Al-Ahram Hebdo, Enquête | Rêves fracassés
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 5 au 11 novembre 2008, numéro 739

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Enquête

Bourse. La chute de la Bourse égyptienne, formée en grande partie de petits porteurs, a bousculé la vie de beaucoup de familles. On a enregistré 3 morts, sans compter ceux qui, sous le choc des grosses pertes, ne savent plus comment s’en sortir.

Rêves fracassés

Obsédé par le rêve de faire fortune, Mohamad Atta, 45 ans, un enseignant originaire du village de Maghagha, au gouvernorat de Minya (à 300 km du Caire), a décidé d’investir l’argent qu’il a économisé durant de longues années en Bourse. Ayant goûté à la prospérité de la Bourse, cette fois, ce fût la déchéance. Il a tout perdu. Mohamad Atta demande donc à sa femme Howayda, 40 ans, de l’aider à subvenir aux besoins de la famille. Mais celle-ci refuse catégoriquement. Une discussion violente éclate entre le couple. La tension monte. Mohamad se dirige vers la cuisine, saisit un couteau, poignarde sa femme et sa fille de 16 ans et brûle leurs cadavres avant de se donner la mort. Un drame qui a mis fin à une vie conjugale qui a duré plus de 17 ans.

L’indicateur de la Bourse est en chute continue, annonçant pour certains la grande faillite et pour d’autres le choc mortel. La police a enregistré, au cours de ces dernières semaines, 3 cas de décès, dus au fléchissement de la Bourse (deux suicides et le troisième par crise cardiaque). La tendance est mondiale, l’OMS a ainsi lancé cette semaine un signal d’alarme craignant que le nombre de suicides et de dépressions nerveuses augmente suite à ce « tsunami financier » qui a secoué les institutions financières dans le monde.

Les journaux ont aussi rapporté le cas de ce citoyen américain, semblable à l’égyptien. Agé de 45 ans, il a retourné l’arme contre lui après avoir tué cinq membres de sa famille et ce pour avoir tout perdu en Bourse.

L’ambiance est tendue à la rue Al-Charifeine, siège de la Bourse, et les nerfs sont à fleur de peau. Dans le café d’Al-Borsaguiya, le krach boursier a bouleversé tout le monde. C’est là où se retrouvent particuliers, courtiers et traders. « Pour les petits investisseurs, la Bourse égyptienne a été la seule lueur d’espoir dans un marché qui reste le monopole des puissants », explique Mohamad, 40 ans, comptable. Ce dernier vient de perdre 650 milles L.E. à la suite de cette crise boursière. « J’ai travaillé durant 6 ans en Arabie saoudite où j’ai pu économiser une bonne somme d’argent. De retour au pays, je n’ai pas réussi à investir  mon argent dans un projet », avance Mohamad. Il ajoute que le prix de l’immobilier était inabordable et pas à la portée de tout le monde. « Je voulais monter un projet et pour cela, il fallait verser des pots-de-vin, des sommes énormes que je ne pouvais me permettre, en plus des papiers que cela demande et les lenteurs bureaucratiques. La Bourse a été pour moi la seule solution pour gagner de l’argent et rapidement », poursuit Mohamad, 40 ans qui a pu, grâce à l’argent gagné en Bourse, s’offrir un appartement plus spacieux et inscrire ses enfants dans une école internationale (où le coût des frais de scolarité s’élève à 30 000 L.E.).

« Mon revenu atteignait les 18 mille L.E. quand la Bourse était en prospérité ». Aujourd’hui, Mohamad doit faire très attention à son budget, car il n’a plus d’autres ressources que son salaire de comptable qui ne dépasse pas les 1 500 L.E. « Je devrai changer l’école de mes enfants et vendre l’appartement pour pouvoir rembourser mes dettes », dit-il avec amertume.

Une déception qui se lit sur le visage de beaucoup de particuliers, attablés dans ce café. Saad, 63 ans, à la retraite et père de trois enfants, confie que face aux pensions très modestes (950 L.E., tel est la pension maximum +10 % augmentation annuelle), la Bourse a été la dernière bouée de sauvetage pour un homme de son âge. Il a misé 100 mille L.E. en Bourse, une somme qu’il a rassemblée après 36 ans de dur labeur. « Les chances de travail sont très limitées pour un retraité. Commencer une carrière à 60 ans n’est pas souvent une chose facile, surtout que la santé n’est pas bonne comme autrefois. Avec une somme de 100 mille L.E., la Bourse m’a donné l’espoir de rêver pour pouvoir préparer le trousseau de ma fille et garantir l’éducation de mon petit-fils », ajoute Saad. Mais la chute était désastreuse. Le prix de ces actions baisse de 100 à 9 L.E. Il perd plus de 90 % de son capital.

La mélancolie s’observe partout. Malgré les efforts déployés pour compenser les pertes, l’issue paraît encore vague et sombre. Mohab, ingénieur de 35 ans, assure qu’il a fait tous ses biens pour éviter la perte et pour tenter de comprendre les labyrinthes de la Bourse, mais en vain. « Mon portefeuille compte des actions de plus de 10 entreprises. J’ai essayé de tisser des relations avec les courtiers, de fréquenter le café et d’essayer de faire des connaissances dans les grandes sociétés pour apprendre la règle du jeu. Cependant, je viens de perdre une somme de 400 mille L.E., tout mon héritage », lance-t-il désabusé.

L’économiste Samer Soliman assure que les petits porteurs constituent une partie importante de la Bourse égyptienne. Et ce sont les premiers à avoir payé le prix de cette chute. Armés du rêve de devenir riches, ces derniers ont oublié que la Bourse est un jeu où les gros poissons engloutissent les plus petits. Ce jeu a besoin d’un expert en la matière, habile et futé, ayant toutes les informations nécessaires pour prédire et lire les fluctuations du marché. Des atouts que beaucoup ne possèdent pas en Egypte. Il arrive parfois que des économistes chevronnés ne fassent pas preuve d’une grande prévoyance. Ces petits porteurs, surtout ceux qui ont réalisé de gros bénéfices, oublient parfois qu’il s’agit là d’une question de perte et de profit. Ils se réjouissent de leur victoire et continuent d’agir avec imprudence et cupidité, croyant toujours pouvoir tirer de gros profits.

Et de la rue Al-Charifeine à la rue d’Al-Matbaa au quartier des Pyramides, la scène est la même. Là encore, la Bourse a fait une nouvelle victime. Abou-Hicham, 56 ans, a mis fin à sa vie. Toute la rue est en deuil. Impossible pour les médias de couvrir cet événement tragique. Quelques voisins ont même lancé des remarques sur un ton acerbe pour arrêter les journalistes qui veulent « s’imposer à chaque fois dans ce genre de drames  », estime un habitant du quartier. « Il faut respecter la douleur de cette famille qui vient de perdre à la fois son patriarche et tout son argent », susurre un autre. Quant à la famille, elle refuse de parler ou de recevoir quiconque. Elle s’est contentée d’alerter la police et de déclarer à plusieurs reprises que « c’est la volonté de Dieu ». Mais l’histoire a défrayé la chronique. Et tout le monde en parle. Abou-Hicham, commerçant d’appareils électroménagers, est revenu du Koweït où il s’est fait une petite fortune. Il a vendu son magasin et a décidé d’acheter des actions en Bourse. Mais cette fois, la chance ne lui a pas souri comme à son habitude. Il a perdu en une semaine 200 mille L.E. Abou-Hicham, père de 3 enfants, fait une dépression, s’enferme une journée entière dans un appartement mitoyen au sien et qu’il a loué. Le lendemain, sa femme le retrouve pendu à une corde. « Abou-Hicham était une personne normale. On a du mal à croire qu’il ait pu se donner la mort. Il n’était pas tellement riche pour pouvoir surmonter une aussi grosse perte  et tout recommencer à zéro », témoigne un voisin.

Le psychiatre Walid Abou-Hindi, qui travaille souvent avec les victimes de la Bourse, estime que ce n’est pas la première fois que l’Egypte fait face à une crise pareille. « Lors de la baisse des actions de la Cité de la production médiatique avec l’aube du troisième millénaire, les cas de dépression ont enregistré un chiffre record », confie le psychiatre en ajoutant que la personne qui investit tout son argent en Bourse possède une psychologie assez particulière. Généralement, ce genre de personnes aime le goût du risque, mais n’admet pas la défaite. Et ce qui complique la situation, c’est qu’aujourd’hui et avec les conditions difficiles que connaît le pays, il n’est pas facile de se relever après un tel choc.

Dina Darwich

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.