Opinion > Dernier Mot >

DERNIER MOT : La France parlementaire

Wednesday 29 juin 2022

 Si le système politique français est un système mixte présidentiel et parlementaire, alors les résultats des dernières législatives feront pencher le poids politique pendant les 5 prochaines années du côté du parlement. Et ce, après l’échec du président, Emmanuel Macron, (44 ans) à obtenir la majorité lui permettant d’adopter librement les politiques qu’il désire, face à l’opposition.

De nombreux électeurs se sont abstenus de voter. Ainsi, le taux de participation n’a pas dépassé 46 % de l’ensemble des électeurs, alors que plus de la moitié de l’électorat s’est abstenue, comme ce fut le cas lors de l’élection présidentielle en avril dernier. Les catégories sociales qui n’ont pas voté sont les jeunes, ainsi que les classes aisées, bien que Macron soit accusé d’oeuvrer au profit de ces dernières, au point d’être parfois qualifié de « président des riches ». Selon l’institut de sondages Ipsos, 72 % des partisans de Macron n’ont pas participé aux élections. Raison pour laquelle il n’a obtenu que 245 sièges, tandis que la majorité nécessaire pour former le gouvernement requiert 289 sièges sur un total de 577. Cela veut dire que le président a perdu 100 sièges par rapport à la législature précédente. D’où une augmentation du nombre de sièges du bloc gauche de Jean- Luc Mélenchon, appelé Nouvelle Union Populaire, Environnementale et Sociale (Nupes), ainsi que du bloc de droite de Marine Le Pen, le Rassemblement National (RN). Le nombre de sièges de ces deux blocs a augmenté de façon remarquable sans qu’aucun des deux obtienne la majorité nécessaire pour la formation du gouvernement.

Le résultat est que Macron sera obligé de former de nouvelles alliances parlementaires, chose qu’il n’avait pas faite pendant son précédent mandat. Ainsi, il sera obligé de composer avec les revendications de la gauche qui sont à l’encontre de ses politiques, en particulier concernant ses politiques économiques et la position de la France au sein de l’Otan. Il sera également obligé de traiter avec les positions de la droite qui sont contraires à ses politiques concernant l’immigration et la position de la France au sein de l’Union européenne. Dans tous les cas, la France connaîtra dans la période à venir un renforcement du parlement face à l’institution présidentielle. C’est une situation totalement nouvelle pour le président Macron, lui imposant plus de participation parlementaire dans le processus politique.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique