Al-Ahram Hebdo, Egypte | Sous le signe d’une nouveauté promise
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 17 au 23 Septembre 2008, numéro 732

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Egypte

Rentrée Scolaire. 40 000 écoles s’apprêtent à ouvrir leurs portes le 20 septembre pour accueillir 27 millions d’élèves. Une rentrée qui se veut différente, mais qui laisse sceptique concernant les maux chroniques de l’enseignement.  

Sous le signe d’une nouveauté promise 

Comme tous les ans, le ministère de l’Education assure que les écoles sont bien préparées pour la rentrée. Plusieurs innovations aussi bien au niveau des méthodes d’enseignement qu’à celui des programmes eux-mêmes sont prévues. De plus, le nombre des établissements scolaires a-t-il augmenté, notamment dans les zones rurales. Ainsi, d’après le ministère, 1 080 nouvelles écoles ouvriront leurs portes ce 20 septembre, dont 80 % dans les gouvernorats du Delta et de la Haute-Egypte. Ces nouvelles écoles aideront à mettre fin au phénomène du surpeuplement dont souffrent la majorité des écoles du gouvernement. En outre, cette année témoignera de deux changements qui visent à réduire le nombre de disciplines dans les quatre premières années du cycle primaire. A cet âge, les élèves n’étudieront donc que la langue arabe, le calcul, les sciences, plus une langue étrangère. Tout le reste entrera dans le cadre des « activités ». Celles-ci consistent à mettre l’accent sur le côté pratique (laboratoire, bibliothèque, travail de terrain), ce qui permettra d’alléger les élèves tout en leur offrant l’occasion d’approfondir leur compréhension et leurs connaissances. Ces activités compteront pour 50 % des notes. En outre, les élèves du cycle primaire auront entre leurs mains cette année des manuels plus attirants et plus illustrés, histoire de leur donner envie et de leur faire aimer la discipline concernée, notamment les sciences et les maths. Dans une tentative d’envisager le problème des cours particuliers, le ministère distribuera, pour la première fois aussi, des cassettes et des CD conçus par des professionnels pour rendre l’apprentissage plus agréable.

Pour ce qui est du cycle préparatoire, le ministère a décidé d’introduire pour la première fois la langue française comme langue étrangère avec l’anglais. Auparavant, les élèves devraient choisir l’une des deux langues. « L’objectif est de bien préparer les élèves. Parce que l’expérience a prouvé que le fait de passer tout d’un coup à un niveau relativement supérieur n’est pas le meilleur moyen pour apprendre une langue », assure Réda Abou-Serie, sous-secrétaire au ministère de l’Education. Le ministère poursuit cette année le projet lancé en 2002 et qui vise à équiper toutes les écoles d’ordinateurs connectés à Internet. Cette année, 1 700 nouvelles écoles sont sur la liste, portant ainsi le nombre total d’écoles équipées à 8 600.

En revanche, les écoles secondaires ne témoigneront d’aucune nouveauté cette année, elles devront attendre l’année 2010/2011 pour l’application du nouveau système du baccalauréat qui fait actuellement beaucoup de débat. Le nouveau système « révolutionnaire » propose une évaluation continue qui s’étendrait sur les trois années du secondaire, et n’accorde aux examens écrits que 30 % de la note totale, laissant 70 % aux activités, à la participation et à la discipline.

En dépit de ces nouveautés, la rentrée se trouve confrontée à d’importants problèmes. Le surpeuplement dans certaines écoles des zones rurales demeure un problème sérieux, bien que le ministère prévoyait le règlement de ce problème en 2005. « Ces promesses n’ont pas été tenues. La construction d’écoles manque d’une stratégie bien étudiée. Le ministère construit des écoles dans des zones qui n’ont pas un vrai besoin », critique Hassan Bélawi, membre à la commission de l’enseignement au Parlement. En outre, beaucoup de spécialistes critiquent le niveau des manuels scolaires qui, selon eux, sont « très anciens et pleins de fautes ». Mohamad Gamal, spécialiste en programmes scolaires, donne l’exemple du livre de géographie de la première année secondaire qui comporte une leçon sur l’Union soviétique. « Aucune allusion sur le changement qu’a subi l’Union soviétique au niveau politique depuis 1991 ne se trouve dans ces manuels, même après leur révision », souligne-t-il. Le déficit du nombre des enseignants est un autre problème chronique auquel les « nouveautés » introduites n’apportent aucune solution. « La mauvaise répartition des professeurs sur les différents gouvernorats est à l’origine de ce manque. Leur nombre en Egypte s’élève à 1,25 million, la plupart concentrés dans la capitale et les grandes villes, ce qui cause un grand déséquilibre et un manque énorme dans les zones rurales », explique Mohamad Abdel-Zaher, professeur à la faculté de pédagogie. La réforme du bac, la réforme de l’enseignement technique et la lutte contre les leçons particulières, toute une liste de projets attend le ministère durant les années à venir … ce qui est prévu pour cette rentrée n’est donc qu’un pas sur un chemin très long.

Page réalisée par Mirande Youssef

 

 

 

 

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.