COP27 > COP27 >

Vers une meilleure sensibilisation ?

Dina Bakr , Dimanche, 06 novembre 2022

La nouvelle génération est-elle consciente des dangers du changement climatique ? Micro-trottoir.

Vers une meilleure sensibilisation ?

Nada Zeidane, 22 ans, diplômée en droit

Dès mon jeune âge, ma maman nous a appris, à ma soeur et à moi, ainsi même qu’à mes amies de ne rien jeter par le balcon, pas même des grains de raisins, sinon l’on doit verser une amende de 5 L.E. Si nous nous trouvons dans une rue où il n’y a pas de paniers d’ordures, nous gardons toujours avec nous les canettes de boissons gazeuses, les boîtes de jus ou les sachets en plastique jusqu’à trouver une poubelle où les jeter pour ne pas causer de mal à personne. A la maison, je lave les boîtes de yaourt, d’halva et les pots de miel avant de les jeter à la poubelle. Je fais le tri des emballages en plastique, en verre et en carton pour faciliter la tâche aux chiffonniers. Je suis convaincue que protéger la terre est la responsabilité de chaque citoyen et qu’il faut inculquer des attitudes positives à l’égard de la protection de l’environnement.

Iman Abdel-Aziz, 25 ans, coordinatrice de projet dans une ONG

Je travaille dans une association de la société civile où j’ai appris l’importance de sensibiliser la société car cela peut avoir un impact sur les décideurs. Je sais qu’il existe déjà une loi qui pénalise la pollution par les déchets, mais il n’y a pas de sanctions pénales pour l’utilisation de produits qui sont responsables du réchauffement climatique. Je pense qu’il faut mettre en oeuvre une coopération avec la société civile dans le cadre de l’environnement pour multiplier les ateliers de travail dans les écoles et les universités et sensibiliser la nouvelle génération aux matières nuisibles et lutter contre leur utilisation sur terre. J’ai déjà réduit ma consommation en sachets plastiques en portant un sac en tissu pour y glisser mes achats. Et même les vieux vêtements, je les remets à d’autres ONG qui les recyclent pour les distribuer aux gens nécessiteux.

Malek Khaled, 22 ans, diplômé d’informatique

L’environnement signifie pour moi la météo. Actuellement, la météo n’est pas compatible avec ce que j’ai étudié à l’école dans les livres de géographie. J’ai appris que le climat de l’Egypte est chaud et sec en été et modéré et pluvieux en hiver. Depuis un an et demi je suis les prévisions de la météo sur mon portable pour savoir quels vêtements porter, les surprises ne manquent pas. J’ai découvert que la courbe de la température s’élève d’un jour à l’autre. Et même l’humidité est devenue insupportable par rapport aux années précédentes. En fait, j’ai commencé à suivre la presse et les sites Internet pour m’informer sur tout ce qui concerne le réchauffement climatique. J’attends une action forte de la COP27 pour savoir en tant qu’individu comment protéger l’environnement. J’ai appris que le développement industriel a accéléré le rythme du changement climatique mais j’espère que les recommandations de cette conférence internationale ralentiront et réduiront ce phénomène qui va détruire toute la planète.

Mohamed Ragheb, 32 ans, superviseur d’examens au British Council

Malheureusement, je ne suis pas un ami de l’environnement et c’est malgré moi. Je jette des papiers par terre dans la rue. J’adore les chiens, je leur ramène à manger sur le trottoir et je ne nettoie pas leurs résidus. Etant célibataire, je passe mon temps au café et je fume la chicha. Je suis conscient que j’ai de mauvaises habitudes mais je n’arrive pas à les changer, car je pense que ce n’est pas à moi de changer le monde. A mon avis, l’Etat doit imposer des amendes aux personnes qui polluent l’environnement.

Omar Mokhtar, 23 ans, vérificateur agréé de fraude dans une banque

La question de l’environnement ne m’intéresse pas vraiment car nous n’avons pas été éduqués sur cette notion durant notre enfance. Ni la maison ni l’école n’ont porté d’intérêt à l’environnement. Même si quelques matières scolaires parlent de la protection de la nature et des conséquences de sa négligence, on apprend ces conseils pour les écrire à l’examen. Je ne pense pas changer mes habitudes à cet âge-là. L’espoir est dans la nouvelle génération. La sensibilisation a un impact positif sur les petits.

Mots clés:
Lien court:

 

Les plus lus
En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique