Al-Ahram Hebdo, Monde Arabe | Des poignées de main symboliques
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 8 au 14 août, numéro 674

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Monde Arabe

Palestine. Rien de palpable n’est sorti du dernier sommet Abbass-Olmert censé redonner vie au processus de paix et préparer un cadre de négociations pour une conférence internationale sur le Proche-Orient souhaitée par le président Bush à l’automne.

Des poignées de main symboliques

Depuis la nomination d’un nouveau gouvernement palestinien soutenu par les Occidentaux, celui de Salam Fayyad, les discussions entre le gouvernement israélien et l’Autorité palestinienne semblent s’accélérer. Le premier ministre israélien, Ehud Olmert, et le président palestinien, Mahmoud Abbass, se sont rencontrés lundi dernier à Jéricho, en Cisjordanie. Objectif  : trouver une base commune en ce qui concerne la question de l’Etat palestinien avant la conférence internationale sur la paix au Proche-Orient évoquée par le président américain George W. Bush.

Bien avant la réunion, M. Olmert avait déclaré : « Je suis venu ici pour discuter avec vous des questions fondamentales entre Israël et l’Autorité palestinienne, en espérant que cela nous mènera bientôt à des négociations sur la création d’un Etat palestinien ». Or, la réalité était autre. Leurs visions étant divergentes, les deux dirigeants n’ont pas, au cours des trois heures environ de discussions, abordé les éléments-clés concernant le statut final du futur Etat palestinien. Il faut donc attendre jusqu’à novembre prochain pour discuter ces questions toujours insolubles dans le cadre de la conférence internationale sur la paix au Proche-Orient proposée par George W. Bush et dont la secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, a fait la promotion au cours de sa tournée dans la région arabe achevée jeudi dernier.

En effet, lors de sa visite à Ramallah, Mme Rice avait déclaré au président Abbass qu’Ehud Olmert était prêt à aborder les « questions fondamentales », mais sans trop se lancer dans les détails. De toute façon, le point de vue d’Olmert avait toujours été de refuser d’aborder les sujets de fond concernant le futur de l’Etat palestinien : les frontières, les réfugiés de 1948 et le statut de Jérusalem. Or du côté palestinien, ce qui importe le plus c’est de négocier « un accord de principe » avec les Israéliens, menant à la création d’un Etat indépendant, à la stabilité pour le peuple, à une économie viable et à la fin du chaos sécuritaire. Les bases sont connues : la Feuille de route, la vision de Bush et l’Initiative arabe.

Si rien de spectaculaire ne semble se dégager de cette série de rencontres, l’Administration américaine se contente pour le moment de l’existence d’une volonté mutuelle d’aller plus loin et de parvenir à une solution de deux Etats. Mais il ne faut pas oublier que cette tentative de reprendre les négociations se trouve fragilisée par le conflit entre le Hamas et le Fatah et la division de la Palestine en deux territoires. De plus, le fait de négliger le Hamas et de l’exclure de toute négociation met les Américains, les Israéliens et les Palestiniens dans le risque de se trouver avec trois Etats : Israël, la Cisjordanie, contrôlée par Mahmoud Abbass et son gouvernement soutenu par l’Occident, et la bande de Gaza que le Hamas contrôle depuis le 15 juin dernier sans intention d’y abandonner le pouvoir. Bien de choses à résoudre que ces poignées de main somme toute symboliques sont loin d’approcher .

Yasmine Chérif

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah - Chourouq Chimy
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.