Semaine du 14 au 20 octobre 2015 - Numéro 1096
Sauver nos rues …

Amira Radwan, Alexandrie.

Une de nos lectrices exprime son angoisse quant au phénomène des déchets ménagers jetés dans la rue qui atteint des niveaux alarmants en Egypte.

Le phénomène de la pollution augmente jour après jour. Pourquoi l’Egypte, ou plutôt certains gouvernorats, sont-ils ainsi inondés par des déchets de toutes sortes ? Pourquoi les services des municipalités sont-ils inexistants ? Je vis à Alexandrie, dans cette belle ville qui a tristement changé de visage. A titre d’exemple, les ordures recouvrent la plupart de la corniche et en donnent une image horrible, surtout en été. Et ce, sans compter les tonnes d'ordures qui recouvrent les autres rues. D’autres pays ont trouvé des solutions à ce problème crucial en recyclant les déchets, mais nous, nous ramassons encore les ordures ménagères à la main !
 

Si nous arrivons à réutiliser les déchets organiques comme c’est le cas dans beaucoup de pays, l’Egypte sera riche. Cela aidera à récupérer les terrains agricoles devenus infertiles. Cela permettra aussi de créer beaucoup d’emplois pour les jeunes qui sont au chômage. Je pense que ce que nous avons besoin de faire c’est de prendre les choses au sérieux. Pour cela, il suffit de reprendre des solutions déjà appliquées par les autres. 


Les endettés et leurs problèmes …

Abir Ahmed, Alexandrie.

Permettez-moi d’ouvrir un dossier important, concernant un grave problème de citoyens pauvres et plutôt de femmes qui soutiennent leurs familles à qui les responsables n’accordent aucun intérêt. Plus précisément, je veux parler des personnes endettées. Ce sont ces femmes qui achètent des appareils ménagers à crédit et qui n’arrivent pas à payer les mensualités, car elles n’ont pas de travail fixe.

Elles se retrouvent condamnées par la justice et vont même en prison. Certainement, la responsabilité de ces personnes est en cause. Mais en même temps, c’est le problème du gouvernement qui ne s’intéresse plus à ces pauvres. Alors que des sociétés privées aident ces personnes à sortir des prisons. Pourquoi les responsables ne cherchent-ils plus de solutions efficaces pour ces catégories de la population ?

C’est pourtant leur mission d’assurer le bien-être des Egyptiens ...


Dans la contradiction …

Racha Aly, Héliopolis.

Pourquoi les hommes trouvent que la femme est un péché vivant ? Dans une société de l’inhibition sexuelle, les hommes ne voient aucun problème à demander aux femmes de se couvrir et de ne pas sortir. A chaque fois que je regarde un vieux film égyptien, je me demande pourquoi nous ne vivons plus dans cette belle époque ? C’était un temps où les gens, surtout les filles, marchaient librement dans la rue, avec en jupes courtes et de belles robes. Il n’était pas normal de trouver des cas de harcèlement, c’était un comportement qui ne ressemblait pas à la société. Mais maintenant, ce genre d’hommes s’est multiplié. Le taux de harcèlement sexuel a beaucoup augmenté, de même les crimes sexuels, même entre les couples.

En d’autres mots, l’image de la société aujourd’hui indique qu’on vit dans la contradiction. Et j’ai bien peur que cette période ne dure assez longtemps.