Opinion > Dernier Mot >

DERNIER MOT : L’acte des écrivains égyptiens

Wednesday 18 mai 2022

Ce qui caractérise le superbe feuilleton Al-Ekhtiyar (le choix), dans sa 3e saison, est qu’il constitue une documentation précise des événements que l’Egypte a connus pendant l’une des périodes les plus perturbées de son histoire moderne. Cependant, le feuilleton n’a pas mentionné d’événements qui doivent être marqués dans l’histoire, dont certains sont connus et d’autres secrets. L’événement connu concerne le rôle joué par les écrivains et les hommes de lettres égyptiens dans le renversement du pouvoir des Frères musulmans, et qui constitue une évolution sans précédent au niveau politique.

Les écrivains se sont réunis dans une assemblée générale extraordinaire à l’Union des écrivains, le 21 juin 2013, et ont retiré la confiance au président de la République. Cet acte audacieux a eu un écho important aux niveaux intérieur et extérieur. L’Assemblée a réuni les plus grands écrivains: Bahaa Taher, Gamal Al-Ghitani, Ibrahim Abdel-Méguid, Fathiya Al-Assal, Mohamad Ibrahim Abou-Senna, Farida Al-Naqqach, Abdel-Wahab Al-Assouani, Youssef Al-Qaïd, Salwa Bakr, Abdel-Moneïm Tolema, Fouad Qandil, Hassan Téléb, Eqbal Baraka, les anciens ministres de la Culture Gaber Asfour et Emad Abou-Ghazi et bien d’autres.

Ce jour-là, nous avons publié un communiqué historique dans lequel l’Union des écrivains égyptiens a annoncé qu’elle retirait sa confiance au président Mohamad Morsi et qu’elle refusait la Constitution promulguée par les Frères musulmans. Dans leur communiqué, les écrivains ont réclamé la démission du gouvernement de Hicham Qandil et la tenue d’une élection présidentielle anticipée. C’était la première fois que le pays connaisse un tel événement. Jamais un syndicat n’a retiré sa confiance à un président en exercice, d’autant plus que le syndicat qui l’a fait est celui qui représente la conscience de la patrie et sa pensée. Cet acte a provoqué la colère de la confrérie et des ordres stricts ont été donnés à ses alliés, selon les documents secrets publiés plus tard par le portail électronique Al-Bawaba News, d’oeuvrer à retirer la confiance au président de l’Union des écrivains, l’auteur du présent article, pour éviter que cela ne se reproduise dans d’autres syndicats.

En même temps, nous avons reçu des messages de félicitations, dont celui-ci: « Au nom des millions qui ont signé le document de Tamarrod (rébellion), nous exprimons notre gratitude et notre estime aux écrivains de l’Egypte pour leur acte national honnête. Le comité central de Tamarrod assure sa solidarité avec la légitimité de vos dernières décisions annoncées par l’assemblée générale extraordinaire ». Comment le feuilleton n’a-t-il pas mentionné un événement aussi important ?

Lien court: