Al-Ahram Hebdo, Echangez, écrivez |
  Président Abdel-Moneim Saïd
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 2 au 8 septembre 2009, numéro 782

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Echangez, écrivez

Ramadan.  Entre spiritualité et consommation ramadanesque, une de nos lectrices prend la parole.

Faisons l’équilibre

Spiritualité ou sucreries ? La question se pose de plus en plus chaque année à la veille du mois du Ramadan. C’est le mois du jeûne, de la piété et de la ferveur. Tous les musulmans de par le monde attendent avec impatience ce mois sacré pour être plus près de leur Créateur et des valeurs spirituelles prescrites dans le Livre saint, le Coran. C’est le message profond du Ramadan, son essence qui doit se répandre parmi tous les fidèles, pour mieux comprendre et mieux vivre ses préceptes. Qu’en est-il en réalité, ici chez nous, en Egypte ? Il y a toujours des personnes qui font prévaloir le spirituel sur le matériel durant ce mois, sans toutefois se priver des confiseries ou d’autres halawiyat prévues à cet effet. Mais il faut avoir le courage d’avouer que ce qui se passe aujourd’hui au Caire est une véritable invasion des souks et autres marchés et supermarchés pour l’achat en grandes quantités des denrées alimentaires nécessaires. Pourquoi tout cet afflux ? A-t-on peur d’une diminution ou d’une disette pour accourir et faire la queue, voire des queues interminables, avec maintes bousculades et sérieux accrocs pour sortir finalement heureux, souriants et satisfaits, en tenant les tas de paquets en main comme si la prière aura sa valeur diminuée en l’absence de cette montagne d’ingrédients ?

Encore une fois, l’on se demande comment peut-on accourir pour s’approvisionner de cette façon alors que al-hamdou li Allah, tout est prévu, tout est disponible et rien n’est perdu et ne se perdra, tant que les fidèles sont attachés aussi bien aux valeurs spirituelles de ce mois sacré qu’aux éléments matériels qui l’accompagnent. Faisons un équilibre et le monde sera meilleur.

Sara Nour,
Le Caire.

Bienvenue le mois sacré

Le jeûne a des bienfaits spirituels comme la piété, la patience et le contrôle de soi-même. Mais le Ramadan a aussi des intérêts sociaux. A titre d’exemple, il permet aux musulmans de s’unir plus, de s’organiser et de préserver la société des maux et des dégâts. Quant aux bienfaits physiques, ils s’expriment selon le hadith du prophète : jeûnez et vous aurez la santé. Concernant la vertu du jeûne, le prophète a dit à ce sujet : quiconque jeûne le mois du Ramadan pousse par sa foi et dans l’espoir de la récompense divine, Allah l’absout de tous ses péchés passés ; Quiconque veille (en prière) le mois du Ramadan par sa foi et dans l’espoir de la récompense divine, Allah l’absout de tous ses péchés passés ; Quiconque veille (en prière) la Nuit du destin pousse par sa foi et dans l’espoir de la récompense divine, Allah l’absout de tous ses péchés passés.

Elsafi Mohamed,
Kafr Al-Cheikh.

Ramadan et la folie des achats

A l’occasion du mois du Ramadan, je félicite tous les musulmans partout dans le monde entier. Cette année, l’arrivée du Ramadan coïncide avec la rentrée scolaire. Les Egyptiens ont de quoi hurler des dépenses et des prix qui ne cessent d’augmenter. Qu’il s’agisse des frais scolaires, des livres, des vêtements ou du yamich du Ramadan, le défi est très grand pour le porte-monnaie. Quel que soit le budget, la crise est là. Que dire des plus pauvres dans de telles situations ? Comment acheter les choses les plus élémentaires pour l’école et pour le Ramadan ? Le gouvernement doit impérativement trouver une solution, car nombreux sont ceux qui n’ont pas les moyens. Pourquoi les prix augmentent follement et pas les salaires ? Les gens ont besoin d’un certain équilibre pour pouvoir vivre humainement.

Rim Fathalla,
Ismaïliya.

Bonjour les dépenses

Tout d’abord, mes félicitations et salutations à toute l’équipe d’Al-Ahram Hebdo et à tous les Egyptiens et les musulmans du monde entier. Le mois du Ramadan se termine et quatre jours après, c’est la rentrée scolaire et universitaire. Alors comment faire pour répondre à tous ces besoins et ces exigences financières ? Acheter le yamich, le sucre, la viande, les poulets, et aussi l’uniforme, les chaussures, les fournitures scolaires ... Tout cela en un seul mois pour les familles égyptiennes. C’est normal que des frictions existent dans les familles. Mais je pense que le problème n’est pas là. Beaucoup de gens ne comprennent pas la vraie conception de ce mois de jeûne.

Nous ne savons pas comment se préparer pour ce mois. L’essentiel est de se sentir plus proche des pauvres, qui souffrent et qui manquent de moyens. Notre prophète Mohamad nous a interdit le gaspillage de tout. Notre prophète, en ce mois, mangeait quelques petites dattes et un peu de lait pour être prêt à prier le plus longtemps possible.

Donc, réveillez-vous et comprenez bien que ce mois sacré est fait pour prier, faire des actions de charité, purifier son âme et essayer d’en faire sortir le plus mauvais. Alors si on comprend bien le vrai but de ce mois sacré, plusieurs problèmes seront résolus, car tout simplement, on n’aura pas besoin d’un grand budget, ni de grands buffets.

Par exemple, la Banque alimentaire d’Egypte est une association caritative qui distribue de la nourriture aux pauvres toute l’année. Le Ramadan reste le mois où son action gagne le plus en intensité.

Mohamed Galal,
Damiette.

Merci pour la publication des problèmes …

Tout d’abord, je tiens à remercier toute l’équipe de notre journal Al-Ahram Hebdo, car il nous a donné la chance d’exprimer nos problèmes et nos soucis. Permettez-moi de raconter mon expérience en ce qui concerne mon voyage au bord de la mer de la nouvelle Damiette.

En effet, tout est beau, bien organisé et bien préparé soit à la plage soit à la ville. Mais malheureusement, j’ai eu un simple accident et on m’a transporté à l’hôpital de l’Université d’Al-Azhar dans la même ville.

L’hôpital est propre, très beau et l’entrée est gratuite. C’est une belle chose. Le médecin m’a ausculté et m’a dit que j’ai besoin d’une simple opération. Mais le problème c’est que les médicaments nécessaires n’y étaient pas disponibles et je devais les acheter d’une pharmacie privée.

Je pose une question : qu’est-ce que je fais si je n’ai pas l’argent pour faire cette opération ou pour acheter ces médicaments ? Est-ce que je mendierai ou je volerai ? J’attends une réponse à cette question du ministre de la Santé.

L’hôpital est très moderne. Et les médecins sont compétents mais le grand problème est qu’il n’y a pas de médicaments.

Ossama Badawi,
Nouveau Caire.

Une rentrée scolaire avec précautions

J’ai appris des médias et aussi de votre journal que les ministères de la Santé et de l’Education se sont préparés à la rentrée scolaire avec certaines mesures afin de protéger les élèves de la grippe porcine. Tout le monde sait que les écoles publiques contiennent beaucoup d’élèves ; ainsi une des mesures qui va être prise est la division de la journée en deux périodes, une le matin et une autre l’après-midi, afin d’évier que le virus ne se propage. Des équipes médicales seront aussi présentes dans chaque école pour découvrir les cas atteints. La bonne aération des classes et la propreté sont d’autres mesures qui peuvent protéger les élèves. Ce sont des précautions vraiment indispensables, surtout que le virus va être plus virulent pendant les mois de septembre et novembre. Mais pour que les mesures soient complètes, il faut que les parents et même toute la société participent à ces efforts. Il faut qu’ils commencent à informer leurs enfants sur ce nouveau virus et les habituent à la propreté, comme par exemple se laver les mains régulièrement. Ainsi, avec toutes ces précautions, on pourra estimer que le danger de ce virus sera évité à nos enfants.

Noura Hassan,
Le Caire.

Les mauvaises habitudes

Ramadan est le mois du jeûne, mais sera-t-il comme chaque année le mois de la paresse et de la mauvaise circulation ? Mais je dois être honnête et dire que les deux premiers jours du mois sacré, la circulation était parfaite, car cette année, ce mois a commencé un jour de congé et j’espère que la circulation restera fluide tout au long du mois. D’autre part, je pense que les gens comprennent mal la signification de ce mois sacré. Parfois, ils interprètent les choses comme bon leur semble. A mon avis, un grand nombre de citoyens passent leur temps devant la télévision au lieu de bien travailler. Ils pensent que ce mois sacré est fait uniquement pour manger et suivre les programmes et les feuilletons. Je pense qu’il doit y avoir des campagnes de sensibilisation pour que les gens apprennent de nouveau les leçons ou la véritable signification du mois sacré.

Ahmed Mohamed,
Charqiya.

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.