pays sur les partis chiites iraqiens. L’appui de l’Iran est d’autant plus important que le chef radical chiite iraqien, Moqtada Sadr, y réside. Ses partisans ont obtenu un score inespéré avec 39 sièges (32 dans la précédente assemblée), écrasant leurs alliés chiites du Conseil Suprême Islamique en Iraq (CSII) d’Ammar Al-Hakim qui ont moins d’élus. Les Sadristes peuvent ainsi jouer le rôle de « faiseurs de roi ».

M. Allawi, qui avait chassé par la force en 2004 les miliciens sadristes de la ville sainte de Najaf, se montre aujourd’hui attentionné. Son rival Nouri Al-Maliki, premier ministre sortant, furieux dans un premier temps d’avoir été battu par M. Allawi, fait aujourd’hui patte de velours. Il s’est rendu modestement chez tous ses adversaires chiites. Il a été contraint de visiter l’ancien premier ministre, Ibrahim Al-Jaafari, qu’il avait délogé à la tête du gouvernement, le vice-président Adel Abdel-Mehdi, chef du CSII, et a été humilié par les Sadristes qui ont interdit l’entrée de leur siège à Bagdad à son escorte, l’obligeant à venir seul.

Fort de son statut de premier mouvement religieux chiite d’Iraq obtenu grâce à ses très bons résultats aux législatives, le parti de Moqtada Sadr veut barrer la route à M. Maliki qui avait mené en 2008 une campagne militaire sanglante et d’arrestations contre la milice du mouvement dans ses fiefs de Sadr City, à Bagdad, et de Bassora (sud). Ce mouvement s’est placé en position de force, en rejetant, lors d’un « référendum », les candidatures de MM. Maliki et Allawi au poste de chef du gouvernement, leur préférant un candidat religieux, Ibrahim Al-Jaafari. M. Jaafari fut premier ministre d’avril 2005 jusqu’au mai 2006, au moment où l’Iraq plongeait dans la guerre confessionnelle. MM. Maliki et Allawi arrivent respectivement en troisième et quatrième positions dans cette consultation.

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.