Al-Ahram Hebdo, Evénement | Au bord de l’implosion
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 6 au 12 juin 2007, numéro 665

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Evénement

Liban . Les violences entre réfugiés et forces de l’ordre se sont propagées du camp de réfugiés de Nahr Al-Bared à celui de Aïn Héloué. Une contagion qui remet sur le tapis la question des camps palestiniens. 

Au bord de l’implosion 

L’armée libanaise a accentué cette semaine son offensive contre les miliciens du Fatah Al-Islam retranchés dans le camp de réfugiés palestiniens de Nahr Al-Bared. Signe d’une possible extension des violences, des heurts ont aussi opposé des islamistes armés appartenant au groupe de Jound Al-Cham, à des soldats libanais à l’une des entrées d’un grand camp de réfugiés palestiniens, Aïn Héloué, dans le sud du Liban. Cette fois-ci, c’est un second groupuscule islamiste, le Jound Al-Cham implanté dans le camp, qui est à l’origine des combats. Il s’agit d’un groupe salafiste comme le Fatah Al-Islam, mais à la différence de ce dernier qui compte des combattants de diverses nationalités arabes, ses membres sont tous des Palestiniens. Le Jound Al-Cham entretient des liens avec le Ousbat Al-Ansar, un puissant groupe islamiste palestinien qui a participé en 2000 à des combats entre des islamistes et l’armée libanaise à Denniyé, dans le nord du Liban. Plusieurs de ses membres, qui ont trouvé refuge à Aïn Héloué, sont recherchés par la justice libanaise. Dans le même temps, une fusillade a éclaté dimanche au sud de Beyrouth, dans un autre camp de réfugiés palestiniens.

Il s’agit là des plus graves affrontements intérieurs qu’ait vécus le Liban depuis la guerre civile de 1975-1990. La situation semble en effet explosive au pays du Cèdre. Cette nouvelle crise née dans les camps de réfugiés s’ajoute à celle, politique, opposant la majorité parlementaire à l’opposition, notamment chiite. Ni l’une ni l’autre ne semblent se diriger vers une solution pacifique. Sur le plan politique, la décision de l’Onu de créer un tribunal spécial pour juger les assassins de Hariri ne fait que compliquer la donne (voir encadré). Quant à la crise dans les camps de réfugiés palestiniens, elle risque, elle aussi, de s’accentuer, et ce malgré la baisse d’intensité des combats à Nahr Al-Bared. Un porte-parole de l’armée a affirmé qu’il n’y aurait « aucune trêve » avec les combattants du Fatah Al-Islam « jusqu’à leur reddition », alors que le premier ministre Fouad Siniora a affirmé samedi que la seule issue à cette crise était la reddition des hommes armés. M. Siniora a en outre accusé le Fatah Al-Islam, qui reconnaît des affinités idéologiques avec Al-Qaëda, de « liens avec certains services de renseignements syriens », ce que Damas dément formellement. Là aussi, les deux crises s’entremêlent. Le Fatah Al-Islam a réaffirmé de son côté qu’il ne se rendrait pas et qu’il se battrait « jusqu’à la dernière goutte de sang ».

Aucune issue au conflit ne semble ainsi se profiler dans l’immédiat, les protagonistes campant sur leurs positions et les médiateurs palestiniens ayant suspendu leurs bons offices.

Une bombe à retardement

Cependant, au-delà de la possibilité ou non de régler dans l’immédiat cette crise, les événements de Nahr Al-Bared et plus récemment ceux de Aïn Héloué ont remis sur le tapis une question hautement épineuse au Liban, celle des camps de réfugiés palestiniens. Selon l’agence des Nations-Unies pour l’aide aux réfugiés palestiniens, l’UNRWA, près de 400 000 réfugiés palestiniens vivent au Liban, soit 10 % de la population, 224 000 d’entre eux sont répartis dans 12 camps, dans lesquels s’entassent les descendants de ceux qui ont fui la Palestine en 1948. Le Liban est parsemé de ces camps du nord au sud. Certains sont tout petits, comme Mar Elias et ses 1 411 résidents, d’autres sont immenses comme Aïn Héloué, le plus grand avec 45 000 habitants, ou Nahr Al-Bared et ses 31 023 réfugiés.

En 1982, l’invasion israélienne et le départ forcé de l’Organisation de la Libération de la Palestine (OLP) du pays marquent un tournant pour ces réfugiés. 65 % d’entre eux avaient du travail grâce à l’organisation de Yasser Arafat, qui assurait aussi le financement des structures sanitaires et éducatives. Depuis, c’est l’agence des Nations-Unies pour les réfugiés palestiniens qui assure pour l’essentiel leur survie et leur éducation. Leur situation s’est ensuite détériorée au cours des années 1990 pour différentes raisons. Les services et l’aide de l’OLP se sont arrêtés depuis les accords d’Oslo en 1993. Jusqu’à cette date, l’OLP avait pris en charge la presque totalité des besoins quotidiens des camps. Depuis 1993, cette aide se réduit presque exclusivement au versement de modestes pensions attribuées aux familles des martyrs. D’autre part, lors de la guerre du Golfe de 1991, les milliers de Palestiniens travaillant dans les pays producteurs de pétrole, dont beaucoup provenaient du Liban, ont perdu leur emploi et ont été contraints à quitter ces pays. Ce fut pour les familles restées au Liban un manque à gagner très important. En outre, l’aide financière versée à l’OLP par les pays arabes a été fortement réduite en raison du soutien de l’OLP à l’Iraq, lors de cette guerre. En même temps, les services assurés par l’UNRWA ont, eux aussi, diminué. Ceux-ci, dans les différents domaines pour lesquels elle a reçu mandat de l’Onu en 1949 (aide alimentaire, infrastructures des camps, santé, éducation), se sont réduits alors même que leur développement n’avait jamais été aussi nécessaire. Cette situation tient surtout à la réduction importante du budget global de cet organisme. Aujourd’hui, les réfugiés craignent que l’UNRWA ne soit en train de liquider graduellement ses activités. Cela signifierait que l’Onu a opté pour l’implantation définitive des réfugiés palestiniens dans les pays d’accueil, et ce en contradiction avec les résolutions 194 et 302 de l’Onu et la fameuse question du droit de retour.

De leur côté, les autorités libanaises, notamment pour éviter que ne soit remis en cause l’équilibre fragile entre les communautés, évitent par tous les moyens l’intégration des réfugiés. D’où un certain nombre de lois restrictives régissant la vie des réfugiés palestiniens. Ainsi, les Palestiniens au Liban n’ont-ils aucun droit social ni civique et n’ont qu’un accès limité aux équipements éducatifs gouvernementaux. Ils n’ont aucun accès aux services sociaux publics. Ils ne sont pas autorisés à obtenir un permis de travail pour 72 métiers, dont ceux de médecin, d’avocat ou d’architecte. Leur est interdit aussi d’amener des matériaux de construction dans les camps, leurs habitations sont précaires, insalubres voire dangereuses. Une situation qui place les Palestiniens dans un état d’extrême précarité : avec 25 %, Nahr Al-Bared a le pourcentage le plus élevé de réfugiés palestiniens vivant dans une pauvreté abjecte et officiellement enregistrés auprès des Nations-Unies comme des cas de « détresse particulière », alors qu’à Aïn Héloué, le taux de chômage atteint les 70 %. Dans de telles conditions, il n’est pas surprenant de voir proliférer dans les camps palestiniens une certaine sympathie pour Al-Qaëda, voire des affiliations officielles. Une situation appelée à perdurer tant que le problème de réfugiés ne sera pas inclus dans un règlement global du conflit israélo-palestinien.

Abir Taleb

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah - Chourouq Chimy
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.