Opinion > Dernier Mot >

DERNIER MOT : Le 26 juillet

Wednesday 3 août 2022

Nous avons célébré, il y a quelques jours, l’un des jours phares de notre histoire moderne, le 26 juillet 1952. Ce jour avait été témoin de 3 événements politiques ayant changé le cours de l’Histoire. Le premier fut en 1952 lorsque le roi Farouq avait abdiqué, sans résistance, au profit de son fils nouveau-né, sur ordre des Officiers libres, trois jours après le déclenchement de la Révolution. A 18h20, le même jour, il avait quitté le pays avec sa famille, à bord de son yacht Al- Mahroussa, pour s’exiler à Naples en Italie.

Une délégation des Officiers libres dirigée par le général Mohamad Naguib, étant devenu plus tard président de la République, était venue faire ses adieux au roi au port. Certains ne savent pas que cette scène n’a pas été filmée et que ce qui se projette n’est autre qu’un extrait d’un film. L’abdication du roi a été le début d’un nouveau chapitre de l’histoire moderne de l’Egypte qui a été suivie par la proclamation de la République et la promulgation de la loi de la réforme agraire avec ses retombées politiques et sociales. Au même jour en 1956, Gamal Abdel-Nasser avait annoncé la nationalisation du Canal de Suez qui a pu devenir par la suite une société égyptienne par actions, donnant ainsi naissance à des installations nationales vitales réalisées par des mains égyptiennes. La nationalisation du canal avait dépassé les frontières du pays pour devenir un acte inspirateur à tous les peuples du tiers monde qui considéraient l’Egypte de la Révolution comme un exemple à suivre dans la libération de l’influence étrangère et l’indépendance de la volonté nationale. Le président cubain, Fidel Castro, avait dit à cet égard que si Nasser n’avait pas nationalisé le Canal de Suez, son pays n’aurait pas pu nationaliser ses ressources naturelles. Le 26 juillet 2013 a vu la sortie de millions d’Egyptiens dans les rues pour répondre à l’appel du haut commandant des forces armées à l’époque, le maréchal Abdel-Fattah Al-Sissi, qui a demandé aux Egyptiens de le mandater pour mobiliser l’armée et la police afin de faire face au terrorisme et liquider les foyers du fameux sit-in des Frères musulmans, qui avaient pris forme suite à la Révolte du 30 Juin qui avait renversé leur pouvoir tyrannique.

La descente du peuple dans les rues ce jour-là avait accordé la légitimité à la feuille de route annoncée par les forces nationales le 3 juillet. Il en a résulté la naissance de la nouvelle République que nous vivons aujourd’hui, celle qui nous a fait récupérer l’Egypte d’aujourd’hui, lui ouvrant les voies de la construction et du progrès.

Lien court: