Al-Ahram Hebdo, Evénement | En attendant l’après-Annapolis
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 28 novembre au 4 décembre, numéro 690

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Evénement

Proche-Orient. La réunion organisée aux Etats-Unis sur le règlement de la crise palestino-israélienne prend l’aspect d’un congrès cérémonial à l’heure où les divergences sur les dossiers fondamentaux paraissent insurmontables.

En attendant l’après-Annapolis

Ça passe ou ça casse ... C’est un peu la question clef de cette conférence d’Annapolis, où le président américain George W. Bush a invité des responsables israéliens, palestiniens et de 40 autres pays, dont 15 pays arabes, à une réunion censée relancer le processus de paix au Proche-Orient en panne depuis sept ans. Le chef de l’exécutif américain qui agit un peu comme une sorte d’empereur romain voulant mettre de l’ordre dans les marches orientales de l’empire où les populations locales sont en colère, se révoltant parfois contrés par une garnison qui n’est autre qu’Israël, a choisi la ville d’Annapolis pour ce congrès. C’est la capitale de l’Etat du Maryland. Située en bord de mer, sur la baie de Chesapeake, elle fait partie intégrante de la grande agglomération qui regroupe Washington DC et Baltimore, la plus grande ville du Maryland. En 2000, sa population était de 35 838 habitants.

La ville abrite l’Académie navale d’Annapolis (en anglais United States Naval Academy) et le St John’s College. Aujourd’hui, elle est célèbre pour son architecture géorgienne et le nautisme à voile dans la baie de Chesapeake. Là peut-être, le climat sera favorable à quelque chose, un point de départ vers des négociations. Oui des négociations nouvelles. il y en a tellement eu de manifestations de ce genre que l’on peut oublier l’une ou l’autre (lire page 5). A des milliers de kilomètres d’Annapolis à Gaza, lieu enclavé où les Palestiniens sous la maîtrise d’un Hamas diabolisé, vivent les moments difficiles, sans grand espoir de changement, minés aussi par la direction bicéphale avec l’Autorité palestinienne (en Cisjordanie) la seule internationalement reconnue. Pour eux, c’est justement « ça passe ou ça casse ». D’ailleurs, un marchand de souvenirs de Gaza propose à ses clients un « mug » à casser si les attentes suscitées par cette réunion ne sont pas au rendez-vous. Symbole d’espoir, la tasse « ça passe ou ça casse » est ornée d’une colombe et d’un rameau d’olivier, mais signe de doute, elle est vendue avec des instructions pour la briser si la conférence fait un « flop ». « Ce souvenir est fait pour être conservé, mais, en cas d’échec de la conférence, brisez-le », est-il écrit sur le « mug » du marchand Tareq Abou-Dayya à Gaza, qui se vend comme des petits pains malgré son prix relativement coquet de 2,50 dollars la pièce.

En fait, chacun s’est rendu avec son propre agenda bien connu de tous pour une rencontre protocolaire où déjà l’on savait que ce qui compte c’est ce qui interviendra après.

L’après-Annapolis compte bien plus qu’Annapolis même. D’ailleurs, ce sont les Etats-Unis eux-mêmes qui l’ont affirmé d’emblée et bien avant la réunion. Washington table sur ce qui viendra après et la secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, estime que « le lancement des négociations palestino-israéliennes suffirait en soi à faire de la réunion un succès ». Et tout se passe comme si le président Bush voulait redorer son blason et faire quelque chose. D’ailleurs, le négociateur palestinien Ahmad Qoréi à son arrivée avec Mahmoud Abbass à Washingon a bien émis l’espoir que l’on arrive à un règlement vers 2008 avant la fin du mandat du président Bush. Même son de cloche chez les Israéliens. Le premier ministre Ehud Olmert a jugé possible de parvenir à un accord définitif en 2008.

Un flou artistique

Des espoirs lointains comme cela était le cas dès le départ. Dès Camp David pour ne pas remonter à plus loin. Nombre d’experts jugent que la situation est plus complexe encore que lors de Camp David en 2000. L’opposition d’Israël au partage de Jérusalem est plus intense, car les colonies juives ont été agrandies. De plus, Israël table sur les roquettes tirées à partir de Gaza par les miliciens du Hamas et de la division interpalestinienne pour retarder toute ouverture. « A part des discours et une déclaration commune, pas grand-chose », soulignait le quotidien Maariv : un énième appel du président américain George W. Bush à la création d’un Etat palestinien viable, la fin des violences, le gel de la colonisation et bien d’autres.

