Monde en bref
, 13-1-2021


Ouganda

Elections sous tension

La présidentielle se tient ce jeudi 14 janvier en Ouganda après une campagne marquée par les tensions et la violence. Au pouvoir depuis 35 ans, le président sortant, Yoweri Museveni, 76 ans, brigue un nouveau mandat. Face à lui, 6 candidats l’accusant d’avoir faussé la compétition électorale, en recourant à la violence et en instrumentalisant les mesures de prévention contre l’épidémie de coronavirus. La même critique a émané de la part du Haut-Commissariat de l’Onu aux droits de l’homme.

Mali

Attaque

L’armée française est une nouvelle fois prise pour cible au Mali, 6 soldats de la force antidjihadiste Barkhane ont été blessés, vendredi 8 janvier, par une attaque suicide au véhicule piégé, dans la zone dite des « trois frontières » (Mali, Niger, Burkina Faso). Il s’agit de la troisième attaque subie par les militaires français depuis la fin décembre, a indiqué l’état-major de l’armée française, qui déploie 5 100 hommes au Sahel aux côtés des armées du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Tchad, Burkina Faso, Niger).

Centrafrique

Recours

Neuf opposants ont demandé le 6 janvier à la Cour constitutionnelle centrafricaine de prononcer l’annulation du scrutin présidentiel du 27 décembre et l’organisation d’une nouvelle élection. Les neuf candidats, qui contestent la victoire au premier tour de Faustin-Archange Touadéra, ont dénoncé une « proportion inquiétante de votes par dérogation », des manoeuvres d’« intimidation » ou encore des « fraudes massives ». La Cour constitutionnelle a jusqu’au 19 janvier pour se prononcer sur ce recours, qui intervient dans un climat particulièrement tendu sur le plan sécuritaire, des groupes armés tentant d’encercler la capitale Bangui.

Iran

Nucléaire

Si les sanctions américaines contre l’Iran ne sont pas levées dans les prochaines semaines, la République islamique se résoudra à expulser les inspecteurs de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) le 21 février, a affirmé, samedi 9 janvier, un membre de la présidence du parlement iranien, selon l’agence de presse Mehr. « Nous ne voyons aucune raison de remplir nos obligations tant que les sanctions ne sont pas levées », a-t-il martelé, affirmant que « l’objectif principal du JCPOA (accord sur le nucléaire iranien de 2015) était de lever les sanctions, ce qui n’a pas eu lieu ».

Corée du Nord

Provocations

Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong Un, a déclaré que les Etats-Unis est le « plus grand ennemi », a rapporté, samedi 9 janvier, l’agence officielle KCNA. Une déclaration provocatrice à l’adresse de la première puissance mondiale à l’aube du début de mandat du président élu Joe Biden. Pyongyang « devrait se concentrer et se développer en vue de subvertir les Etats-Unis, le plus grand obstacle à notre révolution et notre plus grand ennemi », a-t-il déclaré, lors du 8e congrès du parti au pouvoir, selon l’agence. Kim Jong Un a également assuré que son pays allait se doter d’un sous-marin nucléaire.