Al-Ahram Hebdo, Opinion | Mohamed Salmawy , L’Union pour la Méditerranée est-elle en faveur des Arabes ?
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 23 au 29 juillet 2008, numéro 724

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Opinion

L’Union pour la Méditerranée
est-elle en faveur des Arabes ?

Mohamed Salmawy 

Le plus grand acquis dont bénéficieraient les Arabes, d’après Dr Boutros Boutros-Ghali, est que l’Union Pour la Méditerranée (UPM) de Sarkozy a replacé le Moyen-Orient en  tête des priorités de l’Europe. Après de longues années, au cours desquelles la priorité de l’Europe, allant de l’intérêt politique jusqu’au soutien économique, fut tournée vers les pays de l’Europe de l’Est. 

En passant en revue les dix dernières années, nous verrons effectivement que l’Europe a connu un recul au niveau de l’intérêt porté au Moyen-Orient, que ce soit au niveau du dossier du conflit arabo-israélien, ou celui de la question méditerranéenne. Notons aussi que depuis la naissance de l’Union européenne, la Méditerranée était une préoccupation majeure, surtout pour les pays du sud de l’Europe.

Au cours de la dernière décennie, l’Europe n’a pas joué un quelconque rôle dans la question du règlement de cette paix, bien qu’elle en fut la principale promotrice, que ce soit à travers Madrid, ou plus tard, Barcelone. Par la suite, l’intérêt s’est porté sur l’Europe de l’Est sortante du camp soviétique à l’issue de la chute du mur de Berlin, et venant frapper aux portes des pays de l’Europe occidentale pour revendiquer l’entrée au sein de l’Union européenne.

En conséquence, les Etats-Unis se sont accaparés, à eux seuls, le dossier du Moyen-Orient. Les pays de l’Europe ne faisaient qu’afficher, de temps à autre, leur bonne volonté, chaque fois que l’occasion s’offrait à eux.

Lorsque les Etats-Unis ont décidé de ne pas s’engager dans un règlement laissant à Israël le soin de faire cavalier seul, les tentatives de règlement ont été gelées, et aucun pas n’a été réalisé.

Ainsi, l’intérêt aux pays du sud de la Méditerranée,  principales parties dans le conflit arabo-israélien, qui a commencé à regagner du terrain, ne se réalisera qu’en trouvant un règlement au conflit du Moyen-Orient. C’est-à-dire l’Europe se doit d’assumer son rôle auquel elle a renoncé. Ce rôle censé être assumé par les Etats-Unis, et qui a été gelé tout au long des dernières années.

Ce nouvel intérêt porté au Moyen-Orient s’est manifesté depuis le lancement du projet de l’Union pour la Méditerranée. Nous avons vu la France, l’initiatrice du projet, intervenir afin de réaliser le règlement des différends entre la Syrie et le Liban. D’ailleurs, durant la réunion du sommet, il a été annoncé l’accord entre les deux parties syrienne et libanaise, prévoyant le retour des relations diplomatiques entre elles et l’échange des ambassadeurs. Nous avons également vu la France intervenir afin de proclamer la disposition des Israéliens et des Palestiniens à relancer des négociations sérieuses, en vue d’un règlement final du conflit palestinien.

La présence des pays arabes au grand complet au sommet de l’UPM a contribué à la réussite de cette manifestation qui a lancé le projet ambitieux de Sarkozy. Seuls les rois du Maroc et de la Jordanie étaient absents. Et ceci n’était point un signe d’objection, mais à cause d’autres engagements.

L’absence du Colonel Kadhafi était intentionnelle, d’autant plus qu’il n’a pas caché, dès le départ, des réserves quant à l’idée de l’union. L’opinion qu’il a affichée est que l’UPM affaiblira l’Union africaine ... Mais ceux qui connaissent Kadhafi savent bien qu’il n’a jamais abdiqué au panarabisme, même s’il a cessé d’en parler, en raison de la déception des dirigeants arabes, tout au long des dernières années. Dès lors, il a décidé de remplacer le panarabisme par le panafricanisme.

Kadhafi ressentait que l’Union pour la Méditerranée déchirait les liens arabes déjà existants à travers la Ligue arabe et affaiblissait le poids de l’union arabe, ainsi que l’Union africaine. Cette réserve est toujours de mise dans de nombreux cercles arabes depuis le lancement du projet, tout de suite après la victoire de Sarkozy aux présidentielles françaises. Cependant, nous n’avons pris aucun pas pratique pour contrer cette réserve.

Il était possible de remédier à cette division qui pourrait atteindre le système arabe et que d’aucuns craignent, et ce à travers plusieurs mesures. L’une d’elles consisterait à considérer l’Union comme non cantonnée aux seuls pays arabes riverains de la Méditerranée. Pour les tenants de cet avis, il est question d’inviter toutes les parties arabes, en tant qu’une seule entité, pour en faire partie. Ainsi, ce serait une reconnaissance de la part de la rive nord de la Méditerranée, d’un monde arabe unifié, que la nouvelle union ne cherche pas à dissoudre.

Si la participation de tous les pays arabes dans cette nouvelle union fait face à des obstacles, il sera alors possible que la Ligue arabe dispose d’un membership à part entière, d’autant que la plupart de ses pays sont riverains de la Méditerranée.

Mais j’ai remarqué que le résultat du sommet de lancement de l’Union était à l’opposé de nos attentes. Les pays non riverains de la Méditerranée n’y ont pas été invités, à l’exception de la Jordanie, pour des raisons inconnues. La Ligue arabe a été considérée comme un hôte permanent à l’Union. Alors que, d’un autre côté, nous avons vu la chancelière allemande Angela Merkel s’opposer avec insistance à l’idée de l’effritement de l’Union européenne, en la divisant entre pays méditerranéens et non méditerranéens. Elle a appelé à la nécessité de grouper toute l’Union européenne au sein de la nouvelle union. Effectivement, sa demande a été acquiescée et tous les pays de l’Union européenne sont devenus membres de l’Union pour la Méditerranée, de la Lituanie, à l’est, jusqu’à la Finlande, au nord.

Ainsi, cette nouvelle union pourrait-elle être une perte pour les Arabes parce qu’elle ne les considère pas comme une seule entité ? L’opinion de Kadhafi à propos de l’Union serait-elle alors correcte et l’opinion de Merkel aurait-elle pris le dessus ?

Si nous mesurons les choses selon l’opinion du Dr Boutros Boutros-Ghali, qui considère que cette union replacera l’intérêt que porte l’Europe de l’ouest à la région arabe, il va sans dire que le fait d’annexer tous les pays de l’Union européenne, non riverains de la Méditerranée, sera bénéfique pour les Arabes. Ainsi, l’Union représenterait un intérêt européen complémentaire à l’égard de la région arabe. Cet intérêt qui fait défaut voilà des années ne sera pas limité aux seuls pays du sud de l’Europe. Probablement, le premier signe de cet intérêt est l’adoption par l’Union européenne de l’initiative de paix arabe qui conditionne la conclusion d’un accord de paix avec Israël au retrait total jusqu’aux lignes de 1967.

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.