Al-Ahram Hebdo, Evénement | Ballon d’oxygène 
  Président Salah Al-Ghamry
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 31 janvier au 6 février 2007, numéro 647

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Arts

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Loisirs

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Evénement

Liban . Les promesses d’aides enregistrées jeudi dernier à la conférence de Paris III dépassent 7,6 milliards de dollars, signal d’un fort soutien de la communauté internationale au pays du Cèdre. 

Ballon d’oxygène  

Paris,
De notre correspondant —
 

Outre l’aide financière, la plus importante jamais promise au Liban, Fouad Siniora a également obtenu un soutien politique clair à son gouvernement dont tous les participants à la conférence de Paris III ont reconnu la « légitimité » que lui dénie l’opposition libanaise, conduite par le Hezbollah chiite. Le Liban a engrangé jeudi dernier des milliards de dollars de promesses d’aides. 7,6 milliards, a précisé Jacques Chirac, à l’issue de la conférence internationale sur le soutien au Liban qui a été organisée à Paris, avec la participation de quarante pays. Les participants à la conférence égrenaient leurs promesses de dons, tout en se tenant régulièrement informés sur les affrontements qui se déroulaient au même moment à Beyrouth. Les Etats-Unis, l’Arabie saoudite et les pays de l’Union Européenne (UE), au premier rang desquels la France, fourniront la contribution la plus importante. Riyad a été comme d’habitude la plus généreuse et a promis 1,1 milliard de dollars et Washington 770 millions, afin de réaffirmer son soutien à « un Liban souverain, démocratique et prospère », a expliqué sa secrétaire d’Etat, Condoleezza Rice. L’UE a promis 520 millions d’euros et l’Italie 120 millions, tandis que la France accordait 500 millions d’euros de prêts à conditions avantageuses pour prendre ses responsabilités lors de ce que Jacques Chirac, qui présidait la conférence, a estimé être «  une occasion unique pour réaffirmer avec force notre vœu d’un Liban uni (...) dans le respect de toutes ses composantes ». L’Egypte a proposé 44 millions de dollars, une petite somme mais loin devant la proposition de la Chine (4 millions seulement).

Les organisations financières internationales ne seront pas en reste, puisque la Banque mondiale va effectuer un « effort extraordinaire », pour reprendre les termes de son président, Paul Wolfowitz, soit 1 milliard de dollars, et la Banque européenne d’investissement octroiera 960 millions d’euros, la contribution européenne représentant donc 40 % du total. 

Menaces de blocage

Le Fonds islamique de développement a en outre accordé une aide de 250 millions, mais plusieurs pays, dont le Japon, le Koweït et Bahreïn, n’ont pas précisé le montant de leur générosité. Au final, l’aide est nettement supérieure aux 4,2 milliards de dollars promis lors de la conférence de Paris II, en 2002 ; seuls 2,4 milliards de dollars avaient été versés, le programme de réformes promis par Beyrouth n’ayant pu être mené à bien en raison de blocages institutionnels. Lesquels menacent toutefois plus que jamais le pays, puisque le Hezbollah et ses alliés regroupés autour de Michel Aoun ne font pas mystère de leur intention d’obtenir la chute du gouvernement, qu’ils jugent illégitime désormais. Ce dernier a souligné : « Si nous ne réalisons pas les objectifs du programme de réformes, cela pourrait mettre en danger nos objectifs plus vastes de stabilisation politique et sociale ». Mais on peut se demander comment le gouvernement pourrait mettre en pratique ses ambitieuses réformes, d’un coût social non négligeable, dans les conditions politiques actuelles.

Le premier ministre libanais, Fouad Siniora, va devoir s’atteler à la réduction de l’énorme dette publique du pays tout en se gardant des dérives de la rue.

Or, les institutions de l’Etat sont paralysées depuis la démission des ministres chiites du gouvernement Siniora à la mi-novembre. Et, la paralysie du Parlement, présidé par le dirigeant opposant Nabih Berri, rend impossible la mise en œuvre du plan de réformes proposé par le gouvernement, et que doit accompagner l’aide internationale.

« Nous comptons sur les privatisations, en plus des liquidités provenant des bailleurs de fonds pour réduire l’endettement public (41 milliards de dollars) », a indiqué, à l’Hebdo, le ministre des Finances, Jihad Azour. Or, cette perspective de sortie de la crise économique risque de rester un vœu pieux, en l’absence d’un règlement de la crise politique. Il est donc évident qu’il faut organiser un nouveau partage du pouvoir, et accorder une plus grande place aux chiites dans les institutions.

De nombreux responsables libanais reconnaissent qu’un règlement de la crise passe par Damas et Riyad. La Syrie soutient une majorité de l’opposition, alors que l’Arabie saoudite est proche de la majorité pro-occidentale. « Il faut inclure la Syrie dans le jeu. L’intérêt du Liban est d’organiser ses relations avec Damas », convient Eric Rouleau, ancien ambassadeur et spécialiste du Moyen-Orient. Mais aujourd’hui, l’impasse paraît totale, malgré les initiatives diplomatiques pour régler la crise. Une solution évoquée à Paris par Fouad Siniora consiste à former un gouvernement au sein duquel la majorité et l’opposition ne pourraient pas imposer une décision sur des sujets importants, mais sans le « droit de veto » réclamé par l’opposition.

Khaled Saad Zaghloul

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah - Chourouq Chimy
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.