COP27 > COP27 >

L’Egypte veut créer un fonds pour indemniser les pays en proie à des catastrophes climatiques

Jeudi, 29 septembre 2022

COP27

L'Egypte, qui accueille la prochaine conférence sur le climat (COP27), cherche à inclure la compensation des pertes économiques dues aux catastrophes climatiques à l'ordre du jour du sommet de novembre, alors que la pression augmente sur les pays vulnérables, a déclaré, mercredi, Waël Aboulmagd, le représentant spécial de l'Egypte pour la COP27.

Aboulmagd a déclaré aux journalistes que le pays hôte « déploie beaucoup d'efforts » pour s'assurer que l’indemnisation des pays qui ont subi de lourdes pertes économiques en raison des catastrophes climatiques soit une priorité de cette conférence, prévue du 6 au 18 novembre à Charm Al-Cheikh. « Nous devons trouver une solution pratique qui réponde aux diverses préoccupations et c'est nous, en tant que pays hôte qui préside la COP, de faire avancer ce processus », a-t-il ajouté.

Inclure les « pertes et dommages » à l'ordre du jour est une tâche compliquée, car les pays à faible revenu et vulnérables demandent une indemnisation pour les dommages causés par les phénomènes météorologiques extrêmes, tandis que les pays industrialisés hésitent à créer un fonds en raison des responsabilités auxquelles ils pourraient être confrontés, estime le responsable égyptien.

Aboulmagd a déclaré qu'en tant que nouveau président de la COP, l'Egypte devait « naviguer » entre les positions disparates et qu'elle avait chargé deux ministres d’élaborer un plan sur la manière d'inclure « les pertes et dommages » à l'ordre du jour officiel de la COP27. Les deux ministres sont l'envoyée spéciale allemande pour l'action climatique internationale, Jennifer Morgan, et la ministre chilienne de l'Environnement, Maisa Rojas.

Lors de la COP26 de l'année dernière à Glasgow, les Etats-Unis et l'Union européenne ont rejeté les appels à un fonds pour compenser les pays pour les pertes liées au climat. Mais alors que différents pays sont aux prises avec des conditions météorologiques extrêmes cette année, la pression augmente pour que les « pertes et dommages » soient prioritaires lors de la COP27.

Lors de l'Assemblée générale des Nations-Unies début septembre, l'Alliance des petits Etats insulaires (AOSIS) — des pays parmi les plus vulnérables à l'élévation du niveau de la mer et à d'autres impacts climatiques — a appelé à des progrès concrets vers un mécanisme de financement.

Après s'être rendu au Pakistan à la suite d'inondations dévastatrices, le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, a exhorté les gouvernements à traiter les pertes et dommages en lien avec les catastrophes climatiques « avec le sérieux qu'ils méritent » lors de la COP27.

« Lors de la COP27, nous devons aller de l'avant dans la résolution de ce problème très important, en particulier lorsqu'il s'agit de trouver un moyen créatif ... de trouver des financements pour les pays qui font face à des pertes qui anéantissent une part importante de leur PIB », a déclaré Aboulmagd.

Lien court: