Al-Ahram Hebdo,Monde Arabe | Les négociations traînent
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 28 mai au 3 juin 2008, numéro 716

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Monde Arabe

Palestine. Les discussions entre le Hamas et Israël, par médiation égyptienne interposée, piétiennent en raison des positions encore éloignées des deux parties.

Les négociations traînent

L’accord sur une trêve entre Israël et le Hamas piétine. Les deux camps, ennemis jurés de longue date, mènent par médiateur interposé — en l’occurence l’Egypte — de difficiles tractations pour parvenir à une accalmie dans la bande de Gaza. C’est ainsi qu’un haut responsable du ministère israélien de la Défense, Amos Gilad, a discuté dimanche au Caire des modalités d’un accord sur une trêve des violences avec le Hamas. M. Gilad s’est entretenu avec le chef des renseignements égyptiens, Omar Souleimane, « des moyens de lever les obstacles à la réalisation de la trêve entre Palestiniens et Israéliens », selon l’agence de presse égyptienne, Mena. Omar Souleimane « a des contacts intenses avec les parties palestinienne et israélienne afin de rapprocher les points de vue entre les deux parties pour parvenir à un accord sur une trêve le plus rapidement possible (...) », a déclaré un haut responsable égyptien sous le couvert de l’anonymat, cité par l’agence. Ce responsable a appelé Israéliens et Palestiniens à faire preuve de la « souplesse nécessaire pour parvenir à une trêve ». Omar Souleimane « fait tout son possible pour convaincre Israéliens et Palestiniens de donner leur accord à une trêve », a-t-il ajouté.

Pour sa part, le premier ministre israélien, Ehud Olmert, a réaffirmé avant le début de la réunion du conseil hebdomadaire du gouvernement qu’Israël « n’a pas l’intention de laisser traîner longtemps la question de Gaza ». « Nous allons devoir prendre des décisions pour y parvenir, si cela peut être fait par l’intermédiaire des efforts égyptiens, tant mieux, sinon nous devrons utiliser d’autres moyens », a ajouté M. Olmert.

Selon la radio militaire israélienne, deux dossiers bloquent pour le moment les discussions. Israël exige que des progrès soient réalisés sur la question de la libération d’un soldat israélien, Gilad Shalit, capturé en 2006 par un commando palestinien à la lisière de la bande de Gaza, pour parvenir à une trêve des violences. L’Etat hébreu demande également des garanties pour que le Hamas ne profite pas de la trêve pour se renforcer militairement. Selon des responsables palestiniens au fait des discussions, Israël a proposé de restreindre ses opérations militaires, de rouvrir ce qui était auparavant le principal terminal pour le transit du fret à Karni et d’augmenter l’approvisionnement de la bande de Gaza, notamment en carburants.

Les autorités israéliennes sont cependant peu enclines à autoriser la réouverture immédiate du point de passage de Rafah, principale ouverture vers le monde extérieur pour la population de Gaza. Israël refuse en effet l’accès à son territoire par le point de passage d’Erez à la majeure partie des Palestiniens. Selon le site Internet proche du Hamas, le refus d’Israël de rouvrir le point de passage a « choqué » les négociateurs du Hamas. Tous les points de passage sont restés une grande partie du temps fermés depuis la prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas en juin dernier. A la suite de ce coup de force, Israël a durci son blocus de la bande côtière.

Parallèlement aux discussions Hamas/Israël, la Ligue arabe a annoncé qu’elle engagerait des discussions en vue d’une réconciliation entre le Hamas et le Fatah du président Mahmoud Abbass. C’est ce qu’a déclaré dimanche le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, qui a souligné que le Hamas est prêt à accepter une médiation de la Ligue arabe pour tenter de résoudre le conflit qui l’oppose au Fatah du président de l’Autorité palestinienne. « Khaled Méchaal s’est entretenu avec moi (...) me disant qu’il était ouvert à un processus de même nature pour mettre fin au différend entre le Fatah et le Hamas », a dit Moussa. « Aujourd’hui, de nombreuses voix s’élèvent pour demander une implication de la Ligue dans tous les dossiers et poursuivre cette dynamique afin de régler un certain nombre de problèmes, principalement (...) obtenir une représentation politique palestinienne unifiée », a-t-il dit.

Les combattants du Hamas ont chassé en juin dernier les forces du Fatah de la bande de Gaza. A la suite de ce coup de force, Abbass a désavoué le gouvernement du Hamas et nommé un nouvel exécutif, soutenu par les Occidentaux, dont le pouvoir se limite à la Cisjordanie. En mars, une médiation du Yémen avait échoué à rapprocher « les frères ennemis » palestiniens.

Rania Adel

 

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.