Opinion > Opinion >

Moscou, l’Otan et l’Ukraine

Sunday 27 févr. 2022

Après plusieurs semaines de suspense digne des films de Hitchcock, le président russe, Vladimir Poutine, a lancé une intervention militaire d’envergure en Ukraine. Pour comprendre ses motivations, il faut remonter au début des années 1990. La chute de l’Union soviétique, le 25 décembre 1991, laisse un monde unipolaire dominé par les Etats-Unis. Tandis que le pacte de Varsovie, créé par l’URSS pour défendre le camp communiste, s’effondre en juillet 1991, l’Alliance atlantique (Otan) est maintenue et permet aux Américains d’exercer leur hégémonie en Europe. Très rapidement, l’alliance est élargie aux pays de l’Europe de l’Est (anciens membres du pacte de Varsovie), ce que la Russie, héritière de l’Empire soviétique, perçoit comme une menace à sa sécurité.

Depuis des années, Moscou tente de retrouver sa gloire passée en multipliant les interventions extérieures et en s’opposant à l’expansion de l’Otan. Le conflit avec l’Ukraine débute en 2014 lorsque Kiev choisit de rallier le camp occidental. Moscou répond alors par l’annexion de la Crimée.

L’intervention militaire russe en Ukraine est le reflet de ce bras de fer entre l’Occident et la Russie. Elle traduit la volonté de Moscou de faire barrage à l’hégémonie américaine avec, d’ailleurs, l’appui discret de la Chine, qui, elle aussi, voit d’un mauvais oeil l’expansion américaine en Europe de l’Est. La guerre en Ukraine débouchera-t-elle sur un nouvel ordre mondial ? Il est trop tôt pour le dire. Mais il est certain que s’il perdure, le conflit ukrainien, résultat des transformations géopolitiques de notre monde, aura des conséquences fâcheuses pas seulement en Europe, mais dans le monde entier.

Mots clés:
Lien court: