Hebdomadaire égyptien en langue française en ligne chaque mercredi

Commentaire

La Une
L'événement
Le dossier
L'enquête
Nulle part ailleurs
L'invité
L'Egypte
Affaires
Finances
Le monde en bref
Points de vue
Commentaire
d'Ibrahim Nafie

Carrefour
de Mohamed Salmawy

Idées
Portrait
Littérature
Arts
Femmes
Sport
Environnement
Loisirs
Echangez, écrivez
La vie mondaine
Le blocus continue
Par Ibrahim Nafie

Depuis que le mouvement Hamas a obtenu la majorité des sièges au Parlement et depuis qu’il a été chargé de former le nouveau gouvernement, les campagnes israéliennes de diffamation contre le mouvement islamiste n’ont pas cessé. Ces campagnes ne se sont pas limitées au Hamas, mais ont touché le peuple palestinien en entier et ceci par l’intermédiaire de pressions dans l’objectif d’interrompre les aides financières accordées aux Palestiniens. En effet, l’Union Européenne (UE) et les Etats-Unis ont menacé de supprimer ces aides. De plus, Israël menace de ne pas donner aux Palestiniens les sommes qui lui sont dues et qui ont pour source les taxes douanières sur les articles importés par l’intermédiaire d’Israël.

Nombreux sont ceux qui pensent que ces menaces constituent une punition collective pour le peuple palestinien. Or, l’UE est revenue sur ces menaces et a décidé d’octroyer 143 millions de dollars en tant qu’aides urgentes à l’Autorité palestinienne toujours présidée par Mahmoud Abbass. Et ce avant la formation du nouveau gouvernement et avant que l’Administration américaine ne remette en question ses aides aux Palestiniens de façon à ce qu’elles restent loin des mains du Hamas. Cependant, le monde entier ignore la punition réelle dans laquelle se trouve actuellement le peuple palestinien. Jeudi dernier, Israël a informé l’Autorité palestinienne qu’il n’allait pas rouvrir le passage Al-Mintar qui est l’unique point de passage pour l’exportation des marchandises de la bande de Gaza vers Israël et l’étranger. Et ce conformément à des ordres donnés par le ministre israélien de la Défense. Cette décision est en contradiction avec une autre adoptée le jour d’avant et qui prévoyait la réouverture du passage. Selon les déclarations des responsables palestiniens, cette décision nuit au peuple palestinien sur le plan économique et humain et menace de provoquer une pénurie alimentaire. La Compagnie palestinienne du développement économique a assuré que le secteur de l’agriculture à Gaza était sur le point de s’effondrer à cause de la fermeture des passages. Le problème n’est donc pas la victoire du Hamas mais la poursuite de la politique d’oppression du peuple palestinien. L’affaire est donc beaucoup plus importante que les aides qui préoccupent actuellement l’Occident. Si le peuple palestinien n’a pas la chance de vivre de façon décente, il devient impossible de parler de paix et de stabilité au Proche-Orient. Un peuple qui souffre d’une pauvreté aiguë et du chômage ne peut croire que les parties qui interdisent les subventions sont les mêmes qui veulent l’aider à parvenir à un règlement politique. Ce sont ces mêmes parties qui ne font que regarder de loin le blocus imposé à ce peuple.

 

Pour les problèmes techniques contactez le webmaster

Adresse postale: Journal Al-Ahram Hebdo
Rue Al-Gaala, Le Caire - Egypte
Tél: (+202) 57 86 100
Fax: (+202) 57 82 631