Quelle utilité donc ? N’est-ce pas des choses décidées ? Le politologue Saïd Okacha du Centre d’Etudes Politiques et Stratégiques (CEPS) d’Al-Ahram récuse même l’idée qu’Annapolis va préparer quelque chose pour un prochain avenir. « Il n’est même pas question de l’après-Annapolis que ce soit pour les Américains ou pour les participants dont les déclarations et communiqués ne reflètent qu’une idée : il ne s’agit que d’un forum de discussions. Voire, c’est le contraire qui est vrai. Cette rencontre marquera la fin du mécanisme des négociations qui a commencé avec Camp David et s’est terminée par la Feuille de route en passant par bien d’autres ». Il justifie son pessimisme par le fait que « le minimum des exigences palestiniennes est le retour aux frontières de juin 1967. Ceci est impossible pour Israël ». Pour ce spécialiste du dossier palestino-israélien, il y aurait quand même une « nouvelle voie de règlement qui s’articulerait sur des congrès internationaux et l’élargissement de la question pour arriver à un échange des territoires entre les pays de la région en tant que tels ». Des échanges d’intérêts plus qu’un focus pour cette question palestinienne. Des vues que pourrait confirmer l’état actuel des choses dans la région. Une fois de plus, cette Amérique embourbée au Moyen-Orient affrontant l’Iran voudrait se servir de son gendarme qui est Israël pour tenter de s’en sortir. Des vues que certaines évolutions ne manquent de confirmer. La participation de la Syrie par exemple qui a donné pour condition l’ouverture du dossier du Golan, une démarche en solitaire de Damas naguère partisan pur et dur de la cause palestinienne (Lire page 4).

D’ailleurs, c’est presque en ordre dispersé que les Arabes ont participé, et la ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni, qui a salué les pays arabes participants à la réunion, a estimé qu’ils ne devraient pas se mêler des discussions bilatérales israélo-palestiniennes. « Le monde arabe n’est pas supposé définir les termes des négociations ou s’y impliquer », a dit Livni. De quoi ajouter à la confusion et au désaccord fondamental entre les deux parties.

En fait, Israéliens et Palestiniens se sont rendus à Annapolis sans s’accorder sur un document commun fixant les contours d’un règlement en vue de la création d’un Etat palestinien indépendant. Les négociations ont connu de sérieuses difficultés, comme l’a déclaré le négociateur palestinien, Saeb Eraqat. Mais toujours est-il que l’on regarde au-delà de la rencontre. Emad Gad, rédacteur en chef d’Israeli Digest publié par le Centre d’Etudes Politiques et Stratégiques (CEPS) d’Al-Ahram, considère que de « grandes chances sont ouvertes. Ces négociations donnent lieu à plus haut degré d’optimisme et constituent une approche réaliste de certains dossiers comme celui des réfugiés et de Jérusalem. Cela accorde une plus grande chance qu’Oslo et Camp David ». Pour lui, les dernières rencontres, au nombre de dix, entre Olmert et Abbass ont aidé « à une entente sur certains points, même si elles ont révélé des divergences sur d’autres, dont ces compensations de 85 milliards de dollars pour les réfugiés palestiniens ». Pour Gad, deux facteurs importants jouent en faveur de sa théorie. D’une part, après l’échec de Camp David II, en 2000, sept ans de conflits et d’affrontements sanglants ont suivi. De quoi donner à réfléchir à toutes les parties. D’autre part, la personnalité d’Abou-Mazen fait de lui un partisan des solutions réalistes. « Ses rapports avec les Israéliens sont solides. Il n’a pas les mêmes calculs qu’avait un Arafat quant à la prise de décision pour une solution définitive », ajoute Gad.

Le facteur Hamas

S’empresser de régler reste aussi justifié par une crainte d’une augmentation de l’influence du Hamas. L’organisation fermement opposée à la conférence a indiqué que le peuple palestinien « ne tiendrait pas compte des éventuelles décisions prises à la réunion. Elles n’engageront pas le peuple palestinien car celui-ci n’autorise personne, qu’il soit arabe ou palestinien, à tirer un trait sur ses droits », a lancé le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum. Tout aussi ferme, le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, a déclaré que « personne n’est mandaté pour renoncer aux droits du peuple palestinien, et en particulier le droit au retour des réfugiés ». A ces prises de position fermes, il a ajouté une volonté de résistance, de multiplier les attaques contre les forces israéliennes à Gaza et en Cisjordanie après la réunion. « La période qui va suivre la conférence d’Annapolis verra une augmentation par tous les moyens et les formes de la résistance, dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, contre l’occupation sioniste », a affirmé le bras droit du chef du Hamas, Khaled Mechaal, Moussa Abou-Marzouk, dans un communiqué publié sur le site Internet du Hamas.

Si le Hamas paraît aussi résolu, c’est parce qu’il est sûr que le processus qui a mené à Annapolis et qui en découlera ne mènera à rien. Autrement il ne se serait pas aliéné un monde arabe qu’il indispose et l’Occident qui le qualifie de terroriste. Fuite en avant ? Pour Okacha, l’après-Annapolis pour le Hamas donne lieu à deux possibilités : « La première serait qu’il craint un accord entre Arabes et Israéliens qui l’isolerait davantage et l’obligerait de se retirer de la scène. La deuxième serait beaucoup plus de tension et de violence sur la scène palestinienne ». Pour le politologue, ce mouvement doit voir les choses de manière pragmatique, sinon « il serait le seul perdant, Israël ayant les moyens de couper les acheminements de pétrole et d’électricité ».

Le rideau est de toute façon levé sur un premier acte d’un théâtre itinérant. La suite se déroulera, mais l’épilogue est-il pour demain ou après demain ou même plus tard encore ?.

Ahmed Loutfi
Chaimaa Abdel-Hamid

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah - Chourouq Chimy
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.