Hebdomadaire égyptien en langue française en ligne chaque mercredi

L'événement

La Une
L'événement
Le dossier
L'enquête
Nulle part ailleurs
L'invité
L'Egypte
Affaires
Finances
Le monde en bref
Points de vue
Commentaire
d'Ibrahim Nafie

Carrefour
de Mohamed Salmawy

Portrait
Littérature
Arts
Sport
Environnement
Patrimoine
Loisirs
Echangez, écrivez
La vie mondaine

Parlement. Le début de la nouvelle session a été marqué par une confrontation entre les députés du PND et ceux des Frères musulmans. Ces derniers affirment faire l’objet d’un complot pour les écarter des commissions du Parlement.

Face-à-face annonciateur

La séance inaugurale de la nouvelle session parlementaire aura tenu toutes ses promesses. Consacrée à la nomination des présidents des différentes commissions parlementaires, la séance a donné lieu à une confrontation entre les députés du PND et ceux des Frères musulmans. Les Frères, qui disposent de 88 députés, soit environ 20 % des sièges (un record pour la confrérie), espéraient obtenir la présidence d’un certain nombre de commissions. Or, ils n’ont obtenu qu’un seul poste, celui de vice-président de la commission de la santé. « Nous avons été surpris de constater que la liste de nos candidats aux différentes commissions a été modifiée volontairement », affirme Ali Laban, député des Frères musulmans. Selon les Frères, il s’agit d’une stratégie pour disperser les Frères et les empêcher d’accéder aux commissions parlementaires. « Ce sont des actes inadmissibles qui visent à placer toutes les commissions du Parlement entre les mains du parti au pouvoir et écarter totalement l’opposition qui dispose pourtant de 100 sièges », estime pour sa part Mohamad Saad Al-Katatni, député des Frères. Certains députés des Frères qui se sont portés candidats à la commission de l’industrie ont trouvé leurs noms sur la liste de la commission de la main-d’œuvre. Des altercations ont éclaté entre des députés PND et les Frères. Le président du Parlement, Ahmad Fathi Sourour, a intervenu à plusieurs reprises pour demander le calme. Le parti au pouvoir a donc monopolisé tous les postes. « Nous nous attendions à ce que le président du Parlement rééquilibre un peu les choses lors de la deuxième séance organisée le même jour pour désigner les représentants de l’Assemblée au Parlement arabe et au Parlement africain, mais nous avons été surpris par la même politique qui consiste à nous écarter totalement », estime Mohamad Saad Al-Katatni. « Ce qui est arrivé est de très mauvais augure. Cela prouve que le PND ne changera pas sa politique de mainmise sur le Parlement et que l’opposition ne jouera aucun rôle. Nous représentons la volonté de 1,5 million de citoyens et nous devons être respectés », estime Hamdi Hassan, Frère musulman. En guise de représailles, les Frères entendent répliquer par de fortes interpellations. « La politique qui consiste à nous écarter n’aboutira pas », assure Hamdi Hassan.

De l’autre côté de la barre, les responsables du PND répliquent aux accusations des Frères. Abdel-Ahad Gamaleddine, chef de la majorité PND au Parlement, déclare, lui, qu’il n’y a eu aucune manipulation dans les listes des Frères musulmans. « Les Frères prétendent que nous voulons les écarter, mais ceci n’est pas vrai. Nous disposons de la majorité absolue et il y a eu un vote pour désigner les présidents et vice-présidents des commissions. Mais les Frères doivent respecter l’avis de la majorité. C’est un vote et pas une mainmise comme ils l’affirment », assure-t-il.

Le face-à-face ne fait que commencer .

Ola Hamdi
 

Pour les problèmes techniques contactez le webmaster

Adresse postale: Journal Al-Ahram Hebdo
Rue Al-Gaala, Le Caire - Egypte
Tél: (+202) 57 86 100
Fax: (+202) 57 82 631