Panorama africain > >

Une agence humanitaire africaine

Mercredi, 01 juin 2022

Le sommet de l’Union africaine a proposé la création d’une agence humanitaire pour faire face aux crises sanitaire, climatique, alimentaire et sécuritaire du continent.

Une agence humanitaire africaine

Lors du sommet extraordinaire de l’Union Africaine (UA), tenu du 25 au 28 mai, à Malabo, en Guinée-Equatoriale, les chefs d’Etat et de gouvernement ont proposé de mettre en place une agence humanitaire africaine et un fonds spécial d’urgences pour aider les Etats membres à faire face aux crises sanitaire, climatique, alimentaire et sécuritaire. Selon l’UA, la hausse des prix des denrées alimentaires, les effets de la pandémie de Covid-19 et du conflit russo-ukrainien risquent de mettre « l’alimentation saine hors de portée d’un plus grand nombre de personnes » sur le continent.

« Les urgences humanitaires en Afrique constituent une source de préoccupation permanente pour le continent. Ces urgences sont nombreuses, diversifiées et géographiquement dispersées et constituent pour l’UA un sujet de préoccupation majeure », a expliqué Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’UA. Et d’ajouter : « La situation est encore assombrie par le sort des réfugiés sur le continent et par les effets du changement climatique, qui se manifestent par des sécheresses prolongées et des inondations dévastatrices ». La situation humanitaire est alarmante au niveau du continent: 27 millions de personnes sont réfugiées ou déplacées, alors que l’est du continent et la Corne de l’Afrique accueillent actuellement 4,5 millions de réfugiés, dont plus de 75 % ont été affectés par la réduction des rations alimentaires en 2021. En Afrique de l’ouest et centrale, 58 millions de personnes étaient en situation d’insécurité alimentaire, ce qui constitue le niveau le plus élevé depuis 2016, a estimé le président de l’UA.

Il y a deux millions de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays en Afrique centrale. Ce chiffre représente une augmentation de 30 % par rapport à 2020 et ne comprend pas les cinq millions de personnes déplacées dans le bassin du lac Tchad, a-t-il précisé. En Afrique du nord, plus de 14 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire, a-t-il ajouté.

Un appel aux donateurs a été lancé, mais les pays membres ont également été appelés à oeuvrer pour que les personnes touchées par les crises humanitaires ne soient pas abandonnées. « Le paradoxe de l’humanitarisme réside dans le décalage entre le caractère urgent des situations de détresse humaine à prendre en charge et la nécessité poignante de différer cette prise en charge en raison de l’absence ou de l’insuffisance des ressources financières », a conclu le président de l’UA.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique