Escales > Escales >

Ne rien faire, un art pas si facile que ça !

Samar Al-Gamal , Mercredi, 28 septembre 2022

Longtemps décrié comme un vice, se laisser porter par la paresse et l’oisiveté est aussi toute une philosophie de vie dont les vertus semblent innombrables. Mais rien faire est le plus difficile à faire.

Ne rien faire, un art pas si facile que ça !

Julia Roberts est assise à l’intérieur d’un salon de coiffure à Rome, tout en parlant avec deux hommes italiens. « Nous appelons cela la dolce far niente. Cela signifie la douceur de ne rien faire. Nous en sommes maîtres », lui dit l’un d’eux dans cette scène du célèbre film hollywoodien Eat, Pray and Love (mange, prie, aime), tiré des mémoires de l’auteure américaine Elizabeth Gilbert. Depuis, la « Dolce far niente » s’est popularisé avec toute une tendance mondiale, louant les connotations plus profondes derrière le sens littéral du plaisir de ne rien faire, parce que croire qu’il s’agit de prendre des vacances ou de rechercher de nouvelles recettes de divertissement est sans doute réducteur.

Le concept hollandais du « Niksen » est plus ancien que le film et pourrait éclaircir davantage l’idiome italien, tous deux rejoignent en effet led it mouvement de la « slow life ». Le Niksen se traduit littéralement par le fait de ne rien faire, être oisif ou faire quelque chose sans aucune utilité. Il s’agit alors de cesser toute activité productive et de laisser son esprit vagabonder sans se concentrer sur quoi que ce soit, se laisser tout simplement aller à une oisiveté décomplexée, sans autre objectif que celui du lâcher-prise.

Mais ce n’est pas tout ! Se laisser aller à la paresse en se maudissant en fin de journée ne sert à rien, il faut surtout le faire sans aucune culpabilité, surtout que « ne rien faire » est souvent inconfortable, avec la contrainte sociale et la valorisation de l’hyper-productivité, d’où « la Dolce », soit l’idée de trouver du bonheur dans l’oisiveté ou la détente. C’est une autre façon de ne rien faire, bien plus que de faire défiler le portable ou zapper la télécommande. C’est tout un art et ça s’apprend ! On l’avait alors enfant, ce plaisir doux et inhérent, la jouissance de l’instant, mais on en a perdu contact. S’adonner à la Dolce far niente ou au Niksen consiste ainsi à s’arrêter, apprécier le moment présent en savourant le sentiment de plénitude des bonheurs simples, sans l’envie de remplir le vide avec quelque chose. C’est simple, et le plus dur est de ne rien faire. Non seulement il a beaucoup de contraires, mais il est également difficile à cerner. Mieux vaut ne pas le planifier, car le but est de perdre la notion du temps. A quand remonte la dernière fois que vous l’avez vraiment fait ? Une soirée passée à regarder la télé n’est pas Niksen. Parcourir les réseaux sociaux et regarder des photos ou consulter son compte bancaire, aller dans la cuisine pour grignoter, envoyer un message à un ami, non plus ! C’est juste une distraction, une évasion.

Se recharger

Le « ne rien faire » est soudain, parfois on s’y glisse presque, comme par accident, mais ensuite on se le perd soit parce qu’on s’ennuie, soit parce qu’on sent qu’il faut faire quelque chose d’utile dans un moment sans surveillance, n’ayant rien à faire et ne trouvant rien de nouveau à faire. Au contraire, ce mode exige un peu de pratique.

Lorsque vous êtes momentanément égaré et que vous vous retrouvez à regarder par la fenêtre, sans vous rappeler comment vous êtes arrivés là. Essayez de conserver cette sensation, ne serait-ce que pour un instant ! Ce sont ces moments qui sont si merveilleux. Le pouvoir du « rien faire » est qu’il n’y a rien dedans ; comme un jeu d’enfant. « Ne rien faire » est un mode de vie extraordinairement bénéfique, selon ses fervents. Il permet d’apaiser le corps, évacuer le stress et libérer l’esprit. Les recherches soutiennent également l’idée que faire des tâches simples qui permettent à l’esprit de vagabonder peut aider à trouver de nouvelles idées et favoriser la résolution créative des problèmes. Une étude publiée en Italie en 2013 dans Frontiers in Psychology sur les avantages et les inconvénients d’un esprit errant, « Pros and Cons of a Wandering Mind : A Prospective Study », a démontré que ce processus peut aider à s’inspirer pour atteindre ses objectifs et à faciliter la résolution créative de problèmes. La formule la plus simple consiste à consacrer 10 à 15 minutes par jour pour simplement observer ce qui se passe autour de nous, les gens passer, le ciel, un tableau, son café, une photo, l’important est de se libérer du mythe de ne pas avoir assez de temps et ne porter aucun jugement sur ce qu’on regarde. Ce laps de temps permet de recharger les batteries pour continuer la journée dans une meilleure forme et aide à booster la créativité, à être sur le long terme plus productif et à gagner en clarté sur ce qui est plus important.

Au début, glander peut être accablant car le système nerveux a été trop stimulé pendant si longtemps qu’il pourrait avoir du mal à se re-calibrer et à s’adapter au manque d’activité. Il faudrait donner de temps au corps et à l’esprit pour s’adapter. Il faut peut-être se poser la question : si j’avais le choix et que tous les moyens étaient à ma portée et que je n’avais besoin ni de travailler ni de m’occuper de quelque chose ou quelqu’un, comment je pourrais ressentir du pur plaisir ? Que vais-je faire ? Et si je ne faisais simplement rien ? Et si au lieu d’économiser deux semaines de vacances sur 365 pour enfin profiter de la vie, vous les répartissiez en heures chaque jour ? Prendre un bain, déconnecter de la technologie pendant une journée, simplement respirer, sentir les roses, siffler, étirer, faire une sieste, regarder le coucher du soleil, manger seul ou avec un ami, faire l’amour, se promener, marcher, écouter de la musique, chanter. Bien que cela soit peut-être un peu irréaliste, simplement couper la journée pour aller faire ce « ne rien faire ». L’un des aspects de l’art de ne rien faire est de trouver les moyens de se détendre qui vous conviennent le mieux. Il n’y a pas d’approche unique.

 

Les bienfaits du rien

❐ Déstresser et récupérer de l’énergie

❐ Stimuler la créativité

❐ Eveiller les sens

❐ Avoir un meilleur sommeil

❐ Réduire le processus de vieillissement

❐ Mieux se connaître

❐ Créer du lien social

Un point de départ

1 Prévoyez 5 à 10 minutes de temps dans un endroit où vous vous sentez calme et confortable.

2 Placez votre téléphone dans une pièce différente ou éteignez-le.

3 Fermez les yeux, puis ne faites rien. Ne pensez à rien et ne vous concentrez sur rien.

4 Laissez ce qui arrive juste arriver. Votre objectif est simplement de rester assis.

5 Arrêtez-vous et observez comment vous vous sentez. Etait-ce inconfortable, relaxant ? De nombreux sentiments et pensées surgiront, observez-les tous sans jugement.

6 Répétez tous les jours pendant quelques semaines.

Ou simplement visitez www.donothingfor2minutes.com

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique