Al-Ahram Hebdo, Echangez, écrivez |
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 5 au 11 novembre 2008, numéro 739

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Echangez, écrivez

Environnement. Un de nos lecteurs propose quelques solutions aux problèmes grandissants de notre cadre de vie.

D’urgents remèdes

Les remèdes existent pourvu qu’on les applique à la lettre. Tout le monde connaît les gestes nécessaires à l’éradication du mal, ils empruntent la logique et le bon sens. Si l’on arrive à organiser et à sensibiliser les citoyens, tout le reste sera évident. La sensibilisation doit être faite selon des canaux qui peuvent toucher la population. Ce sont les adultes qui accusent un déficit flagrant ; il faut commencer par cette frange de la population pour passer ensuite aux adolescents et aux petits. Un matraquage médiatique sans cesse est plus que capital avec l’aide des radios locales, de la presse, de la télévision et des placards publicitaires dans les villes, sur les routes, etc. Les spots publicitaires nécessitent le changement de look à chaque période pour captiver l’attention. Les opérateurs de téléphonie mobile sont aussi bien placés pour participer à un espace sain en adressant des SMS à leurs abonnés pour les appeler à contribuer efficacement à cette noble tâche. Même l’outil Internet, qui est en train de se développer, doit être pris en considération en développant des sites sur les bienfaits de l’écologie en général. Il faut en faire une affaire de vie ou de mort. Les mosquées peuvent aussi jouer le rôle, à bon escient, d’éducateurs de la société. Les imams et les curés sont là pour rappeler aux fidèles ce principe fondamental dans les religions. Le vrai croyant doit être l’exemple du summum de la propreté. On ne peut pas laisser passer sans parler du rôle essentiel de l’école, dans l’éducation, où l’instituteur est primordial. L’école vantera les bienfaits de la propreté et apprendra les petits gestes de la pureté. Les lieux de l’éducation (écoles, collèges, lycées, instituts, universités ...) sont à l’avant-garde de l’éducation civique et citoyenne. Les associations, avec leur approche, sensibiliseront les citoyens par l’utilisation de tous les bons moyens. Elles participeront à l’encadrement des citoyens volontaires pour le nettoyage de leurs cités. Des cités pilotes doivent être lancées pour servir d’exemple et de modèle. La concurrence peut être ainsi provoquée entre les cités avec à la clé des récompenses comme pour les tournois de quartiers de football organisés dans tout le pays. Un téléphone vert, comme celui des pompiers ou de la police, doit voir le jour en permettant aux citoyens de signaler tout manquement au devoir environnemental. Les différents services de l’environnement ont également besoin d’un renforcement pour assurer pleinement leurs missions. Ce ne sont là que quelques aperçus tirés au hasard dans la foulée du sujet. Les concepts de l’écologie sont nombreux et diversifiés. L’Egypte a de nombreux spécialistes dans le domaine qui sont mieux placés pour aborder le problème de l’environnement sous tous les angles. Il suffit de leur donner tous les moyens pour se mettre réellement au travail. Dans l’urgence, il faut planter des arbres et des arbres fruitiers partout où c’est nécessaire. Ne parler d’arbres fruitiers que lorsqu’ils commenceront à donner effectivement leurs fruits.

L’opération doit débuter sans un grand vacarme médiatique. Les leçons avec des slogans démesurés sont à méditer. Il vaut mieux aller doucement, mais sûrement. La plaie de notre pays se situe singulièrement dans le suivi dans tous domaines confondus. Les actions de type folklorique ont déjà montré leurs limites. Elles ne servent généralement qu’à faire du « tape-à-l’œil » et ne s’intéressent qu’au présent en chauffant la galerie. Des immeubles, des écoles, des universités, des structures sportives ... deviennent laids, en piteux état, dégradés après seulement quelques années de leur réalisation. Personne ne rend compte de ses actes, c’est l’une des blessures engendrée à l’Egypte. Un réveil réel de la société égyptienne pour l’écologie et l’environnement est impératif. La prise de conscience, même minime, est primordiale pour l’avenir. C’est l’appel au secours de la nature qui nous interpelle de toutes ses forces. Ne la décevons pas, soyons attentifs à ses multiples SOS. La situation n’est pas irrévocable, on peut mieux faire. Un sursaut écologique citoyen est plus que souhaitable pour le bien-être des Egyptiens et de l’Egypte. Il faut laisser une Egypte propre aux futures générations.

M. Souidi,
Hambourg, Allemagne.

 

Appel à la solidarité

Beaucoup de choses peuvent se faire pour que les gens vivent dans une société meilleure. En effet, les règles les plus élémentaires sont inexistantes chez nous. Pourquoi ? Que se passe-t-il ?

Tout d’abord, il faut aider les gens âgés à traverser la rue et à porter à leur place les sacs lourds. Il est nécessaire d’aider les pauvres en leur offrant des vêtements ou de la nourriture.

De même, dans le métro et les bus, il est conseillé de céder sa place aux plus âgés et aux femmes enceintes. Jeter les ordures anarchiquement dans la rue est un geste incivique. Il est inadmissible que les gens jettent les bouteilles de jus par la fenêtre de la voiture, alors qu’il faut les jeter dans une poubelle.

Il faut s’habituer à dire « s’il vous plaît » et ses dérivés lorsqu’on prend une chose de quelqu’un. En bref, pour conclure, il faut perfectionner notre style de vie en suivant des règles correctes pour être beaucoup mieux et pour que notre société avance.

Asmaa Hassan Mahmoud,
Alexandrie.

Bravo

Je suis une lectrice assidue de votre journal. Je vous félicite parce que je le trouve vraiment très intéressant et j’ai hâte tous les mercredis pour m’y plonger là-dedans.

Je suis d’origine égyptienne, mais vivant au Canada depuis bientôt quarante ans. Cela ne m’empêche pourtant pas de me sentir égyptienne jusqu’au plus profond de mon être. Je continue à vivre comme la Cairote que j’ai toujours été. Des restaurants arabes, des films arabes et d’innombrables moussalsalat.

Elie Boridy,
Canada.

Hommage à la Sœur

Quelques semaines avant son centième anniversaire, sœur Emmanuelle s’est éteinte dans sa retraite en France. Pour les Egyptiens auprès desquels elle a vécu pendant plus de 20 ans, les mots ne suffisent plus pour exprimer le vide que son départ a créé.

« Elle n’est pas morte. Elle est juste passée dans l’au-delà comme les anges, car elle était vraiment un ange », s’accordent à dire les chiffonniers qui l’ont côtoyée et qui ont été influencés par son œuvre dans leur quartier. Elle a élevé l’importance du travail quel qu’il soit, même si l’on est chiffonnier, car les gens sont fiers de ce qu’ils font : elle leur a inculqué l’amour du travail et l’importance du nettoyage et du recyclage. C’est un travail respectable qui aide la société et protège l’environnement. Elle a formé aussi des cellules pendant les années 1980. Or, des dirigeants d’associations de charité, formés dans ce domaine, initient des jeunes au scoutisme. Une formation qui leur donne les moyens d’aider autrui et leur apprend l’amour du travail bénévole. Modeste, aimable et active : ce sont les qualificatifs qui décrivent son amour pour les enfants, car elle restait dans la rue avec eux, les embrassait et leur racontait des histoires. Déjà à l’âge de soixante-dix ans et quelques poussières, sœur Emmanuelle était aussi dynamique qu’une jeune fille de 18 ans, racontent les personnes qui l’ont accompagnée durant le début de sa présence en Egypte en 1971 jusqu’à son retour en France en 1993. Un séjour consacré à l’aide des autres qui lui rendent hommage en poursuivant le travail qu’elle a entamé.

Fatma A. Kamel,
Le Caire.

Adieu « Ableti »

C’est avec une très grande tristesse que je pleure cette Grande Dame. J’ai l’espoir que nous garderons dans le cœur son exemple, ses leçons de vie, d’amour de charité, ainsi que l’aide et la compréhension de la souffrance des plus démunis. Si je devais retenir quelques phrases de « l’ableti », je citerais : « Comprendre, écouter et surtout respecter l’autre tel qu’il est », « Dieu m’a permis, partout où je suis passée, d’aimer les autres ». Que dire après cela ? Respect et admiration pour cette femme d’exception. Mon cœur est triste et nous sommes nombreux dans ce cas, et en Egypte où elle voulait finir sa vie. Nous ne t’oublierons jamais « petite sœur » de France et plus précisément de Limoges. Je vous salue tous.

Nadine Chapuis,
France.

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.