Opinion > Dernier Mot >

DERNIER MOT : L’arme des réfugiés

Thursday 31 mars 2022

Bien que les guerres aient toujours fait des victimes parmi les réfugiés, c’est la première fois que ces derniers soient intentionnellement employés comme arme de confrontation dans la guerre russo-ukrainienne. Selon certaines analyses internationales, la Russie cherche à frapper des objectifs civils en Ukraine, comme les logements, les hôpitaux et les abris, afin de pousser les citoyens à quitter leurs maisons et, par conséquent, créer une crise humanitaire qui donne à Moscou une carte de pression sur le régime au pouvoir en Ukraine. Poutine décrit ce régime de « néonazi » et tente par tous les moyens de le renverser. D’autre part, la crise des réfugiés s’est aggravée et leur nombre a augmenté ces dernières semaines. Certains analystes pensent que l’objectif de Poutine est de créer une crise universelle de réfugiés, en provoquant l’exode de 5 à 10 millions de personnes. Il dévoilera ainsi le racisme occidental qui fait que les pays européens sont plus enclins à accepter des réfugiés occidentaux à la peau blanche et aux yeux bleus que les réfugiés à la peau colorée et aux yeux noirs. Les pays occidentaux ont affiché une plus grande disponibilité à accueillir les réfugiés ukrainiens alors qu’ils avaient fermé leurs frontières face aux réfugiés en provenance du Proche-Orient.

De nombreux réfugiés ukrainiens ont traversé les frontières et sont entrés en Pologne, en Hongrie et d’autres pays membres de l’Otan, ce qui représente un fardeau économique et social énorme pour ces pays. Ils feront pression sur le président ukrainien pour qu’il réponde favorablement aux demandes de Poutine afin de mettre fin à la guerre.

L’Agence France presse (AFP) estime qu’il y a environ 3,5 millions de réfugiés ukrainiens, dont la majorité sont des femmes et des enfants, qui ont déjà traversé les frontières ukrainiennes à cause de la guerre. L’AFP décrit cette crise de réfugiés comme étant « la plus grave depuis la Seconde Guerre mondiale ». Quant aux sans-abri à l’intérieur même de l’Ukraine, les rapports de l’Onu évaluent leur nombre à 6,5 millions.

L’utilisation des réfugiés comme arme de guerre s’apparente à un crime de guerre dont le coût risque d’être très élevé pour Poutine personnellement. Mais des crimes de guerre n’avaient-ils pas été commis par les parties en conflit dans les guerres précédentes ?

Mots clés:
Lien court: