Al-Ahram Hebdo, Idées | Rencontres fécondes
  Président Abdel-Moneim Saïd
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 19 au 25 août 2009, numéro 780

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Idées

Echanges Culturels. Résider pendant quelques mois dans un autre pays. Tel est l’objectif du programme « Artist In Residence ». Mais quelle influence réelle a-t-il cet échange sur la création artistique ?

Rencontres fécondes

La fondation suisse pour la culture, connue sous l’appellation « Pro Helvetia », est une petite structure dont les locaux occupent en tout et pour tout deux pièces de l’ambassade de Suisse. Sa petite taille ne l’a pas empêché de se tailler, au fil des années, une solide réputation de pôle d’échange interculturel dynamique et inventif. L’antenne cairote de Pro Helvetia soutient le programme d’échange Artists In Residence (AIR), qui vise à promouvoir l’art suisse dans la région en invitant une poignée d’artistes helvétiques à résider quelques mois au Caire. En parallèle, le programme AIR permet à des artistes d’Egypte et du Moyen-Orient d’aller passer quelques mois en Suisse et de s’immerger dans la culture locale. Photographes, danseurs, réalisateurs, peintres, compositeurs et écrivains composent ces hétéroclites réunions d’artistes qui se croisent et aiment à aller frotter pinceaux, appareils photo, caméras, plumes et notes à un contexte créatif neuf. Mais que reste-t-il de ces quelques mois passés hors de son cocon artistique régulier ? Quelle trace cette expérience a-t-elle imprimé sur les feuilles de route artistiques de ces esprits créatifs ?

Ils sont nombreux, de Suisse, d’Egypte et du Liban à avoir livré leurs réflexions sur l’impact qu’a eu leur séjour en résidence d’artiste sur leurs parcours créatifs, tout en reconnaissant ignorer si cet impact sera pérenne ou non. « L’aspect le plus important de notre séjour à Berne en Suisse, racontent Nayla Dabaji et Ziad Bitar, deux photographes libanais, est d’avoir rencontré tant d’artistes ayant une technique si similaire à la nôtre ». Nayla ajoute, enthousiaste, que « cette proximité nous a permis de débattre avec des gens évoluant dans un contexte socioculturel, politique et artistique tout à fait différent, sans ressentir de décalage culturel trop important ». Le programme AIR encourage les artistes en résidence à participer, voire à monter de toutes pièces des activités culturelles dans le pays d’accueil, en partenariat avec des artistes locaux. Nahla Mattar, compositrice et assistante à la faculté de musique de Hélouan, a effectué un séjour à Zurich de février à avril 2008. « J’ai organisé un concert autour des compositions égyptiennes contemporaines, en collaboration avec un ensemble local », raconte la compositrice qui a aussi remporté la deuxième place lors de sa participation au concours des jeunes compositrices qui s’est déroulé en Allemagne en novembre 2008 pour sa composition Three. « Ce qui me semble le plus important, c’est que les relations artistiques bilatérales se poursuivent après le séjour en résidence d’artiste, et je me félicite que ce soit le cas », ajoute Nahla Mattar en racontant que 3 experts suisses ont visité la faculté de Hélouan en novembre dernier et ont organisé un atelier et un concert sur place. Le photographe, plasticien et comédien égyptien Amr Fekri a lui aussi effectué un séjour de 3 mois à Zurich dans le cadre du programme AIR et se souvient de cette expérience comme d’une révélation. « Pour la première fois dans ma courte carrière d’artiste, j’ai eu le temps de découvrir ma propre identité artistique ainsi que l’espace nécessaire à l’exploration de mon individualité », explique l’artiste qui confie ressentir l’impact de ce séjour davantage sur son attitude en tant qu’artiste que sur son travail. Jacques Siron, contrebassiste, professeur de musique, réalisateur, acteur et chanteur, a accompli le voyage inverse. Il a vécu en Egypte dans le cadre de l’AIR de janvier à février dernier et ses multiples aspirations artistiques semblent avoir trouvé au Caire un terrain fertile pour s’épanouir. « J’ai participé à un atelier de contrebasses dédié aux élèves du Conservatoire du Caire », raconte l’artiste, qui a aussi joué auprès de Fathi Salama dans un concert début février au Caire. Le 19 février dernier, Jacques Siron a projeté pour la première fois en Egypte le film Thèbes à l’ombre de la tombe, qu’il a réalisé dans le village de Gourna, sur la rive gauche du Nil, « ou se croisent, s’ignorent et se heurtent l’antique Thèbes, la vie traditionnelle et le monde moderne ». L’artiste suisse travaille actuellement sur des projets qui sont le fruit de cette période de résidence cairote et prévoit de faire jouer sa composition intitulée Les rêveries du baladeur buissonnier par l’Orchestre symphonique du Caire et de projeter son film musical sur Gourna au Centre français de culture et de coopération de Mounira. « Mon film Thèbes à l’ombre de la tombe a été sélectionné pour participer au festival de cinéma d’Ismaïliya, qui doit se dérouler du 10 au 17 octobre prochain », conclut-il. La fondation Pro Helvetia a reçu l’année dernière l’écrivain suisse Blaise Hoffman, qui terminait le manuscrit du roman L’Assoiffée, publié depuis aux éditions Zoe, et qui tenait un blog baptisé « Notre Mer : un tour de la Méditerranée février-juillet 2008 ». Les articles de ce blog retraçant son voyage dans la région méditerranéenne ont été compilés dans l’ouvrage Notre mer, publié en 2009 aux éditions de l’Aire, ouvrage dans lequel l’Egypte tient une place importante.

Il semble que ce séjour en résidence ait laissé à tous ces artistes un souvenir heureux. Nayla Dabaji insiste sur ce point en disant que « bien que ce soit prématuré de parler d’influence à plus long terme, ce séjour m’a laissé un beau souvenir pérenne ».

Louise Sarant

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.