Semaine du 26 février au 4 mars 2014 - Numéro 1014
Les Egyptiens se mobiliseront

Lobna Hassan, Guiza.

Une de nos lectrices condamne le terrorisme aveugle qui frappe l'Egypte, mais elle se montre con_ante : le pays retrouve calme et sécurité.

La semaine dernière, l’Egypte a connu un nouvel attentat de terrorisme prenant pour cible des touristes. Une bombe a visé un car de touristes à Taba, à la frontière avec Israël, faisant 4 morts et 24 blessés. Le car venait du monastère de Sainte-Catherine et se rendait en Israël. Dernièrement, l’Egypte a été victime de plusieurs actes de violence, auxquels nous ne sommes pas habitués, avec des bombes ici et là, des morts de tous les âges. Ces actes de violence ont commencé après la chute de Mohamad Morsi et son régime des Frères musulmans. Le régime des Frères a trouvé un soutien auprès du groupe djihadiste nommé Ansar Beit Al-Maqdes, des terroristes professionnels. Ansar Beit Al-Maqdes a aussi annoncé qu’il allait cibler l’économie et la sécurité d’Egypte. L’armée travaille dans le Sinaï pour lutter contre les groupes djihadistes, mais ce n’est pas suffisant : la situation en Egypte va de mal en pis. Ces attentats sanglants touchent la vie quotidienne des Egyptiens. Le dernier intervient le même jour du jugement de Morsi et quelques dirigeants des Frères musulmans. Ce groupe terroriste veut nous dire que l’Egypte ne retrouvera pas sa stabilité et sa force. Mais en réalité, l’Egypte sera plus forte qu’eux. Elle retrouvera calme et sécurité car le gouvernement et les Egyptiens se mobiliseront pour protéger leur pays.


Le prochain président n’ira pas très loin

Noha Adel, Le Caire.

Les grèves ne s’arrêtent plus dans notre pays, surtout chez les ouvriers. Avant la révolution du 25 janvier 2011, on entendait rarement quelqu’un faire une grève, car la peur régnait sous Moubarak. Mais depuis, les Egyptiens se sont armés de courage pour s’exprimer. Alors il faut que le nouveau président d’Egypte soit intelligent et accorde plus d’intérêt au dossier des pauvres, trouve des solutions concernant la santé et le chômage. La dernière grève des ouvriers d’une usine de textile s’explique par la crise économique qui frappe tout le pays. Pourtant, le gouvernement devrait prévenir de tels mouvements de mécontentement. La seule mesure que le gouvernement a prise pour l’instant est de verser aux ouvriers leurs primes en retard, sans chercher à connaître leurs problèmes fondamentaux. Avec ces méthodes, le prochain président doit savoir qu’il n’ira pas très loin.


Etudier ce qui se fait à l’étranger

Fadi Hassan, Centre-ville.

Permettez-moi chers lecteurs et lectrices d’exprimer une fois de plus ma colère envers le problème endémique que représente la circulation en Egypte et qui ne cesse de s’aggraver. Pourquoi n’avons-nous toujours pas trouvé les solutions ? N’est-il pas temps de régler ce problème grave dont souffrent le pays et les citoyens quotidiennement? Les problèmes se multiplient et l’Etat n’arrive pas à trouver de solutions. Parmi ces problèmes, il y a celui des marchands ambulants qui n’est pas nouveau. Au Caire, on trouve des marchands ambulants au centre-ville, sur la rue du 26 Juillet, sur la place Roxy et la place Rabea Al-Adawiya. Ces marchands ambulants aggravent le problème, car ils bloquent les rues ou ralentissent la circulation. Tous les problèmes ont des solutions. Pourquoi pas celui des embouteillages ? Il faut étudier ce qui se fait à l’étranger ! Car ce problème influe sur d’autres activités.