Al-Ahram Hebdo, Opinion | Egypte-Algérie, le hooliganisme médiatique
  Président Abdel-Moneim Saïd
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 11 au 17 novembre 2009, numéro 792

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Opinion
 

Egypte-Algérie, le hooliganisme médiatique

Ahmad Bensaada

Nous parlons d’éliminatoires pour la qualification à la phase finale de la Coupe du monde de football, et le vainqueur entre ces deux pays sera l’heureux élu. En cas d’égalité entre les deux égyptienne et algérienne dans les matchs « aller » et « retour », un match de partage aura lieu dans un pays neutre. Le plus remarquable est probablement la tempête médiatique féroce qui entoure cet événement sportif. Jamais, de mémoire d’Algérien, un bouillonnement médiatique aussi ordurier n’a accompagné une quelconque compétition sportive. Un florilège d’insultes, d’accusations et de méchancetés gratuites. Du fiel et du venin distillés dans l’encre, les ondes et les pixels.

L’escalade verbale et le jeu avec les sentiments des auditeurs par certains présentateurs égyptiens sont d’une efficacité redoutable dans la dissémination de l’intolérance envers tous les Algériens. La déformation de l’Histoire et son utilisation à des fins belliqueuses et malveillantes n’honorent en rien ces apôtres de l’aversion qui construisent leur notoriété sur les cendres des feux qu’ils ont allumés.

De l’autre côté, le comportement médiatique algérien n’est pas en reste : formulations cinglantes, réponses irréfléchies et montées au créneau hostiles. Dans un journal, c’était un joueur algérien affublé d’un costume de gladiateur qui trônait triomphalement en première page. Il est vrai que les spectacles des combats de gladiateurs déchaînaient la violence des spectateurs de la Rome antique. Mais sommes-nous encore en antiquité sans le savoir ?

Sur le plan informatique, les hostilités ne se sont pas fait attendre. Des hackers égyptiens se sont pris aux sites d’un journal et de la télévision algérienne. En guise de représailles, les hackers algériens ont attaqué des sites égyptiens : la présidence, le ministère de la Défense et le plus grand journal égyptien.

Pourtant, les peuples algérien et égyptien se sont toujours estimés et admirés, surtout en matière de sport. Le peuple algérien a été un des premiers supporters de l’Egypte lors des deux dernières éditions de Coupe d’Afrique des nations. Les Abou-Treika, Zidan et Amr Zaki étaient autant égyptiens qu’algériens. Des scènes de liesse accompagnaient chacune de leur victoire et les cœurs des Fennecs vibraient pour les Pharaons.

En ce qui me concerne, chacun de mes voyages au pays de Naguib Mahfouz me réconcilie avec le genre humain. Je suis toujours agréablement surpris par la fraternité, la générosité et la chaleur de l’accueil du peuple égyptien. Du fort de Qaïtbay à Alexandrie, au Khan Al-Khalili du Vieux Caire, en passant par Deir Al-Bahari à Louqsor ou dans les rues grouillantes de Naama Bay à Charm Al-Cheikh, les portes m’ont toujours été grandes ouvertes et mon pays admiré : « Balad el-milioune chahid » (le pays du million de martyrs). Mais se cache donc la haine dont parlent ces médias ?

Quand on pense que la Turquie et l’Arménie cherchent à enterrer la hache de guerre et à oublier un génocide autour d’un match de football, on doit sérieusement se poser des questions sur ceux qui veulent la déterrer entre l’Algérie et l’Egypte !

Après le tirage au sort des matchs de barrage de la zone Europe, voilà ce que titrait, il y a quelques jours, un journal irlandais à propos de la prochaine rencontre France-Irlande : « Ce duel représente un challenge énorme. (...) N’importe quelle équipe qui réunit des joueurs comme Thierry Henry, Franck Ribéry ou Karim Benzema peut poser toutes sortes de problèmes ». Le président de la Fédération irlandaise de football s’est, quant à lui, prononcé sur les supporters : « Pour nos supporters, c’est très excitant de pouvoir revenir à Paris, au Stade de France. Ils viendront nombreux. Ils sont très bruyants mais très bien élevés ». Quelle différence avec les propos incendiaires de nos médias arabes qui sont aussi très bruyants, mais malheureusement très mal élevés !

Contrairement au hooliganisme des supporters, celui des médias est sournois, insidieux, perfide et beaucoup plus dangereux. Alors que le hooliganisme des supporters brise des équipements, celui des médias casse les esprits. Le hooliganisme médiatique falsifie l’Histoire, transforme des ouï-dire en vérité absolue, crée de la haine qui dépasse le cadre du sport et la perpétue bien au-delà des événements sportifs. Pour tout cela, il est impératif de le combattre avec autant de vigueur que tous les autres maux dont souffre le football.

Quant à nous, amoureux du ballon rond, nous suivrons les pas de Madjer et d’Abou-Treika : même si nous aimons nos pays par-dessus tout, nous supporterons l’équipe qui aura mérité de se qualifier à la Coupe du monde.

 

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.