Al-Ahram Hebdo, Enquête | La fin du tacot ?
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 6 au 12 février 2008, numéro 700

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Enquête

Taxis. Le gouvernorat du Caire a lancé un projet pour remplacer les anciens taxis de la capitale, en très mauvais état de marche, par des véhicules neufs.

La fin du tacot ?

La fin Après les anciens autobus publics qui ont été mis hors service, Le Caire pourrait se voir bientôt débarrassé des taxis très anciens. Ces vieilles carcasses qui ont parfois 40 ou 50 ans de service sont en très mauvais état de marche et constitue souvent, en raison de leur lenteur et leurs pannes fréquentes, une entrave à la circulation. Le projet du gouvernorat du Caire, lancé en coordination avec le Fonds social pour le développement, vise à remplacer graduellement ces anciens véhicules par d’autres neufs par le biais de prêts accordés aux chauffeurs. La priorité sera accordée aux vieux modèles antérieurs à 1970. Selon les chiffres du gouvernorat du Caire, la capitale compte 50 000 taxis environ. Le tiers de ces véhicules est en très mauvais état et outre les embouteillages qu’ils provoquent, ils constituent un souci pour l’environnement, car très polluants. Ce projet propose aux chauffeurs des prêts de 40 000 L.E. pour acheter de nouvelles voitures en leur donnant la possibilité de choisir entre trois modèles fabriqués localement. Ainsi, le gouvernement fait d’une pierre deux coups : améliorer la circulation et relancer le marché de certaines marques locales qui souffrent d’une récession dans les ventes. « Ce prêt va être remboursé avec un faible taux d’intérêt : 7 %. Nous allons débuter par 1 000 voitures climatisées et un financement de 40 millions de L.E. », assure Mohamad Sultan, adjoint du gouverneur du Caire. Un délai de deux ans sera accordé aux propriétaires d’anciens modèles de taxis (entre 1960 et 1970). Après ce délai, les propriétaires de ces véhicules n’auront plus le droit de renouveler leur carte grise. Les nouveaux taxis qui seront mis en service en vertu de ce système fonctionneront exclusivement au gaz naturel. « Le premier objectif est d’améliorer le service présenté par ces taxis et de résoudre une partie du problème de la pollution », explique Mohamad Sultan. Ces taxis garderont les mêmes couleurs blanches et noires et seront munis d’un compteur électronique qui doit présenter au client un billet indiquant le tarif selon le trajet parcouru. Le gouvernorat entend par la suite généraliser l’usage de ce genre de compteurs. En effet, la plupart des taxis sont équipés de compteurs dépassés et une tarification qui date des années 1970 qui n’est plus appropriée aujourd’hui. Cette situation a donné lieu à de nombreuses disputes entre les chauffeurs de taxis et les clients.

Le Caire, qui compte aujourd’hui 17 millions d’habitants, est l’une des mégapoles les plus peuplées de la planète. La pollution y atteint des taux records. Selon les responsables du gouvernorat du Caire, ce projet devrait contribuer à résoudre les problèmes de circulation. « Cela paraît étonnant, mais ces anciens taxis sont en partie responsables du problème de la circulation », affirme Mohamad Sultan. Un exemple frappant selon lui est le pont du 6 Octobre. Ce pont, qui reçoit un flot de véhicules transitant notamment de l’est vers l’ouest de la capitale est constamment embouteillé, surtout de Ghamra ou Abbassiya jusqu’à Mohandessine. « Or, on constate que souvent, un véhicule en panne, souvent un taxi, est à l’origine de cet embouteillage », assure le responsable. Ce cas de figure est très fréquent en été. Il suffit que l’un de ces anciens taxis surchauffe et s’arrête sur le pont pour qu’une longue file de voitures se constitue derrière. Et le pont marche au ralenti pendant quelques dizaines de minutes. Mais outre cet aspect, l’existence de ces anciens véhicules, pratiquement en ruine, donne, selon les responsables du gouvernorat du Caire, une très mauvaise impression, surtout que l’Egypte est un pays touristique qui essaie d’améliorer son image. « Ces véhicules sont munis de pots d’échappement défaillants. Ils ont souvent des portières et des vitres cassées. On peut même se blesser en empruntant ces taxis parmi lesquels se trouvent des modèles qui datent du début des années 1960. On ne voit plus de choses pareilles dans aucun pays », lance l’urbaniste Kamel Riyad qui soutient le projet.

Les propriétaires des anciens taxis, eux, voient les choses d’un autre œil. Pour eux, la charge d’un crédit peut être difficile à supporter « Mon taxi me rapporte une somme convenable tous les mois. Si dans un sens c’est une bonne chose de le changer contre un neuf, pourquoi vais-je supporter le fardeau d’un crédit avec des intérêts ? », explique Saïd, propriétaire d’une Fiat 1300, modèle 1962. Il précise que la remise en état de son taxi lui coûte dans les 2 000 L.E. tous les deux ou trois ans, ce qui est beaucoup moins que le coût d’un crédit. « Un crédit serait difficile à supporter surtout qu’il faut considérer l’augmentation des prix d’essence et les embouteillages qui augmentent la durée des trajets et affectent nos revenus », estime-t-il. Hag Mohamad, chauffeur de taxi, renchérit : « Il ne faut pas nous comparer avec les chauffeurs des nouvelles compagnies privées et qui sont des employés qui reçoivent des salaires fixes et qui n’ont pas à entretenir leur voiture ou à rendre des comptes à un propriétaire ». Le gouvernement est, lui, résolu à mener à bien le projet. Sans oublier que de nouveaux projets annoncés n’ont jamais vu le jour, d’autant plus qu’une telle mesure peut avoir des conséquences sociales graves.

Mirande Youssef

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah - Chourouq Chimy
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.