Al-Ahram Hebdo,Invité | Boutros Boutros-Ghali et Maurice Lévy, « Nous devons faire face au fanatisme religieux des deux parties »
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 5 au 11 novembre 2008, numéro 739

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Invité

A la veille du 31e anniversaire de la visite du président Sadate à Jérusalem, Boutros Boutros-Ghali, ancien ministre d’Etat aux Affaires étrangères, et Maurice Lévy, président du directoire de Publicis Groupe, un des plus grands groupes de publicité au monde, évoquent le processus de paix au Proche-Orient.  

« Nous devons faire face au fanatisme religieux
 des deux parties »
 

Al-ahram hebdo : L’initiative du président Sadate a ouvert une nouvelle ère. Quel jugement portez-vous, trente et un ans après, à sa personnalité et aux fondements politiques de son initiative ?

Boutros B.-Ghali : Trente ans après la célèbre initiative du président Sadate, je reste très frappé par son courage politique et personnel et par sa qualité de visionnaire. Malheureusement, la visite de Jérusalem s’était réduite comme une peau de chagrin en un traité purement israélo-égyptien alors que le président Sadate voulait au départ que les volets israélo-palestinien et israélo-arabe ne soient pas surtout absents dans les négociations entre l’Egypte et Israël.

Maurice Lévy : J’ai été impressionné par le président Sadate qui a payé de sa vie la cause de la paix entre l’Egypte et Israël. Nous avons vécu grâce à lui de grands moments d’émotion lors de sa visite en Israël et il nous a inspiré beaucoup d’espoir sur le chemin de la paix. Mais cette paix est restée malheureusement platonique, car il n’y a aucun contact entre les peuples, ni échanges commerciaux, ni coopération économique, cela vide l’initiative du président Sadate de son esprit.

Boutros B.-Ghali : Au début, nous voulions créer un institut égyptien à Tel-Aviv et un institut israélien au Caire. Les Israéliens ont bel et bien lancé leur initiative au Caire, mais les Egyptiens n’ont pas pu le faire, car il restait des problèmes difficiles à régler sur le front israélo-palestinien d’un côté et parce que certaines personnes en Egypte et dans le monde arabe nous traitaient encore de traîtres.

Maurice Lévy : Il ne faut pas oublier également le front du refus arabe contre la politique pacifique de Sadate. Je voudrais dire également que ce front a donné un certain relief au courage du président Sadate et à sa politique visionnaire dans la région.

Boutros B.-Ghali : Il est essentiel d’avancer de façon constructive. La paix signée entre l’Egypte et Israël doit donner lieu à des réalisations concrètes, des contacts et des opérations menées en commun dans les domaines culturel, touristique ou encore économique. Le fait qu’il existe encore un problème israélo-palestinien pour aussi difficile et douloureux qu’il soit ne devrait pas être un obstacle à un rapprochement. C’est tout l’esprit de l’initiative du président Sadate qui est en cause.

— M. Boutros-Ghali, vous étiez l’un des artisans de la visite du président Sadate à Jérusalem. Pouvez-vous nous décrire l’ambiance dans l’avion qui vous a mené avec lui à Jérusalem ?

Boutros B.-Ghali : D’abord, le président Sadate était très calme et il nous a impressionnés par sa sérénité, puis j’ai été frappé aussi par la courte distance qui sépare Le Caire de Tel-Aviv par avion (1 heure). A travers les temps et les crises et bien sûr les guerres, on a l’impression que Tel-Aviv est très loin du Caire, mais une fois dans l’avion, on est frappé par ce voisinage géographique très proche. Il y a aussi autre chose de très important qui dominait nos esprits dans l’avion, nous avions peur d’un éventuel attentat, ou d’une attaque de l’avion dès son atterrissage, mais comme je vous l’ai dit, toutes ces considérations n’ébranlaient pas la volonté d’ouvrir le chemin de la paix du président Sadate.

— Le président Sadate disait avec force et conviction que le conflit israélo-arabe était d’abord un conflit psychologique. Etes-vous d’accord avec cette vision ?

Boutros B.-Ghali : L’élément psychologique était secondaire. Il y avait un réel problème de partage des terres entre les deux peuples.

Maurice Lévy : Il y a réellement une dimension passionnelle et émotionnelle qui alimente ce conflit. Il y a bien sûr le problème de partage des terres qui était rejeté par les Palestiniens et les Arabes dès 1947. Il y a des solutions à tous les problèmes, si les pays arabes faisaient la paix avec Israël.

Boutros B.-Ghali : Mais il y a un autre problème en Israël qui n’a rien à voir avec les pays arabes ; c’est qu’à l’intérieur d’Israël, il y a entre 25 et 30 % de la population israélienne qui est d’origine palestinienne. Leur nombre augmente avec le temps, ce qui constitue un danger démographique pour Israël. Le problème, c’est que ces Israéliens d’origine palestinienne, ou ces Palestiniens d’Israël, subissent tous les jours des mesures que je peux appeler d’apartheid de la part d’Israël. Ces Palestiniens disent qu’ils sont en Israël des citoyens de 3e classe. Pour résoudre ce problème, il n’y a qu’une seule issue : la cohabitation entre Israéliens et Palestiniens.

Maurice Lévy : Je ne connais ni les chiffres exacts ni le nombre d’Israélo-Palestiniens, mais c’est exactement à cause de cela qu’Israël insiste sur le caractère juif de l’Etat, il insiste également sur le refus de retour des réfugiés palestiniens. On ne peut pas comparer Israël à l’Afrique du Sud, car il n’y a pas d’apartheid en Israël. Les Arabes israéliens sont des Israéliens qui jouissent de tous les droits : éducation, santé, vote, travail, etc. et la seule limite est qu’ils ne sont pas astreints au service militaire.

Israël vit sous la menace du terrorisme et il doit se protéger en imposant une série de mesures contre le terrorisme, qui sont autant de contraintes.

Boutros B.-Ghali : Il ne faut surtout pas oublier le problème du fanatisme religieux des deux parties.

Maurice Lévy :  Je suis d’accord avec vous.

— Le président Sadate disait également que 90 % des cartes du jeu politique au Moyen-Orient sont entre les mains des Etats-Unis. Etes-vous d’accord avec cette lecture de la situation ?

Boutros B.-Ghali : Il n’y a pas de conflit sans intermédiaire. Cet intermédiaire pourrait être un Etat, une personne ou une institution. Dans le conflit israélo-arabe, il n’y a qu’un seul intermédiaire, ce sont les Etats-Unis d’Amérique, même l’Europe ne peut pas jouer ce rôle.

Maurice Lévy : Je ne suis pas très qualifié pour parler de ces sujets, mais je peux dire que si les Etats-Unis possédaient 90 % des cartes du jeu politique au Moyen-Orient, la paix serait conclue depuis longtemps. Je pense qu’il faut encourager le rôle du Quartette international sur le Proche-Orient, à condition que ce rôle ne soit pas entravé par une éventuelle action négative d’un de ses membres ou même d’une puissance régionale ou internationale.

— Quelles sont les chances de l’Iran de se doter réellement de l’arme nucléaire ? N’y aurait-il pas de notre part une obsession injustifiée du nucléaire iranien ?

Boutros B.-Ghali : Je crains qu’il n’y ait pas de notre part, effectivement, une exagération quant à la capacité de l’Iran de se doter de l’arme nucléaire.

Maurice Lévy : Nous ne devons pas nous tromper d’analyse, car on ne peut pas continuer à parler de l’éventualité ou de la capacité éventuelle de se doter de l’arme nucléaire alors qu’il pourrait continuer ses recherches pour l’acquérir. Je suis, bien évidemment, pour une solution négociée avec l’Iran, à condition que les négociations ne servent pas de paravent permettant aux Iraniens de se doter de l’arme atomique. Comment accorder l’arme nucléaire à un pays dont le chef d’Etat ne cesse de dire qu’il a l’intention de rayer Israël de la carte ?

Boutros B.-Ghali : Je suis aussi pour une solution négociée avec l’Iran, mais cet Etat a le droit d’avoir l’énergie nucléaire, cette énergie n’a rien à voir avec la stabilité politique du régime iranien. Prenons l’exemple du Pakistan qui a des bombes atomiques alors qu’il est beaucoup moins stable que l’Iran.

Propos recueillis par Ahmed Youssef

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.