Al-Ahram Hebdo, Echangez, écrivez | Lettre ouverte aux députés européens
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 7 au 13 janvier 2008, numéro 696

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Echangez, écrivez

Palestine. Un de nos fidèles lecteurs dénonce le silence mondial face aux massacres du peuple palestinien.

Lettre ouverte aux députés européens

Mesdames et Messieurs les députés, vous nous avez habitués par vos réactions automatiques quand les droits de l’homme sont bafoués à travers le monde. Nous assistons à la plus grande atteinte des droits de l’homme en Palestine, jamais connue depuis l’apartheid sud-africain.

Après avoir boycotté la démocratie palestinienne, le monde, dit libre, dont les pays membres de l’Union Européenne (UE), assiste à la mort lente du peuple palestinien, notamment à Gaza, sous prétexte que le Hamas la contrôle et refuse de rendre les armes. Aujourd’hui, tous les Palestiniens qui résistent à l’occupation israélienne sont menacés d’extermination physique. Où est votre réflexe de défense des droits de l’homme, Mesdames et Messieurs les députés ?

Cette lettre est adressée aussi à tous ceux qui ont encore un brin d’humanité qui interpelle leur conscience, et qui refusent de passer sous silence la barbarie d’un autre âge perpétrée par Israël au nom des victimes du nazisme et des juifs du monde, voire au nom de l’humanité entière.

La non-assistance à un peuple en danger est une forme de complicité au moment où Israël veut exterminer le peuple palestinien ; il multiplie ses crimes aussi longtemps que le silence complice des grandes puissances et celui des défenseurs des droits de l’homme se poursuit. D’abord par l’embargo auquel participe l’UE. Ensuite, le génocide au ralenti que l’armée israélienne commet quotidiennement contre ce peuple qui ne veut pas mourir en lâche.

Le peuple palestinien a choisi de vivre ou mourir debout face aux lâches qui l’assassinent par tous les moyens militaires les plus sophistiqués, mais aussi par la famine et les maladies. Beaucoup d’enfants meurent pour cause de malnutrition et par manque de soins. Des malades et femmes enceintes meurent aux barrages militaires, car l’armée israélienne refuse de les laisser se rendre aux hôpitaux pour accoucher ou se faire soigner. Et tout cela se passe au vu et au su de ce monde dit libre, avec la complicité lâche des médias occidentaux qui observent un silence total sur la nouvelle barbarie « du monde civilisé ».

Les lois des pays que vous représentez, Mesdames et Messieurs les députés, ne condamnent-elles pas ceux qui ne portent pas secours à une personne en danger ? La non-assistance à un peuple en danger est aussi une forme de complicité qui protège les assassins, et donc condamnable, du moins moralement pour l’instant.

Cependant, porter secours à un peuple, cela ne signifie pas seulement lui donner de l’aumône pour sa survie, car cette assistance ne fait que prolonger sa souffrance.

Porter secours à un peuple, c’est surtout imposer à ses bourreaux de respecter ses droits et reconnaître son existence sur sa terre. Pour échapper à l’épuration ethnique, le peuple palestinien a besoin de votre aide.

Chérif Boudelal,France.

Des touristes pas comme les autres

Je me permets de faire une remarque sur l’article écrit par le lecteur Ahmed El Gared, paru dans le Numéro 688 (14-20 novembre) d’Al-Ahram Hebdo, sous le titre : « Liaisons ambiguës ». J’admets que tout ce qu’il dit sur le comportement des touristes arabes est vrai. Ils trouvent chez nous ce qui est interdit chez eux : casinos, cabarets, night-club, boissons et danseuses, mais la phrase suivante m’a choquée : « L’attitude des Egyptiens m’étonne ; ils sont capables de faire n’importe quoi pour de l’argent ». Mais est-ce que ces lieux ne sont pas fréquentés par des touristes autres que les Arabes et même par les Egyptiens qui ont les moyens. Les Arabes du Golfe attirent l’attention à cause de leur grand nombre et leur façon de s’habiller. Mais ce qui est impardonnable, c’est que les Egyptiens acceptent de vendre leurs fillettes de 16 ans à des riches vieillards qui les épousent pendant quelques semaines et s’en débarrassent quelques semaines après. Grâce à Dieu, comme le dit l’auteur de la lettre, il y a sûrement des gens bien et des gens moins bien chez les Saoudiens. Alors que faut-il faire ? Doit-on refuser le visa d’entrée aux Arabes du Golfe, ou bien a-t-il une autre solution à proposer ? Je suis curieuse de connaître le fond de sa pensée.

Kemal Ozmen, Alexandrie.

Viande ou légumes

La lecture des témoignages des personnes privées de viande du fait du prix exorbitant par rapport à leurs revenus (N° 693 du 19/12/07) m’a fait bien sûr mal au cœur. Il suffit de sentir la bonne odeur qui se dégage lorsqu’on passe devant un rôtisseur de poulets pour avoir l’estomac qui vous supplie de vous mettre à table. Un mouton qui tourne sur une broche au-dessus d’un feu de braises vous inspire tout le bonheur du monde. Se mettre à table dans un petit restaurant avec dans l’assiette une superbe « nifa » accompagnée d’un riz brun semble faire partie des sept merveilles du monde. Surtout quand on a le ventre creux en période de fête.

Il ne faut pas prétexter que l’on a besoin de protéines pour acheter de la viande. Les protéines végétales se trouvent également dans des plats de légumes secs ou des combinaisons de plats comme riz plus lentilles, foul, lait, fromage, œufs, etc.

Mais comment expliquer cela aux gens de la rue qui ne peuvent ou ne savent consulter un livre sur la nutrition.

Manger de la viande (rouge) est un vrai plaisir pour certains et presque une obligation. Par contre, un végétarien ne se laissera pas séduire par toutes ces bonnes odeurs de grillades. Au contraire, cela ne l’inspirera que du dégoût. Depuis quelques années, un grand nombre de personnes dans le monde ont tourné la page des recettes avec viande, non pas pour raison de budget, mais par un choix de vie plus saine, dégoûtés de voir tous ces obèses qui se traînent devant les médecins en se plaignant de mille maux.

J’aimerais que tous les gens privés de viande pour raison économique puissent savoir qu’avoir une bonne santé n’est pas synonyme de consommation de viande, sans pour autant se priver d’un petit plaisir de temps en temps.

Jean Claude Brana,France.

Le chômage, fléau du siècle

Ecole, université ! Et après ? La recherche d’un travail, une bataille où les jeunes perdent et se trouvent membres du club chômage. Le manque d’offres d’emploi cause beaucoup de problèmes, citons à titre d’exemple : le crime, la consommation de drogues, la pauvreté et la misère. Croyez-vous qu’après de longues années d’études à l’école et l’université, une étudiante diplômée du département de sociologie de la faculté des lettres travaillera autre part que dans un magasin comme vendeuse ? Les étudiants en sont arrivés à faire durer leurs études pour ne pas se retrouver au chômage. L’Etat doit réagir, mettre en œuvre des projets pour créer des opportunités de travail. Les jeunes auront peut-être l’espoir de s’assurer un bon avenir.

Ménatallah Ahmed,Alexandrie.

Dépoussiérer l’enseignement

Le métier de professeur est l’un des plus importants dans la société égyptienne. Actuellement, la plupart des professeurs ne sont pas au niveau souhaité par la profession. Peu nombreux sont ceux qui désirent créer de nouvelles méthodes d’enseignement. L’enseignement a besoin d’un véritable boom. Il faut instaurer un nouveau système, différent, pour que les élèves puissent à nouveau un jour vouer à leurs professeurs le respect qui leur est dû.

Fatma Al-Zahraa Al-Damaty,Alexandrie. 

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah - Chourouq Chimy
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.