scénarios à venir
Nada Al-Hagrassy, 13-5-2020

Le ministre de l’Education a dévoilé cette semaine les grandes lignes du plan de sécurisation des examens du bac prévus le 7 juin ainsi que les différents scénarios concernant la nouvelle année scolaires 2020-2021. Explications.


Comment vont se dérouler les examens du Bac cette année sous la menace du coronavirus? Le ministre de l’Education et de l’Enseignement technique, Tarek Shawki, a dévoilé cette semaine, devant la commission du plan et du budget au parlement, les grandes lignes du plan de l’Etat pour le déroulement des examens du bac et des diplômes techniques prévus le 7 juin. En fait, 660000 étudiants devront passer cette année les examens du bac, alors que la crise de la propagation du Covid-19 dans le monde est loin d’être endiguée. Selon Tarek Shawki, le nombre des salles d’examen du bac doit augmenter cette année de 60%, pour atteindre 5000 salles réparties dans les différents gouvernorats. Pour éviter les contacts directs entre les élèves et respecter les règles de la distanciation sociale, chaque salle d’examen devra comprendre seulement 14 élèves. En temps normal, les mesures de sécurisation du déroulement des examens du bac coûtaient 1,3 milliard de L.E. Un chiffre auquel s’ajoutera cette année le coût de désinfection et de stérilisation des salles d'examen du bac, estimé à quelque 950 millions de L.E., selon le ministère. Il s’agit de placer des cabines de stérilisation devant chaque salle d’examen, soit au total 5000 cabines de stérilisation. Plus de 25 millions de masques médicaux seront distribués aux étudiants et aux superviseurs. Les classes, les bancs et papiers d’examen seront à leur tour stérilisés avant et après l’examen. En plus, il y aura des ambulances mobilisées pour secourir quiconque montre des symptômes douteux.

Cependant, Tarek Shawki a rejeté d’emblée les demandes de remettre la date des examens du bac ou de les remplacer par des recherches comme les années transitoires. « Ce plan vise à fournir aux étudiants des mesures de protection plus efficaces que celles appliquées chez eux. Mais il est impératif que les parents ne s’accumulent pas devant les comités d’examens », a déclaré Shawki.

Année scolaire 2020-2021,

un double système ?

Qu’en est-il pour la nouvelle année scolaire 2020-2021 qui devra commencer en septembre prochain? Tarek Shawki a également présenté au parlement des propositions pour la nouvelle année scolaire au cas où la crise du Covid-19 persisterait, soulignant que les préparatifs de la nouvelle année commenceront dès la fin des examens du baccalauréat. Le ministre a proposé deux journées de présence à l’école jusqu’à 17h, et le recours à l’enseignement en ligne pour le reste de la semaine. En fait, l’apprentissage en ligne fait partie de la stratégie de réforme de l’éducation entamée depuis 3 ans. Plus de 700000 tablettes ont été distribuées à 20000 écoles dans 20 gouvernorats depuis mars 2019. « La crise de la propagation de la pandémie de coronavirus nous a beaucoup aidés à accélérer le plan de réforme de l’éducation », explique le ministre, avant d’ajouter que « l’infrastructure électronique a permis aujourd’hui aux étudiants de la première et deuxième année du cycle secondaire de suivre leurs études en ligne et même de passer leurs examens ». La plateforme électronique du ministère nommée « Banque de la connaissance » a enregistré environ 80 millions de vues. Par ailleurs, le ministère a fixé la date du 9 au 16 mai aux étudiants de remettre leurs documents de recherches comme une alternative aux examens, soit sous forme de papier ou par voie électronique via la plateforme Edmodo .