Al-Ahram Hebdo, Egypte | Bras de fer à Alexandrie
  Président Abdel-Moneim Saïd
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 30 décembre 2009 au 5 janvier 2010 2009, numéro 799

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Egypte

Propreté. En brouille avec la société de ramassage des ordures Veolia, le gouverneur d’Alexandrie, Adel Labib, menace de revenir au système des chiffonniers pour collecter les déchets ménagers.

Bras de fer à Alexandrie

Les chiffonniers, ces hommes qui arpentaient les rues et les ruelles pour assurer le ramassage des ordures, seront-ils de retour à Alexandrie ? Le gouvernorat d’Alexandrie, en brouille avec la société française de nettoyage Veolia (en charge de la propreté de la ville depuis 2001), a annoncé qu’il envisageait un retour à l’ancien système de collecte des ordures. « Nous étudions en ce moment le rétablissement du système des chiffonniers pour ramasser les ordures ménagères dans les rues d’Alexandrie », affirme une source au gouvernorat, ayant requis l’anonymat. Le gouvernorat a dit avoir l’intention d’engager des jeunes pour travailler dans la collecte des ordures ménagères, moyennant un salaire mensuel de 500 L.E. L’expérience sera appliquée dans le secteur central d’Alexandrie. 10 millions de L.E. seront consacrées à cette expérience. « Nous allons fournir 13 véhicules pour transporter les déchets vers les lieux de déchargement. Si cette expérience réussit, nous allons la généraliser aux autres quartiers d’Alexandrie », assure la source anonyme. Un moyen d’agiter la menace face à Veolia.

« Nous constatons aujourd’hui que les ordures s’accumulent un peu partout à Alexandrie, surtout dans les ruelles. Il y a un retard dans les horaires de ramassage des ordures et les véhicules de collecte ne respectent plus les horaires. De plus, le nombre de bennes à ordures mises en place par la compagnie n’est pas du tout suffisant. Résultat : des amas de déchets s’entassent partout », lance Mohamad Al-Sissy, du conseil municipal de la ville d’Alexandrie.

En 2001, le gouvernement décide de confier le nettoyage des grandes villes à des sociétés étrangères de propreté. L’expérience est menée au Caire et à Alexandrie, où plusieurs sociétés opèrent désormais à la place des fameux chiffonniers. C’est dans ce contexte que Veolia Environnement a été engagée par la municipalité d’Alexandrie. Sa mission ? Collecter à travers sa filiale Onyx plus de 5 000 tonnes de déchets ménagers chaque jour. Durant les premières années de son engagement, le groupe a réussi à améliorer la propreté de la ville. Mais au cours des dernières années, le service de propreté s’est dégradé et des différends n’ont pas tardé à éclater entre la compagnie et la municipalité d’Alexandrie. Onyx a été accusée d’avoir transformé les rues de la ville en amas d’ordures. Les responsables de la compagnie se défendent : « Si notre mission échoue, ce sera à cause des habitants qui ne font rien pour nous aider », prévient Hassan Abaza, directeur égyptien de l’entreprise française. Et d’ajouter : « De Paris à Londres, d’Alexandrie à Miami, nous assurons la propreté urbaine de très nombreuses villes et de lieux prestigieux comme les Champs-Elysées. Nous avons été affrontés à un certain nombre de problèmes. Premièrement, le gouvernorat retarde le versement d’arriérés de paiement dont nous avons besoin pour acheter de nouveaux équipements et remplacer les bennes à ordures qui ont été volées ». Si les piles d’ordures s’entassent dans les rues, c’est parce qu’il y a un manque de bennes à ordures. « La plupart de ces bennes ont été volées. Nous avons signalé ce problème au gouvernorat, mais rien n’a été fait. Aujourd’hui, nous ne disposons pas des sommes nécessaires pour fournir de nouvelles bennes », affirme Hassan Abaza. Le gouvernorat d’Alexandrie consacre chaque année 7 millions de L.E. pour les travaux de propreté. Le gouverneur, Adel Labib, avait promis le versement d’une partie des arriérées de paiement, soit environ 25 millions de L.E., à Veolia afin de lui permettre d’acheter les équipements dont elle a besoin. « Nous n’avons rien eu pour le moment mais je crois que dès que cette somme sera disponible, nous serons en mesure d’assurer un service de propreté de meilleure qualité », précise Hassan Abaza. Il appelle le gouvernorat d’Alexandrie à mettre en place une campagne pour sensibiliser les citoyens à respecter l’environnement et à ne pas voler ou dégrader le matériel de propreté. « Certains citoyens ont un comportement inacceptable. Ils jettent leurs poubelles dans les rues parfois juste à côté des bennes. Ils ne se donnent même pas la peine d’ouvrir ces bennes pour y jeter leurs ordures. D’autres encore n’hésitent pas à vider leurs sacs de poubelle dans les bennes pour les réutiliser une autre fois, laissant les ordures dispersées un peu partout. Si ces gens ne sont pas conscients de l’importance et de la nécessité de participer à la propreté de leurs rues, rien ne changera », explique Abaza.

Huit ans après sa mise en place, l’expérience des sociétés de propreté est-elle un échec ? « Disons simplement il y a des problèmes qui doivent être réglés », lance un responsable au gouvernorat d’Alexandrie. Il explique que la décision de Adel Labib de recourir à des jeunes pour collecter les ordures au centre d’Alexandrie est une mise en garde. « C’est un message qui consiste à dire que la municipalité d’Alexandrie possède des alternatives et que si Veolia ne rectifie pas le pas, le gouvernorat peut tout simplement s’en passer ». Mais pour Veolia, c’est avant tout le problème des arriérés de paiement qui doit être réglé, sans quoi il ne sera pas possible de faire des progrès.

Samar Zarée

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.