Semaine du 23 au 29 avril 2014 - Numéro 1022
Le charbon et le tourisme

Maha Samir, Alexandrie.

Une de nos lectrices aborde le problème des coupures d'électricité et le danger présenté  par l'utilisation du charbon à la place du gaz.

Le charbon serait la solution pour  résoudre le problème quotidien  des coupures de courant  qui touchent tous les gouvernorats  d’Egypte. Le gouvernement dit que le  charbon est une énergie alternative au  gaz naturel. Alors, certains retrouvent  l’espoir de passer un été sans coupures  de courant. Et puis, je découvre, en  regardant l’émission de Bassem Youssef  qui a invité un expert en énergie, que  selon ce dernier, cette solution du  charbon est dépassée depuis longtemps.  Car le charbon cause de sérieux  problèmes pour la santé des Egyptiens  et ne sera pas à long terme la solution  que les Egyptiens attendent. Où est  donc la vérité ? Le gouvernement n’at-  il pas envisagé le recours à l’énergie  solaire ? De même, l’utilisation du  charbon sur les sites touristiques  diminuera le nombre de visiteurs en  Egypte. A Al-Aïn Al-Sokhna et Safaga,  qui sont deux des plus importants sites  touristiques du pays, il existe, en effet,  une zone industrielle de charbon. Cette  situation a-t-elle été prise en compte ?  Je l’espère …    


Le bon chemin social

Farida Mahmoud, Guiza.

Les moeurs des Egyptiens ont beaucoup changé  après la révolution du 25 janvier 2011. Car ceux de  la classe moyenne ont cru qu’ils pouvaient obtenir  leurs droits par la force. La semaine dernière, j’étais avec  mes enfants dans l’un des clubs huppés d’Egypte. Et là,  deux garçons et une fille se chamaillaient d’une manière  extrêmement grossière, comme s’il était difficile de  s’exprimer sans insulter. C’est le résultat de la « liberté ».  J’aurais souhaité que mes enfants n’aient pas entendu  leurs propos et je me suis retrouvée désemparée. Même  dans la rue, le comportement des gens a énormément  changé. Ils sont toujours en colère et déprimés, et cela se  reflète dans leur langage. Parfois le stress de la vie est plus  fort que nous, mais ce n’est pas une excuse. Je crois que  nous avons perdu notre identité. Il faut que chacun y mette  du sien pour que nous retrouvions le bon chemin.


Le respect des Syriens

Raafat Aly, Al-Cheikh Zayed.

Le chômage a augmenté dans le  quartier de Cheikh Zayed (cité du  6 Octobre) à cause des Syriens.  Comment ? Quand la guerre a éclaté  en Syrie, beaucoup de Syriens sont  venus vivre en Egypte. Et ils ont préféré  s’installer dans la cité du 6 Octobre, car  c’est un lieu calme et moins cher que les  autres quartiers. 

Certains sont sympathiques, mais cela  ne leur donne pas le droit de prendre le  travail des autres Egyptiens. Il y a aussi les  commerçants qui préfèrent faire travailler  les Syriennes au lieu des Egyptiennes.  Donc la responsabilité de cette situation  incombe à plusieurs parties. Et on doit se  rappeler que les Syriens vivant en Egypte  ont participé aux manifestations des  partisans de Morsi contre les Egyptiens et  contre l’armée, utilisant même la violence.  Alors, je lance un appel aux Syriens :  acceptez et respectez les droits d’Egypte  si vous comptez rester dans notre pays.  Surtout que l’Egypte vous a beaucoup  donné. 

Les Syriens ont une école dans la cité  du 6 Octobre qui leur est réservée, où les  élèves suivent les programmes de Damas.  La décision de construire cette école a été  prise dès que le président déchu Morsi avait  déclaré que les Syriens devaient être traités  comme les Egyptiens. C’est peut-être pour  cela qu’ils sont fidèles à Morsi. Mais il faut  respecter l’Egypte dans sa globalité.